Portrait-robot du locataire idéal

 |  | 573 mots
Plus on vieillit, plus il est difficile de devenir locataire, note l'étude de PAP publiée mardi 3 mars.
"Plus on vieillit, plus il est difficile de devenir locataire", note l'étude de PAP publiée mardi 3 mars. (Crédits : Reuters)
Les bailleurs privilégient les jeunes de moins de 35 ans avec, sans surprise, de solides garanties. Les plus de 65 ans, essentiellement retraités, sont les moins recherchés.

Il est salarié, de préférence fonctionnaire, et a entre 25 et 35 ans. Tel est le profil-type du locataire parfait que recherchent les propriétaires, d'après l'édition 2015 de l'enquête sur les bailleurs publiée ce mardi 3 mars par le site De particulier à particulier (PAP). Petit guide du "locataire idéal".

Être fonctionnaire, en CDI ou étudiant

Premier constat de l'étude : comme on pouvait s'en douter, la sécurité en matière de revenus prime avant toute chose. Un bon candidat à la location se doit donc d'avoir une source de revenus régulière. Sans surprise, les bailleurs privilégient les fonctionnaires à 58%. Au palmarès des locataires préférés des bailleurs, les salariés du privé arrivent en seconde position avec un suffrage sur deux. Mais les étudiants ne sont pas en reste, avec 30% d'opinions positives. Globalement, ces trois catégories gagnent entre 10 et 12 points en trois ans.

Bien entendu, "caution parentale et perception d'aides au logement (APL) constituent de solides atouts aux yeux des bailleurs", relève l'étude.

En revanche, les professions indépendantes suscitent encore la frilosité des propriétaires, avec seulement 10% des voix favorables. Quant aux retraités, ils intéresseraient "seulement" 16% des bailleurs. Un pourcentage encore assez faible, mais qui a tout de même triplé en trois ans.

Avoir de préférence moins de 45 ans

Ce qui nous amène en effet à l'autre principal constat de l'enquête : si la sécurité financière semble primer sur les qualités requises, un âge trop avancé n'en présente pas moins un véritable frein à la location.

Ainsi les 25/35 ans seraient les locataires les plus recherchés avec 53% des voix. Viennent ensuite les 35/45 ans (38%), devant les 16/25 ans (20%) et les 45/55 ans (18%). Avec 12% d'opinions favorables, les 55/65 ans arrivent juste devant les plus de 65 ans, pour l'essentiel retraités, qui ne recueillent que 8% des suffrages. Ce qui incite les auteurs de l'enquête à conclure que

"plus l'on vieillit, plus il est difficile de devenir locataire. De quoi conforter les arguments de ceux qui estiment indispensable d'être propriétaire au moment de la retraite".

Oublier la colocation

Notons en outre que pour mettre toutes les chances de son côté, mieux vaut ne pas miser sur la colocation. En 2015, 70% des bailleurs restent en effet plus que réticents à cette perspective rapporte l'enquête. Une proportion qui était de 60% en 2012. Outre la taille non adéquate car trop exiguë du logement, ils avancent comme argument le fait qu'une famille prendra d'avantage soin du logement, évitant au passage dégradations et autres troubles du voisinage. Du moins ce choix minimise-t-il selon eux le risque de vacance locative.

Enfin, pour séduire un propriétaire, il faut bien entendu présenter un dossier complet avec des document authentiques : bulletins de salaire, avis d'imposition, documents d'identité, relevé d'identité bancaire, contrat de travail et attestation de l'employeur. Il est en outre préférable pour 91% des bailleurs que le preneur dispose de revenus équivalents à trois ou quatre fois le montant du loyer.

Côté garanties, la majorité des propriétaires (76%) demandent la caution d'un tiers ainsi que l'assurance loyers impayés dans un cas sur cinq. Toujours selon l'étude, si 13% des propriétaires n'exigent aucune garantie, 7% ne se privent pas de demander une caution bancaire, pratique interdite, en théorie, selon PAP.

---------------------------

Pour aller plus loin :

La Tribune de... Fabrice Abraham ou Comment gérer son argent immobilier ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2015 à 14:51 :
Oui ,c'est vrai ,il vaut mieux louer un fonctionnaire qui gagne le smic qu'à un ouvrier couvreur qui gagne trois fois le smic mais qui peut être licencié.En plus le scribouillard qui arrive tous les soirs avec un costume rapé et une cravate donne une meilleure prestance au quartier que l'ouvrier qui arrive en jean "Léwis,maillot " Lacoste " et tennis "Nike " ou équivalent ..Et après ces fonctionnaires vont me répondre que je suis jaloux .Non je suis écoeuré par cet "apartheid " de location de logement .J'ai connu cet état de fait quand je faisais du déplacement et c'était pire quand ils voyaient ma 'Mercédès " immatriculé 93 .Et quand je donnais ma profession "conducteur de travaux ",on me demandait si je conduisais un "bulldozer ou une brouette "......................
a écrit le 05/03/2015 à 6:53 :
Nimporte quoi c'est juste que plusonest age plus on a de chance d'etre proprietaire d'ou le nombre moins important de retraites qui sont presques tous proprietaires article a revoir
Réponse de le 16/03/2015 à 17:08 :
Il s'agit d'une enquête auprès des bailleurs sur leurs préférences, pas d'une stat sur les locataires. L'article est donc correct. Les bailleurs n'ont simplement pas envie de s'embêter avec tous les tracas administratifs au moment du décès d'un retraité. Il est par ailleurs très difficile d'expulser une personne de plus de 70 ans même si elle ne paye pas son loyer.
a écrit le 04/03/2015 à 14:41 :
Demain le portrait-robot du propriétaire idéal : fixe un loyer raisonnable, ne demande pas de gagner plus de 4 fois le loyer, ne demande pas la caution des parents à des plus que trentenaires, n'essaie pas de demander 3 mois de dépôt de garantie ni vu ni connu jtembrouille, restitue le dépôt de garantie diminué des éventuels frais de remise en état justifiés par des factures dans les 2 mois, ne s'invite pas à l'improviste chez son locataire, ne visite pas le logement en l'absence du locataire sans l'autorisation expresse de son locataire, mandate des professionnels rapidement en cas de panne/problème dans le logement, ne facture pas de frais de quittance et d'expédition de quittance, régularise les charges en justifiant le trop-ou le pas assez perçu avec le relevé de charges.
Réponse de le 04/03/2015 à 17:34 :
@ben : vous n avez toujours pas compris que le propriétaire idéal a locataire idéal et reciproquement .Si un jour vous devenez bailleur vous apprendrez très vite que si vous faites loyer supérieur au marché vous trouverez locataire à problème .
Réponse de le 05/03/2015 à 10:08 :
Je ne vois pas le lien entre votre commentaire et le mien.
a écrit le 04/03/2015 à 2:20 :
France: paradis pour les fonctionnaires. Mais qui paye la note?
a écrit le 03/03/2015 à 19:55 :
La loi ALLUR si j'ai bien retenu n'autorise plus aution et assurance loyer impayés : il faudra se mettre à la page !
a écrit le 03/03/2015 à 18:11 :
Je ne sais pas où le journaliste de la Tribune est allé trouver que le cautionnement bancaire serait interdit en matière de location à usage d'habitation. Une telle garantie est parfaitement légale !
Réponse de le 03/03/2015 à 22:49 :
Ce qui est illégal, c'est le fait que le propriétaire réclame le cautionnement bancaire.
Réponse de le 04/03/2015 à 8:12 :
non non c'est bien illégal je vous le confirme. D'ailleurs cette garantie n est généralement jamais demandé par écrit quand elle est réclamé. On vous dit juste que ce serait un plus pour que vous le fassiez de vous même. Mais l'imposer pour vous permettre d'avoir le logement est bien interdit.
a écrit le 03/03/2015 à 18:08 :
Mieux encore que fonctionnaire : militaire sous statut (et non sous contrat). En effet ces militaires, non seulement ont un emploi stable, mais en plus changent de poste tous les 3 ou 4 ans, souvent avec changement de résidence. Ainsi, le propriétaire peut s'il le souhaite récupérer son logement.
Je suis par ailleurs étonné du peu de cote des retraités. Leur revenu est stable, on ne les licenciera pas. les proprios craindraient-ils une faillite des caisses de retraite sans relais par le budget de l'Etat ?
Réponse de le 03/03/2015 à 18:18 :
Le retraité peut etre inexpulsable assez rapidement...
Réponse de le 03/03/2015 à 18:37 :
Un retraité qui n'est pas propriétaire démontre que financer de son logement tandis qu'il avait toute sa vie active pour le faire est la dernière de ses priorités...
Réponse de le 04/03/2015 à 1:33 :
Est-il possible de faire expulser un locataire de +65 ans : non. Voilà, votre réponse est là !
Le problème reste toujours le même : empêchez de virer les mauvais payeurs, et les honnêtes gens auront plus de mal... Simplifiez le recouvrement (ou l'expulsion) et les garanties exigées actuellement n'auront plus lieu d'être... ainsi, pourquoi les étudiants sont bien vus ? Parce qu'on peut se retourner contre les parents !
Réponse de le 04/03/2015 à 8:01 :
Ma locataire idéale : femme divorcée 1 enfant , salarié situation stable , soigneuse ( est " chez elle") , surtout pas d APL qui ne couvre jamais loyer...bail huissier ou notaire et loyer qui n a pas bougé depuis 6 ans . Le locataire idéal est celui qui paye et surtout ne dégrade pas .
Réponse de le 14/03/2015 à 15:17 :
qui remplis donc bien les poches du rentier , et qui a pu acheter pas cher ,du bon électorat de droite
Réponse de le 14/03/2015 à 19:26 :
@et qui remplit surtout la poche de l état et qui a profité du meilleur dispositif fiscal " le besson" ( gouvernement de droite?) ; mais si l on faisait un sondage auprès des locataires je suis certain que tous les pleurnichards genre locataire inapte a vivre au delà du périph vous seriez surpris .
Réponse de le 15/03/2015 à 15:27 :
les subventions open bar ont été déversées de 2007 à 2012
Réponse de le 15/03/2015 à 15:29 :
il est normal pour les bailleurs de reverser des impôts, si c'est trop aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte, les rentes tuent l'emploi en France.
Réponse de le 17/03/2015 à 18:53 :
@pardon : l idée recue ou désinformation permanente qui consiste à dire " les aides fiscales c est la droite " me fait toujours rire .Le premier homme politique à imaginer les aides fiscales à l investissement locatif est Paul Quiles en 1984 ..Ils existent sous tous les gouvernements de droite comme de gauche ( besson duflot) . Ces dispositifs existent partout comme en Allemagne ( beaucoup plus simple) ou aux US . Par contre l APL est une spécifité française ..
Réponse de le 18/03/2015 à 19:28 :
sous la droite c'était open bar avec le scellier, les défiscalisations, le fait que madame bettencourt pouvait les obtenir et le ptz open bar très important versé sans condition aucune dans l'ancien dans les années sarkozy où la demande dépassait l'offre : cétait tout simplement une escroquerie
Réponse de le 19/03/2015 à 19:11 :
fait pratiquement 10 années avant 2012 que les aides publiques sont déversées sur un marché en surchauffe où l'offre était dépassée par la demande, et la période 2007-2012 a été le clou du spectacle, résultat, les prix ont grimpés massivement, ajoutons des crédits quasi gratuits sur 30 ans et la boucle est bouclée.
Réponse de le 19/03/2015 à 19:50 :
@ben non : je ne sais pas de quoi vous parler au sujet de mme Bettencourt ; s il s agit du PTZ sous NS elle n y avait pas le droit puisqu elle n est pas primo -accédant .Ce dispositif permettait aux classes moyennes d accéder à la propriété mais sûrement vous fustigez les classes moyennes ( les 47 % de français qui payent l IR) . Petit détail : NS le président des riches a alourdi de façon considérable les PV pour les bailleurs ( exoneration 30 ans) . FH les a ramener à 22 ans .Êtes vous certain de pas vous tromper sur qui est le président des riches?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :