Immobilier : à Paris, les ménages modestes de moins en moins propriétaires

 |   |  443  mots
De 2005 à 2015, la proportion de cadres et dirigeants d'entreprises parmi les acquéreurs d'un appartement dans la capitale a grimpé à 63% contre 48%.
De 2005 à 2015, la proportion de cadres et dirigeants d'entreprises parmi les acquéreurs d'un appartement dans la capitale a grimpé à 63% contre 48%. (Crédits : REUTERS/Christian Hartmann)
Le prix moyen au m² passé de 5.200 euros fin 2005 à près de 8.000 euros fin 2015 a rendu "très difficile" l'accès à la propriété pour les ménages modestes et même intermédiaires. Cadres et dirigeants d'entreprises comptent pour 63% des acquéreurs, selon une étude des notaires.

La flambée de l'immobilier parisien a éloigné les ménages modestes et intermédiaires de l'accès à la propriété. Environ deux acquéreurs de logement sur trois sont désormais des cadres ou des dirigeants d'entreprise à Paris, constatent la Chambre des notaires de Paris dans une note publiée mardi.

De 2005 à 2015, la proportion de cadres et dirigeants d'entreprises parmi les acquéreurs d'un appartement dans la capitale a grimpé à 63% contre 48%, soit un bond de 15 points en dix ans, soulignent les notaires. En Ile-de-France, la hausse de ces catégories sociales aisées a été de 10 points sur la période, pour atteindre 44%. Les ménages intermédiaires ne réalisent plus qu'un achat de logement sur cinq (21%) environ dans la capitale, contre 29% il y a dix ans. Encore à l'origine de 13% des transactions il y a dix ans, employés et ouvriers sont de leur côté tombés à 7%, une proportion égale à celle des retraités, en légère hausse (6% en 2005).

A Paris, le prix moyen au m² a flambé de 54% en dix ans, passant de 5.200 euros fin 2005 à près de 8.000 euros fin 2015, ce qui a rendu "très difficile" l'accession à la propriété pour les ménages modestes et même intermédiaires, observent les notaires.

Phénomène semblable dans la petite couronne

La même évolution est à l'oeuvre en petite couronne, où la part des employés et des ouvriers recule fortement (-8 points à 18%) en particulier dans le département le plus cher, celui des Hauts-de-Seine (11% en 2015, soit 7 points de recul en 10 ans).

La progression des cadres et dirigeants d'entreprise y est également très notable : ils ont réalisé l'an dernier 43% des acquisitions de logements (+11 points), tandis que les professions intermédiaires reculaient à 30% (-4 points).

En Seine-Saint-Denis, qui demeure le département de petite couronne le plus abordable, la part des dirigeants d'entreprise et cadres est moindre à 30%, mais elle progresse tout de même de 9 points en dix ans.

Des changements moins marquants dans la grande couronne

En revanche, en grande couronne, où les prix sont plus accessibles, l'origine socio-professionnelle des acquéreurs demeure plus diversifiée, observent les notaires. La part des cadres et dirigeants d'entreprise y augmente aussi, mais dans des proportions plus modestes (+3 points à 32%) au détriment des employés et ouvriers (-4 points), toutefois encore assez présents puisqu'ils représentent 29% des acquéreurs d'appartements.

La typologie des acquéreurs de maisons en grande couronne est restée plus stable, ces dix dernières années : les dirigeants d'entreprise et cadres y représentent 32% (+3 points), les professions intermédiaires 33% (-1 point), les employés-ouvriers 30% (-1 point) et les retraités 5% (+1 point).

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2016 à 7:02 :
Les cotisants ne peuvent plus racheter les investissements des retraités? Vraiment? Le délai moyen de vente pour un appart à Paris n'est que de 8 semaines pour un m2 qui dépasse en moyenne les 8000 euros. Il semblerait que si vous vous ne pouvez pas, beaucoup d'autres le peuvent...
a écrit le 12/05/2016 à 7:38 :
Débat très intéressant que tout ça, il faut malgré tout rétablir quelques vérités:
-le secteur Immo n'est pas subventionné, personne ne touche de cash. Il s'agit juste de baisses d'impôts qui sont, en France, considérés comme des gros mots. La fiscalité est simplement ramenée à un niveau acceptable. En France on est tellement conditionné que des qu'on baisse les prélèvements quelques part on parle de "subventions".
-ensuite, les crédits d'impôts pour l'améliorations de l'habitat sont comme le Pinel un dispositif gagnant/gagnant pour l'état et l'investisseur: il permet de diminuer notre déficit commercial en limitant l'importation d'énergies fossiles tout en permettant une lutte efficace contre la pollution via des constructions peu energivores.
-arrêtez avec "les rentiers de la pierre": 80% des proprios bailleurs ne possèdent qu'un ou deux biens qui pour 70% contribuent au maximum à 30% de leurs revenus globaux. Le profil type est un couple de classe moyenne investissant pour un complément retraite.
-les bâtiments construits en Pinel aux loyers modérés font travailler les 1,5 millions d'actifs du BTP aux 150 milliards de chiffre d'affaire non delocalisables en rénovant et bâtissant du neuf aux normes RT2012.
Restons objectifs.
Réponse de le 12/05/2016 à 19:23 :
"Il s'agit juste de baisses d'impôts qui sont, en France, considérés comme des gros mots" : Les baisses d'impôts sont équivalentes à des chèques.
Les perdants dans l'histoire sont ceux qui payent leurs impôts plein pot et leurs logements plus cher puisqu'on rend l'achat intéressant pour la concurrence.
Restons objectif : Cessez de vous moquez du monde! Vous voulez la liberté de fixer les prix? Très bien : L'état ne doit pas intervenir!!!
Ras le bol des pleurnichards qui nous parlent de leurs retraites quand leurs cotisants ne peuvent plus racheter leurs investissements!!!
Réponse de le 12/05/2016 à 22:43 :
@@pitcho : il est certain que les ménages modestes qui payent 900 euros de loyer pour 25 m2 à @alatar , même s ils sont ses amis, ne pourront jamais devenir propriétaires et prefereront toujours un loyer hlm type pinel .
Réponse de le 13/05/2016 à 6:53 :
@@Pitcho: tout d'abord je ne pleurniche pas, j'explique une situation. Ensuite ces baisses d'impôts n'ont pas à intervenir sur quelques secteurs comme l'immo et certaines niches fiscales mais doivent être généralisées et simplifiées. Quant à l'intervention de l'état, elle peut parfois avoir du sens lorsqu'il s'agit de forcer les municipalités à acquérir du logement hlm ou via des dispositifs comme les APL permettant à des étudiants ou des ouvriers de pouvoir encore vivre dans les centres des grandes métropoles et notamment à Paris. Lorsque 20 personnes se battent pour louer un studio dans le 6eme, croyez-vous vraiment que des personnes modestes puissent avoir une chance sans ces garanties? La suppression de l'intervention de l'état accentuerait le phénomène de gentrification des centre-villes comme à Londres et comme parfaitement décrit par le géographe Christophe Guilluy.
Réponse de le 13/05/2016 à 12:41 :
"La suppression de l'intervention de l'état accentuerait le phénomène de gentrification des centre-villes comme à Londres" : Si deux pauvres se battent pour une chambre de bonne convertie en studio et que l'état file 300 euros à chacun, les deux pauvres montent l'enchère de 300 euros le "problème" reste entier!
Alors, oui, l'un des pauvres peut prendre le pas sur un jeune qui gagnent 1800 euros par mois. Il faut l'éjecter de la ville pour éviter la gentrification?
J'en doute! D'une part, c'est ça qui transforme Paris en une ville pour très riches ou très aidés. D'autre part, la classe moyenne n'a pas à payer son expulsion en banlieue avec ses impôts.
Un marché libre subventionné est une arnaque. C'est le jeu dans cette gérontocratie : Profitez en bien, mais arrêtez de vous moquez du monde en prétendant que c'est utile.
Réponse de le 13/05/2016 à 18:09 :
Quand on gagne 1800 euros on ne cherche pas à vivre à Paris, ou alors on ne parle pas de vie mais de survie.
a écrit le 04/05/2016 à 9:08 :
Et comme diraient certains commentateurs membres du lobby immo : non il n'y a pas de problème de prix abusifs ni de bulle sur l'immo en IDF, ou bien à la rigueur si mais il ne faut surtout pas faire quoi que ce soit comme mesures régionales ciblées qui puissent résoudre le problème, et surtout pas :
- encadrement des loyers pour forcer les prix à descendre pour maintenir la rentabilité. C'est fait dans des états communistes comme l'Allemagne, les USA et d'autres.
- Augmentation drastique de la taxation des résidences secondaires et de l'immo vacant/vide pour forcer son retour sur le marché pour les gens qui achètent un logement pour faire des choses saugrenues comme habiter dedans.
- Régulation des logements mis en location sur AirBnB (qui, rappelons le, a été créé à l'origine pour mettre en location sa résidence PRINCIPALE pendant une ou deux semaines par an, pas pour des rentiers multipropriétaires qui y mettraient tout ou partie de leur énorme parc pour en tirer plus de fric en louant à la semaine par des touristes), pour qu'il soit réintroduit sur le marché pour les salariés. C'est ce que font de plus en plus de grandes métropoles partout dans le monde dans des dictatures socialistes comme l'Espagne, l'Allemagne, les USA et d'autres.
- Refonte de la taxe foncière pour l'indexer non pas sur une obscure valeur cadastrale des années 70, mais sur le prix de vente du logement s'il était sur le marché : taxe foncière = 2 à 3% du prix. C'est ce qui se fait dans la dictature stalinienne des Etats-Unis d'Amérique et d'autres paradis bolchéviques.

Et je prends les devants sur les habituels "si-les-prix-sont-si-hauts-c'est-avant-tout-à-cause-de-la-fiscalité-il-n'y-a-pas-de-spéculation" : rappelons que l'IDF en général, et Paris en particulier, est probablement la zone de France (et au moins une des zones) où les impôts locaux (taxe foncière et taxe d'habitation, les deux seuls impôts qui changent d'une région à l'autre) sont les plus bas de France.
Réponse de le 04/05/2016 à 12:12 :
@alatar : Vous m obligez encore à réagir ! Mais pourqoui mentir à ce point ? En espagne la taxe foncière appellée IBI est nettement inférieure à nos taxes foncières !! Idem en allemagne ou elle se situe autour de 0.40% du bien ...On est loin des 3 % que vous préconisez ! Cependant je suis d accord pour qu on augmente trés fortement les impôts locaux sur Paris ..3% par exemple pour le logement que vous louez et donc au final une rentabilité négative ..pourqoui pas .
Réponse de le 04/05/2016 à 23:10 :
Et aussi :
- En présence d'APL, la règle du tiers des revenus doit être respectée (facile à défendre politiquement : les aides n'ont pas à finir dans les rentes)
- Suppression Pinel et PTZ : Un marché libre ne doit pas être subventionné
- Suppression de l'abattement systématique de 30% sur les revenus fonciers + toutes les aides à la rénovation (l'état n'a pas à entretenir l'immobilier des particuliers).
- Taxe dissuasive pour la rétention de foncier, les logements vides, les successions qui traînent sur les ruines, etc.
Réponse de le 04/05/2016 à 23:12 :
" En espagne la taxe foncière appellée IBI est nettement inférieure à nos taxes foncières !!" : Quel modèle! Combien de trentenaires chez leurs parents?
L'Allemagne, c'est le modèle des libéraux de circonstance : Pour l'immobilier, ils préfèrent le clientélisme électoral!
Réponse de le 05/05/2016 à 7:41 :
@@alatar: dans un pays ou plus de 50% des foyers percoivent de la CAF et 53 % sont exonérés d impôt sur le revenu il est logique de vouloir plus d impôt pour ceux qui en payent ..mais SVP ne dîtes pas des énormités ..1) le pinel est un avantage fiscal qui rapporte plus à l état qu il ne coute ! TVA = avantage fiscal et CSG et IR sur loyer pendant 9 ou 12 ans sans comptabiliser qu un logement = au moins un emploi sur un an donc tout bénéfice pour l état. 2) l abattement de 30 % ne correspond pas seulement aux travaux mais à l ensemble des charges ( taxe fonciere , assurance proprio , frais de gestion etc ..) .
Réponse de le 05/05/2016 à 16:30 :
"1) le pinel est un avantage fiscal qui rapporte plus à l état qu il ne coute !" : Quand on me propose d'éviter de payer 63 000 euros sur 12 ans, l'état est forcément perdant. Au mieux, les promoteurs sont gagnants et l'investisseur paye plus cher (donc tous le monde paye plus cher).
Pour les APL, dans les zones tendues, elles finissent dans la poche des propriétaires (j'étais moins solvable avec 1800 euros par mois que les allocataires de la CAF, les APL sont intégrées dans les rentes). Mais bon, les "investisseurs" français ne sont même pas fichus de comprendre comment se fixe un prix....
Pour le reste, l'état paye les assurances des entreprises???
Restez dans le déni : Profitez bien de cette gabegie! Vous ne vous étonnerez pas quand les jeunes qui subissent cette bulle seront une majorité électorale peut enclin à être solidaire avec la génération des parasites de la rente immobilière. Un peu de libéralisme pour la santé, les retraites, etc. : Ca vous tente?
Réponse de le 05/05/2016 à 18:56 :
@hum : non c est faux ! Dans ce cas et suivant votre raisonnement dites aussi que puisque l impôt sur le revenu est progressif que l état est perdant !! Le pinel ne coute rien à l état et au contraire rapporte à l état plus qu il ne coute .Mr Ayraut qui fustigeait tant les dispositifs fiscaux s est bien gardé de supprimer ces dispositifs car pragmatique quand on est au pouvoir .Le pinel est avant tout un dispositif trés avantageux pour les promoteurs , pour l état et pour les locataires puisque loyer modéré ..et surtout un piege à c..pour les investisseurs qui se font abuser par l avantage fiscal : dispositif donc à conserver en toute urgence !!
Réponse de le 06/05/2016 à 8:47 :
@malcomprenant
Pour les impôts "fonciers" à 2-3% de la valeur du bien, si vous aviez pris la peine de lire mon commentaire, je citais les Etats-Unis (célèbre dictature communiste où on spolie "ceux qui ont réussi"), pas l'Espagne.
L'Allemagne, pour sa part, applique tout un tas de dispositifs anti-spéculation assez radicaux, dont un millième ferait hurler nos vieux rentiers franchouillards. A commencer par l'encadrement des loyers.

"Cependant je suis d accord pour qu on augmente trés fortement les impôts locaux sur Paris ..3% par exemple pour le logement que vous louez et donc au final une rentabilité négative"
Vos attaques ad hominem me manquaient. Pour commencer, pour vous qui citez mon cas personnel à chaque commentaire, vous oubliez que mon studio ne se situe pas à Paris mais en petite couronne. Mais même avec 3% je suis encore gagnant en rentabilité. En revanche, je serais pour, parce qu'autant ça plomberait ma "rentabilité locative", autant ça provoquerait une chute des prix qui mettrait à ma portée l'achat d'un 2-3 chambres en petite couronne dans un des quartiers sympathiques que je convoite.

Pour le reste de vos insinuations, comme d'habitude, dans vos calculs pour dire que "ça rapporte à l'Etat", vous considérez que 100% des appartements qui se vendent dans ce pays sont vendus UNIQUEMENT parce que Pinel, et sans ce dispositif, il y aurait précisément ZERO vente immobilière réalisée dans l'ensemble du pays. Ce qui est pour le moins discutable.
Réponse de le 06/05/2016 à 10:11 :
@alatar: faux je n ai jamais dit que les ventes en locatif uniquement etaient du pinel ..le pinel a boosté les vente du neuf car le rentier ( pffff!!!) fait un pinel ou rien et donc cela est rentable pour l état ( ir csg sur loyers percus) . Mais encore une fois nous sommes d accord sur beaucoup de points : suppression du pinel , suppression de l APL pour le privé , augmentation importante des taxes foncieres sur paris et sur sa couronne ( 1,5 mois de loyer pour la taxe fonciere sur bordeaux ou toulouse ou Pau) , PV sur résidence principale ..en contre partie refonte du statut du bailleur comme en allemagne . Dernier point : arretez de prendre pour exemple les EU ( ou la suisse) ..Parlez d un état aux EU ou d un canton en suisse en incluant l ensemble de la fiscalité immobiliere de ce même état et seulement aprés on comparent. Pour conclure êtes vous certain de pas vous tromper de cible lorsque sans cesse vous assimilez les bailleurs à des rentiers .Qui sont les rentiers en france ?
Réponse de le 06/05/2016 à 13:18 :
@malcomprenant
"faux je n ai jamais dit que les ventes en locatif uniquement etaient du pinel"
Pourtant, pour dire que "le Pinel est excédentaire pour l'Etat", vous vous basez sur une nombre de ventes. Or, si le Pinel n'existait pas :
- le coût du Pinel serait de 0.
- 90% (hypothèse pessimiste, en réalité probablement bien plus, on parle tout de même de zones tendues) de ces appartements se seraient tout de même vendus sans Pinel, et donc les recettes fiscales (notamment la TVA, l'IR, la CSG que vous citez) auraient été au rendez-vous.
A partir de là, quiconque est allé plus loin que le CM2 à l'école comprend qu'en comparant les deux, le scénario avec Pinel est beaucoup plus coûteux pour l'Etat.

Pour ce qui est des autres pays, je ne fais qu'évoquer des pistes pour les zones tendues, notamment les encadrements de loyers (Allemagne et autres). Je me suis abstenu d'évoquer d'autres choses comme la taxe "loyer implicite" appliquée en Suisse (qui est assez stupide : le poids de l'impôt immo doit être supporté d'abord par les résidences secondaires et autres biens vides, puis par les bailleurs, et uniquement en dernier recours par les résidences principales).
Pour ce qui est de la taxe foncière, elle ne doit pas être en fonction du loyer mais en fonction du prix de vente du bien sur le marché (modèle USA et autres). Ainsi, on va voir pendant combien de temps nos multipropriétaires Parisiens vont jurer la main sur le coeur que leur appartement vieillissant des années 70 vaut 10 000€/m².
Réponse de le 06/05/2016 à 14:54 :
@alatar : " or si le pinel n existait pas le coût de pinel serait 0 " ..et bien @alatar voys venez d inventer l eau tiede ! Vous prenez les investisseurs ( oh pardon les rentiers cupides) pour des neuneus ! Si le pinel n existait pas les investisseurs aujourd hui seraient totalement absents du marché du neuf du fait d une fiscalité trop lourde aujourd hui pour une location vide ( csg ir taxe fonciere) . L état est par conséquent gagnant avec ces dispositifs 1) fiscalement 2)emplois à la clef 3) le pinel n est autre qu un dispositif "hlm" puisque loyer modéré .Pourquoi admettez vous que les bailleurs sociaux bénéficient d exoneration fiscales ( taxe foncière) et pas les particuliers ?

Réponse de le 06/05/2016 à 15:43 :
"Dans ce cas et suivant votre raisonnement dites aussi que puisque l impôt sur le revenu est progressif que l état est perdant !!" : Comparaison n'est pas raison, qui plus est quand on compare les choux et les carottes...
"Le pinel ne coute rien à l état et au contraire rapporte à l état plus qu il ne coute ." : Par quelle magie? Laissez les prix baisser de 10 000 euros serait plus rentable que subventionner les prix via une baisse d'impôt!!!
"Ayraut qui fustigeait tant les dispositifs fiscaux s est bien gardé de supprimer ces dispositifs car pragmatique quand on est au pouvoir" : On cède surtout aux lobbies de l'immobilier et au clientélisme électoral... Que font les allemands qui ont plus de 50% d'électeurs locataires?
Arrêtez vos salades : Un marché libre n'a pas à être subventionné à la hausse! Vous avez beau être heureux de vous goinfrer via ces mécanismes, c'est une escroquerie! Si l'achat n'est pas rentable pour un investisseur, les prix doivent baisser si on est libéral : Là, vous défendez une escroquerie inter-générationnelle.
Je n'ai pas à payer plus d'impôt qu'un imbécile qui fait monter les prix du logement en achetant en Pinel!!!
Réponse de le 06/05/2016 à 18:45 :
@alatar : en CM2 on doit savoir lire .8a.je me goinfre pas de ces dispositifs puisque j affirme que le pinel est un piège à c.. rentable pour l état pour les promoteurs et pour les locataires . Le pinel n est pas une subvention mais juste un avantage fiscal lié au fait qu il impose des loyers modérés aux locataires tout comme l état accorde des avantages fiscaux aux organismes hlm . J ajoute ce dispositif est un dispositif de gauche il me semble. Pour ma part je répète la fiscalité immobilière est la plus lourde du monde en france , personne ne conteste ce fait sauf vous , et n allez pas encore transformer mes propos : cette fiscalité est necessaire dans un état qui est aussi sans contestation un modèle social mais continuez à rever comme tous ceux qui me contestaient en 2008 quand je disais qu il n y aura pas d eclatement de la bulle immobilière dans un tel contexte fiscal .Vous pouvez comme vous le préconisez taxer et surtaxer cela aura effet inverse sur les prix. Le pinel n est que "queue de cerise" , 5 % du nombre total des ventes ..on peut le supprimer cela evitera de dire comme vous que c est le pinel qui fait monter les prix.
Réponse de le 08/05/2016 à 0:24 :
@malcomprenant
" Si le pinel n existait pas les investisseurs aujourd hui seraient totalement absents du marché du neuf du fait d une fiscalité trop lourde aujourd hui pour une location vide ( csg ir taxe fonciere)"

Vous y êtes presque, poursuivez un peu votre raisonnement et vous comprendrez le problème : sans Pinel, on va admettre votre hypothèse que pas un seul "investisseur" n'achètera le moindre logement dans toute la France, Zéro vente immobilière dans tout le pays. Devinez la suite : des prix à la baisse pour s'aligner sur le budget de toute une catégorie de la population, qui achète des logements non pas pour s'en servir comme rente locative, mais pour en faire des choses bizarres comme habiter dedans.
Réponse de le 08/05/2016 à 7:47 :
@alatar ou super bobo : c est quand affolant de vous lire et de dire en permanence que les bailleurs sont des rentiers ( rentiers qui se goinfrent etc ..) quand vous même louer 25 m5 plus de 900 e dans la petite couronne!!! J ai beau regarder dans boncoin dans le 92 , 900 e c est du "brutal" , ils se comptent sur le doigt de la main ! Comme vous savez lire relisez le profil type du bailleur ..le bailleur est un salarié cadre ou profession liberale qui investit dans l immobilier ( en general un bien ) dans le but de se constituer une retraite . ..il n est en rien rentier puisqu il ne vit pas de cette rente ..aussi stupide que dire qu un possesseur de livret A ou CEL , d une assurance vie est un rentier .
Réponse de le 08/05/2016 à 11:55 :
"dans le but de se constituer une retraite" : Il y aurait donc une retraite par capitalisation? Subventionnée qui plus est? Les mêmes qui demandent la solidarité nationale demandent à pouvoir augmenter leurs loyers sans contrainte? ARNAQUE!!!
Du reste, vous ne répondez pas à Alatar : Et si on laissait tout simplement les prix baisser quand il n'est plus intéressant pour un investisseur d'acheter???
Réponse de le 08/05/2016 à 15:54 :
@@malcomprenant : Ce n est pas plus subventionné que la non imposition des interêts sur livret A ou LDD ..Et je re répète je suis pour la suppression du pinel qui est un piège à c...fiscal pour les bailleurs .Si @alatar avait son petit studio (25m2) en pinel il ne pourait le louer que 450 e /mois au lieu de 900e soit près de 70 000 e de moins sur 12 ans . ..Pour un bien neuf de 25 m2 dans la petite couronne , en gros 180 000 , son avantage fiscal serait de 37 000 euros ( 21%) ..cherchez le piège . Et surtout n oubliez pas de répondre à cette question : En quoi justifiez des avantages fiscaux aux bailleurs sociaux ( taxe foncière) et non aux petits bailleurs qui moderent comme hlm leurs loyers ?
Réponse de le 09/05/2016 à 13:49 :
@malcomprenant
"c est quand affolant de vous lire et de dire en permanence que les bailleurs sont des rentiers ( rentiers qui se goinfrent etc ..)"
Je parle essentiellement des multipropriétaires, pour la plupart retraités, qui ont vu la valeur de leurs appartements quadrupler entre 1997 et 2012. Et les stats sont là : le propriétaire-type à Paris correspond à cela.

"quand vous même louer 25 m5 plus de 900 e dans la petite couronne!!! J ai beau regarder dans boncoin dans le 92 , 900 e c est du "brutal" , ils se comptent sur le doigt de la main!"
J'aimerais bien que ça ne parte pas pour ce prix-là pour raison de prix et loyers beaucoup plus bas sur le marché . Oui, je suis assez haut, mais proche des transports, et pour un appartement meublé, bien équipé, bien isolé (factures énergétiques ridicules) et en excellent état, sur un parc locatif régional (Paris et petite couronne) principalement constitué de poubelles thermiques à moitié en ruine.
Au passage, une dédicace pour tous les rentiers qui considèrent que si la moindre mesure de régulation des prix ou loyers est votée, il ne pourra plus y avoir d'entretien : on voit dans quel état est le parc Parisien après 15 ans au cours desquels les prix de vente ont quadruplé et les loyers doublé. Il n'y a aucune corrélation (en zone tendue du moins) entre prix/loyers abordables et entretien.
Réponse de le 09/05/2016 à 17:54 :
@alatar..mais oui mais oui..pff.
a écrit le 04/05/2016 à 8:09 :
Sans parler qu en 1995 il était à 3,500€ le m2

Bref il serait temps que le gouvernement fasse quelque chose contre cette bulle nuisible pour l économie (moins de consommation car les ménages consacrent une trop grosse part de leur revenu pour l'immobilier, injustice entre génération avec les vieux qui ont acheté pas cher pour vendre cher net d impôt aux jeunes, investissements consacrés a l immobilier au dépend de nos entreprises)

Il faut jouer sur la demande (l offre étant plus ou moins constante en métropole)
- baisser la rente et la demande des investisseurs : taxe sur la valeur des biens immobiliers à hauteur de 4% par an, déductible des montants payés en Impot sur le revenu et en charge salariale (seuls les rentiers et ce qui ne déclarent pas de revenu en France paieront), plafonnement des loyers à 6% de la valeur du bien (en pratique jamais atteint à Paris ou la loi Alur est fixée en dessous de ce seuil)
- baisse de la demande des particuliers : interdiction de s endetter a plus de 15 ans, obligation d avoir 30% d apport (les imbéciles verront cette mesure comme restrictive pour les ménages, ils ne comprennent pas qu en limitant la capacité d investissement des ménages avec une offre constante, les prix vont baisser pour s adapter à la demande)

Évidemment il faut protéger la construction neuve
- la taxe sur les biens immobiliers n est que sur les biens anciens (>10ans)
- les travaux sont déductibles à 50% de cette taxe sur l immobilier

Et réguler le foncier
- obligation de construire dans les 5 ans sinon plus de permis de construire
- permis de construire donnés exclusivement par une administration centrale après demande par la mairie (inadmissible que les maires aient le droit de donner des permis de construire : évidement que cela crée de la corruption en pagaille - le maire d un village permet à son voisin de faire x10 sur le prix de ses terrains s ils sont constructibles c est quand même tentant de demander une contribution financière, il faut arrêter d être naïf !!)
- permis de construire donne exclusivement sur des terrains appartenant
Réponse de le 04/05/2016 à 9:33 :
Si les prix sont si élevés c'est qu'il y a tout simplement des gens prêts à mettre de telles sommes pour pouvoir vivre à Paris qui n'est pourtant pas la ville la plus chère du monde. En Suède ont peut s'endetter sur... 70 ans et plus! La gentrification décrit dans l'excellent ouvrage de Christophe Guilluy "la France périphérique" décrit parfaitement ce phénomène qui sera difficilement enrayable du fait de la présence d'acquéreurs solvables.
Réponse de le 04/05/2016 à 23:18 :
"Si les prix sont si élevés c'est qu'il y a tout simplement des gens prêts à mettre de telles sommes pour pouvoir vivre à Paris qui n'est pourtant pas la ville la plus chère du monde." : Oui, oui, il y a pire ailleurs... Mais excusez nous de ne pas envier les londoniens (je sais que vous êtes nombreux à rêver de pouvoir augmenter le loyer en cours de bail...)
Pour le reste, si des investisseurs sont prêts à mettre 150 000 euros à Paris, ce n'est pas sans lien avec le fait que les APL permettent à un SMICARD de louer à 700 euros par mois ("il vous reste à charge 400 euros"). Ce n'est pas non plus sans lien avec le fait qu'on peut filer des centaines de millier d'euro gagné dans la bulle à ses enfants sans la moindre taxe sur les successions.
Vous voulez comparé à un pays qui n'a pas un électorat à goinfrer avec une bulle immobilière? Observer la situation en Allemagne et la réaction aux hausses de prix!
a écrit le 03/05/2016 à 17:41 :
"De 2005 à 2015, la proportion de cadres et dirigeants d'entreprises parmi les acquéreurs d'un appartement dans la capitale a grimpé à 63% contre 48%"

Et ben voila, on les trouve enfin ceux qui délocalisent l'emploi des autres .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :