Agent immobilier  : un métier fait pour les jeunes  ?

 |   |  707  mots
Les métiers de la transaction immobilière seraient faciles d'accès.
Les métiers de la transaction immobilière seraient faciles d'accès. (Crédits : Reuters)
Les agences immobilières recherchent des jeunes férus de numérique. Mais ces métiers sont-ils attractifs pour la nouvelle génération ?

Le métier d'agent immobilier deviendrait-il attractif pour les jeunes ? La mutation profonde du métier, notamment en ce qui concerne la transaction immobilière, encourage, du reste, les réseaux d'agences à lorgner la jeune génération pour leurs recrutements. Le temps où les agents immobiliers se limitaient à poster des annonces sur Seloger.com pour trouver des clients est en effet durement remis en question. Les facilités de mise en contact entre particuliers pour les transactions par le biais de plateformes comme Leboncoin.fr ou Pap.fr, imposent désormais aux agents immobiliers de s'inscrire dans une démarche proactive vis-à-vis de leur client, afin de maintenir un niveau de service adéquat. Que ce soit en termes de suivi ou de démarche commerciale, notamment sur les réseaux sociaux.

De bonnes habitudes

Cette approche proactive du métier passe ainsi par une maîtrise parfaite des outils numériques - plus de 90% des démarches d'achat des particuliers démarrent sur internet. D'où l'intérêt pour les professionnels du secteur, de recruter des profils plus jeunes pour les métiers de transaction.

« Les jeunes ont un usage quotidien des nouvelles technologies. Et ils intègrent très vite les méthodes de travail pour accompagner les clients dans les transactions », note François Gagnon, président Europe du réseau d'agences immobilières Era.

Pour gagner en réactivité et en efficacité, « la maîtrise des nouvelles technologies pour les agents immobiliers devient prépondérante », insiste François Gagnon.

Agent immobilier, une vocation ?

Les agents ont donc un intérêt à recruter des jeunes. Mais en est-il de même de l'intérêt des jeunes pour les métiers de l'immobilier, qui souffrent historiquement d'une mauvaise réputation chez une partie de la population ? Autrement dit, y'a-t-il des vocations qui naissent chez les jeunes pour l'immobilier ? On en trouve : ancien salarié d'un réseau de mandataire, Nicolas, tout juste trentenaire, est même en train de fonder une startup dans l'immobilier qui s'appellera Welmo. Lui est tombé dans l'immobilier pour donner du sens à son métier : revenu d'une année d'étude au Pérou où il a vécu en collocation avec des jeunes de nationalités différentes, il s'est proposé, à son retour, de devenir intermédiaire immobilier pour les jeunes étrangers qui éprouvent des difficultés à trouver un logement lorsqu'ils viennent étudier en France. S'il s'est, certes, spécialisé depuis dans les transactions immobilières, il garde à l'esprit de créer, un jour, un service « dédié aux étudiants étrangers pour les aider à trouver facilement un logement en France », explique-t-il.

Un métier facile d'accès

Il est donc possible de donner du sens à son métier dans l'immobilier. Mais ce n'est, dans la réalité, pas toujours le cas. Et l'un des principaux intérêts du monde de l'immobilier pour les jeunes reste qu'il est relativement facile d'accès.

« Les métiers de la transaction immobilière sont des métiers facilement abordables. Les barrières pour y accéder sont très peu nombreuses », confirme François Gagnon.

Une caractéristique intéressante à une période où le taux de chômage chez les jeunes est élevé - plus de 24% pour les 15-24 ans - et reste proche de 9,5% pour les 25-49 ans, selon l'Insee. Le métier de négociateur immobilier est même accessible avec moins d'une année d'expérience, note un Observatoire des métiers du secteur de l'immobilier réalisé à l'initiative de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec).

Bien gagner sa vie ?

Par ailleurs, « la profession immobilière donne sa chance à beaucoup de profils différents. Les recrutements dépendent en fait principalement de la qualité du discours commercial », constate Nicolas.

Certes, en cas de conjoncture économique difficile, les métiers de la transaction immobilière peuvent s'avérer très compliqués à exercer, car la plupart des négociateurs sont rémunérés à la vente ; mais il faut tout de même dire que « ceux qui y arrivent peuvent, aussi, bien gagner leur vie », note aussi le jeune trentenaire. Ces métiers de l'immobilier ne sont pas sans risque, donc, mais peuvent offrir des opportunités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2016 à 20:50 :
Agent immobilier c'est le meilleur moyen d'être au chômage d'ici 4 ans. Et durant ces 4 ans vous serez en emploi précaire. Si vous êtes con, faites agent Immo, ou alors répareur de machine à écrire. C'est tout aussi inutile et dépassé!
a écrit le 03/05/2016 à 14:10 :
"ils intègrent très vite les méthodes de travail pour accompagner les clients dans les transactions », note François Gagnon, président Europe du réseau d'agences immobilières Era."

Cela sent le bonne vieille discrimination par l'âge ,un bon moyen de virer une génération par ce biais.Au fait, il a quel âge ce monsieur Gagnon ?, je dirais une quarantaine d'année sur sa photo ,un peu tard aussi pour lui l'informatique , non ? ,il faut mettre un jeune à sa place en CDD si possible .C'est pas lui d'ailleurs qui veut Uberiser pour le meilleur , c'est sur quand on est pas concerné par le sujet...
a écrit le 03/05/2016 à 11:21 :
"L'amédiation", soit la diminution du recours à des intermédiaires sonne le glas des grosses commissions. On est sur du volume maintenant pour marger.
a écrit le 03/05/2016 à 8:51 :
Agent immobilier, c'est bien pour les jeunes sans qualifications ni qualités, et ayant les dents longues.
Malheureusement ce n'est plus un métier d'avenir... La démographie, la finance... On aura de moins en moins besoin d'agents immobiliers.
Réponse de le 03/05/2016 à 11:05 :
Tout à fait d'accord !
Réponse de le 04/05/2016 à 7:47 :
N'importe quoi !
Pour info : pour être agent immobilier, il faut avoir une carte professionnelle , pour l'obtenir, il faut un diplôme niveau Bac+3 en économie, gestion ou droit
Les jeunes sans qualifications sont agents commerciaux et travaillent sous la responsabilité d'un agent immobilier en titre
Au quotidien, l'AI a un devoir de conseil, ce qui suppose des connaissances juridiques, réglementaires et fiscales
70% des litiges en matière immobilière sont liées aux transactions entre particuliers

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :