Immobilier : de plus en plus de logements pour les classes moyennes ?

 |   |  591  mots
L'offre de logements intermédiaires va-t-elle détendre le marché du logement social ?
L'offre de logements intermédiaires va-t-elle détendre le marché du logement social ? (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
L'offre de logements intermédiaires, à destination des classes moyennes, prend forme. D'ici à quelques mois, les ménages pourraient en sentir les premiers effets.

Progressivement, l'offre de logements dédiée aux classes moyennes prend forme. Après avoir structuré et clarifié le statut du logement intermédiaire par lois et ordonnances, les pouvoirs publics lancent désormais la production concrète d'une nouvelle offre de logements à loyers modérés dans les zones tendues, là où les écarts de prix entre les logements du secteur libre et du secteur social social sont les plus importants. C'est la filiale de la Caisse des dépôts, la société nationale immobilière (SNI), qui est jusqu'ici l'acteur principal du déblocage de cette offre nouvelle de logements locatifs à destination des classes moyennes.

31.500 logements intermédiaires en 5 ans

Après avoir créé un fonds dédié au logement intermédiaire abondé par des investisseurs institutionnels -le projet Agros- pour la construction de 6.500 logements intermédiaires, la SNI s'est récemment vue confier la gestion d'un fonds de l'Etat doté d'un milliard d'euros pour l'investissement dans le logement intermédiaire. Bercy estime que ce fonds permettra de créer 13.000 logements intermédiaires au cours des cinq prochaines années.

Alors qu'ils craignaient qu'une autre entreprise ne remporte l'appel d'offre et ne vienne concurrencer leur projet Argos, la SNI et son président André Yché ont donc finalement réussi à obtenir gain de cause. En plus, 900 millions d'euros supplémentaires en faveur du logement intermédiaire seront mis sur la table par la Caisse des dépôts. Ces montants doivent générer la construction de 12.000 lots supplémentaires pour les classes moyennes. Au total, ce sont donc 31.500 logements locatifs intermédiaires en cinq ans qui devraient être construits.

Le Pinel et l'encadrement des loyers

Il faut ajouter à cela les logements qui seront créés grâce au dispositif d'aide fiscale à l'investissement locatif "Pinel", dont les loyers sont également plafonnés. Dopés par l'optimisme du début d'année, les promoteurs immobiliers se prennent à rêver de 45.000 ventes "Pinel" pour la seule année 2015. De quoi organiser une offre significative de logements à destination des classes moyennes dans les milieux urbains.

En revanche dans l'ancien, si l'encadrement des loyers a bien été créé pour réduire les abus de propriétaires, son périmètre a été limité à Paris intramuros. Le nouveau gouvernement craignait de faire fuir les investisseurs si ce dispositif était généralisé, comme initialement prévu, à tout le territoire. Et si l'encadrement a été conservé à Paris, c'est aussi parce que les autres dispositifs dédiés à la construction de logements pour les classes moyennes n'y auront que peu d'impact, la capitale française étant déjà l'une des villes les plus denses du monde.

Du reste, l'encadrement des loyers à Paris devrait avoir des effets significatifs. Il apparaît que, dans certains quartiers et sur certains types de biens, l'effet de l'encadrement sera notable, en particulier sur les studios.

Détendre la pression sur le logement social

Jusqu'ici trop insignifiant, le logement locatif intermédiaire se présente donc comme une alternative salvatrice dans les zones tendues. Il s'immisce entre un secteur du logement social à la file d'attente interminable - il y a plus d'1,7 million de demandeurs de logements sociaux en France, dont l'écrasante majorité dans les zones urbaines -, et un secteur libre parfois inabordable.

Développer cette offre pourrait donner une véritable bouffée d'air frais à des ménages pris à la gorge par le coût exorbitant de leur logement. Enfin, elle pourrait avoir d'autres effets vertueux car son développement réduira la pression sur le logement social.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2015 à 11:51 :
Selon Wikipédia, less objectifs autour du logement intermédiaire sont divers :
- Soutenir les politiques publiques de l’habitat, de l’urbanisme
- Relancer la construction en développant la production de logements dans un contexte difficile
- Accompagner les collectivités locales et les entreprises pour loger les salariés de la classe moyenne
- Veiller au bien-être des résidents avec des résidences de qualité répondant aux dernières normes environnementales et construites au plus près des bassins d’emplois
http://fr.wikipedia.org/wiki/Logement_interm%C3%A9diaire
a écrit le 07/06/2015 à 1:55 :
Les hlms c'est avant tout de l'opacité et ce depuis le début .. 1 logement hlm sur 2 à Paris sera maintenant construit dans les quartiers chics ... On sait qui va en bénéficier essentiellement des fonctionnaires , des relations ou des populations votant pour la majorité en place . Il faut supprimer le logement social géré par le public et laisser faire le secteur privé .
En outre , les aides au logement devraient être réévaluées en fonction de la région du demandeur .
Sous couvert de populisme , la loi SRU a provoqué une augmentation des prix de l'immobilier vertigineuse L'essentiel du surcoût est en fait supporté par la classe moyenne mais bizarrement , on en parle pas ... Il serait interessant que les promoteurs expliquent aux français l'impact de cette loi sur le prix du neuf ...
a écrit le 05/06/2015 à 9:39 :
Les politiques du logement coutent 42 Mrd d'euro au total, soit les 3/4 de l'impôt sur le revenu. l'encadrement des loyers couterait zéro et serait bien plus efficace pour faire reculer le poids du logement à ses niveaux d'il y a 15 ans. Enfin, le pire enemi du logement public c'est le droit au maintien dans les lieu, pour des ménages qui n'y ont plus droit ou ont a present largement les moyens (residence secondaire etc..) de se loger sans soutien.
a écrit le 04/06/2015 à 14:31 :
bientot decathlon poir les classes mouennes !!
a écrit le 04/06/2015 à 12:05 :
L'état sauve la France !!!! Il aide et protège les citoyens !!!! Il soutient la France comme la corde soutient le pendu. L'état, c'est la maison des fonctionnaires et c'est la seule confortable. Il peuvent remercier le privé de leur construire cette bonne maison bien chauffée....
Réponse de le 04/06/2015 à 14:04 :
Pour le privé :

Le dispositif dit "1% logement" (rebaptisé "Action Logement") est une participation des entreprises, appelé aussi Participation des employeurs à l'effort de construction (PEEC), versée avant le 31 décembre de chaque année. Elle concerne les entreprises de 20 salariés et plus ( En 2005, le seuil d’assujettissement passe de 10 à 20 salariés ) , appartenant au secteur privé non agricole. Elle représente 0,45% de la masse salariale de l'année précédente.
Qui peut bénéficier du 1% logement ?
Tous les salariés des entreprises du secteur privé non agricole de 10 salariés et plus peuvent bénéficier du 1% logement, ainsi que les individus de moins de 30 ans en recherche d'emploi, y compris les étudiants salariés et les étudiants boursiers.
a écrit le 04/06/2015 à 8:59 :
Résumons :
- Les 30% de plus faibles revenus sont exclus du parc privé par les tarifs pratiqués car "trop pauvres", on les place en HLM.
- Les classes moyennes (les 40% au dessus des plus pauvres) sont exclues du parc privé par les tarifs pratiqués car "trop pauvres", on les place en "Logement intermédiaire".

On a donc 70% de la population "trop pauvres" pour notre grandiose parc privé (constitué de sublimes villas construites il y a plus 40 ans, de catégorie énergétique E), qui doivent donc en appeler à l'Etat, dans un pays qui compte :
- environ 2 millions de logements en vente actuellement (plus d'1 million sur seloger, plus d'1 million sur leboncoin, avec certains recoupements entre les deux, plus d'autres pas présents sur Internet).
- 2,6 millions de logements vides.
- Des résidences secondaires à gogo (34% du parc dans certains arrondissements parisiens).

Mis à part cela, il paraît que les loyers sont "raisonnables" voire "trop bas", que la rentabilité de l'immo est "mauvaise" et que les prix actuels sont "parfaitement justifiés".
a écrit le 04/06/2015 à 8:43 :
les pouvoirs publics proposent une nouvelle offre d'hlm, parce qu'effectivement hormis eux ca n'interesse personne d'acheter des logements hors de prix vu les normes, truffes de taxes diverses et charges en augmentation constante, avec des loyers bas et bloques!
voila, c'est donc finance par les impots jusqu'au jour ou les gens arretent de travailler pour payer des impots au lieu de faire vivre leur famille...
a écrit le 04/06/2015 à 7:53 :
En voila une idee qu'elle est bonne pour la mixite!
a écrit le 04/06/2015 à 7:45 :
Faire du logement social, "à loyer modéré", pour les classes "moyennes", c'est en réalité prendre acte de leur paupérisation et l'accompagner faute de chercher à l'empêcher...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :