Qui bénéficie des aides au logement ?

 |   |  588  mots
En France, 840.000 étudiants bénéficient d'aides au logement
En France, 840.000 étudiants bénéficient d'aides au logement (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Sur le point d'être rabotées par le gouvernement, les différentes aides au logement sont relativement méconnues du grand public. Tour d'horizon.

Coûteuses pour l'Etat - 17 milliards d'euros en 2013 - les aides au logement sont au cœur de l'actualité. Pour dégager plusieurs centaines de millions d'euros d'économies en 2016, Bercy souhaite en effet les réduire et en optimiser les frais de gestion. Un groupe de travail parlementaire chargé de travailler sur cette question a récemment évalué le potentiel d'économies par ce biais à au maximum 400 millions d'euros.

Trois aides bien distinctes

Mais quelles sont ces aides qui pesaient environ 17 milliards d'euros en 2013 sur le budget de l'Etat ? En réalité, elles se divisent en trois et bénéficient à un total de 6,3 millions d'allocataires, relate la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF). D'abord la plus fameuse, mais aussi la plus incomprise, est l'APL (pour aide personnalisée au logement). Contrairement aux idées reçues, celle-ci n'est destinée qu'aux locataires de logements conventionnés par l'Etat, c'est-à-dire des logements à loyers modérés auxquels il est possible d'accéder sous conditions de ressources, soit concrètement principalement des logements sociaux. Les résidents en foyer d'hébergement et les accédants à la propriété ayant bénéficié d'un prêt conventionné (PC) ou d'un prêt d'accession social peuvent aussi en bénéficier. Au total, les APL sont perçues par 2.7 millions d'allocataires et le montant moyen mensuel par foyer allocataire s'élève à 238 euros.

840.000 étudiants bénéficiaires

Ensuite, pour ceux qui ne peuvent pas bénéficier de l'APL, il y a l'allocation logement à caractère familial (ALF) qui, toujours sous conditions de ressources, est destinée aux allocataires qui « ont des enfants (nés ou à naître), ou certaines autres personnes à charge, ou forment un ménage marié depuis moins de 5 ans, le mariage ayant eu lieu avant les 40 ans de chacun des conjoints », explique-t-on à la CNAF. Le montant moyen mensuel pour cette allocation est de 279 euros, et 1.3 million de foyers en bénéficient.

Enfin, les individus qui n'ont accès ni à l'APL, ni à l'ALF, peuvent demander l'ALS, l'allocation de logement à caractère social, qui a été créée en 1971. « À l'origine, cette aide était destinée aux personnes âgées, aux personnes handicapées et aux jeunes travailleurs. Elle a ensuite été étendue à certains demandeurs d'emploi et aux bénéficiaires du revenu minimum d'insertion, puis à tout le monde, en particulier les étudiants », détaille Emily Normand, conseillère technique au pôle logement et vie sociale de la Cnaf. L'ALS bénéficie à 2.3 millions d'allocataires, dont 710.000 sont étudiants (contre 120.000 pour les APL et 9.600 pour l'ALF), pour un montant moyen de 189 euros.

Les revenus des parents pris en compte pour les étudiants ?

Plus globalement, toutes ces aides sont déterminées en fonction des ressources de l'ensemble des membres du foyer de l'allocataire, du lieu d'habitation, de la tension du marché immobilier et du statut d'occupation (location ou accession) du logement. Il faut habiter au moins 8 mois son logement dans l'année pour bénéficier d'une allocation.

Jusqu'ici seule la situation du foyer allocataire était étudiée. Mais si les recommandations du groupe de travail parlementaire étaient mises en œuvre, un changement de paradigme s'opérerait puisque les députés proposent que les aides au logement qui concernent les étudiants soient modulées en fonction des revenus des parents et de l'éloignement du domicile. Une manière de réduire des aides jusqu'ici perçues par des étudiants dont les parents sont assez aisés pour assumer sans encombre le loyer de leur enfant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2015 à 0:12 :
Va falloir définir très précisément ce qu'est la mixité sociale et jusqu'ou on peut aller, parce que jusqu'ici c'est la tarte à la crème des politiques du logement les plus égaltaristes.Mais stopper le droit au maintien dans les logements sociaux pour ceux qui ont accumulé un patrimoine ou s'en sont sorts me semble aller dans le bon sens. Enfin l'encadrementdes loyers ou refaconer les apl est surement efficace puisque c'est la seule chose qui fait reagir le lobby immobilier.preuv que la criseaigue de l'immobilier a quand meme des remèdes.
a écrit le 25/05/2015 à 9:18 :
LES APL SONT UN FAUX DEBAT? DEPUIS DES ANNEES LES MAIRIES ET COLLECTIVITES CONTRUISENT DES BATIMENT ENTIERS DE LOGEMENT POUR ETUDIANTS ? ET MEME LE PRIVE LE FAIT AUSSI ? CAR L ETAT AIDE CE GENRE DE CONTRUCTIONS ? IL SUFIRAIS DE REGLEMENTE LE PRIXDE CES LOYES D ETUDIANTS POUR NE PLUS AVOIR A PAYE DES APL A TOUS ???
a écrit le 24/05/2015 à 13:49 :
Déjà commençons par ne donner des aides sociales qu'aux seuls personnes vivant en France depuis au moins disons trois ans.Ensuite concentrons les moyens de Pole Emploi sur les personnes bénéficiants des minimas sociaux avec obligation de se former (en petits comités de 4 à 5 personnes pour apprendre vraiment des métiers ) puis d'accepter des emplois en rapport.S'attaquer aux étudiants est stupide car ils sont les payeurs d'impots de demain !
a écrit le 23/05/2015 à 21:10 :
Il faut supprimer toutes les aides ; que ce soit logement, alloc, et toutes les différentes formes d'assistanats. Les profiteurs ont tendance à tout attendre des autres.
a écrit le 23/05/2015 à 21:06 :
Qui bénéficie des aides au logement ?

Eh bien je vous dire qu'ils ne figurent pas sur la photo...
a écrit le 23/05/2015 à 19:30 :
Un couple avec un adulte handicapé à 80 pour cent décide de faire construire sur leur terrain un studio indépendant pour que leur enfant puisse acquérir de l’autonomie et lui donner un toit pour l’avenir, les parents sont imposables et ont 3 parts pour la déclaration fiscale. Première galère faire accepter que le studio soit sur le même terrain pas une galère au niveau de la mairie des humains (un maire un responsable urbanisme) mais de la DDE, heureusement après bien des démarches le responsable local accepte une dérogation, tient un humain!!!! Deuxième galère voir s’il est possible d’accéder à une aide, celles-ci étant distribuées à l’aveugle dont dans certains cas à des personnes dont l’aide est totalement aberrante par rapport non pas au salaire mais à la multitude d’aides déjà versées dont le fisc ne voit rien et plus grave pour certains même la taxe d’habitation est inconnue à contrario de la gamme Audi ou Mercedes récentes, une demande à l’administration fiscale pour un document attestant que la personne handicapée n’est pas soumis à l’impôt cela permet d’avoir accès au prêt à taux zéro réponse intelligente!!! déjà 3 parts donc les parents veulent le beure et l’argent du beurre et oui les parents aiment le beurre de l’handicap. Après bien des démarches jusqu‘à la présidence avec des réponses aimables par des grattes papiers sans pouvoir et dont le sujet qui n’est pas politique mais humain ne les intéresse pas, puis une démarche vers le député maire parait-il que cumuler permet de mieux appréhender la vérité sur la vie des français , qui fait répondre par sa secrétaire de mairie, gratte papier sans grande considération pour la demande d’un « emmerdeur » l’élu est bien au dessus de ce type de sujet que le député ne s’occupe pas de sujet personnel. Les parents montent le financement sans aucune aide et la DEE valide le permis oui mais contre ÛN DON OBLIGATOIRE d’une surface de180 mètres carré du terrain des parents. Puis cerise sur la gâteau les parents vont faire une donation avec bien sur une ponction de l’impôts politique dont une partie finance l’aide au logement. Alors pas beau le POLITIQUE et l’ADMINSTRATION de notre France des aides, pour un handicapé qui travaille à son rythme mais qui apporte sa contribution à la Société avec des aides sur le salaire il est vrai mais bien des emplois sans handicap sont financés par le budget et bénéfice d‘aidesssss au logement. La seule différence en fait pour une grande partie des POLITIQUES mais également de l’ADMINISTRATION l’handicap est un boulet une charge alors les aider NON NON NON. Il parait qu’il a des associations, ah bon!!!!!!!!
a écrit le 23/05/2015 à 19:24 :
tt le monde a compris qu'il s'agissait d'un impot en plus, mais localise ( en clair ' sur les sales riches a 4000 euros pour un couple avec 2 enfants', comme on dit)........
a long terme y a un souci! quand on concentre 80% des hausses d'impots sur 10% des gens, quand ces gens partent ou arretent de travailler les caisses se vident vitesse grand v
meme attali a publie la dessus sur son blog, c'est dire!!!
Réponse de le 24/05/2015 à 8:23 :
@churchill: choix simple pour un ingénieur diplôme : ou EDF ou privé ( salarié ou startup ) à l etranger
Réponse de le 26/05/2015 à 13:07 :
@churchill
un impot en plus, mais localise ( en clair ' sur les sales riches a 4000 euros pour un couple avec 2 enfants', comme on dit)..
On va la refaire parce que certains ont du mal à lire et écouter. Si vous appreniez à écouter ce qu'a dit le candidat Hollande, effectivement c'est le cas. Il a dit qu'on commence à faire partie des riches à 4000€ de revenus nets par mois PAR PERSONNE, soit 4000€ pour un célibataire vivant seul (plus que 94% des Français dans sa situation, seuil de richesse à 2862€), 8000€ pour un couple sans enfant (plus que 96% des couples sans enfants de ce pays, seuil de richesse à 5442€), 16000€ pour un couple avec 2 enfants (plus que 99% des couples avec 2 enfants en France, seuil de richesse à 7277€). Donc oui, ne vous en déplaise, François Hollande a visé juste et a même compté large.

Mais même votre exemple caricatural, manque de bol, est tout de même pas trop loin : pour un couple avec 2 enfants, à 4000€ par mois, vous êtes plus riche que 76% des couples avec 2 enfants en France.
Réponse de le 26/05/2015 à 18:53 :
Et assis sur 500 000 euros avec une petite pension de 1500 euros par mois, on est si pauvre qu'on peut laisser les impôts aux ménages capables de louer un 3 pièces?
Allez, allez : Droite et gauche enfument les ménages qui gagnent bien leurs vies pour protéger les ménages qui ont creusé la dette.
A 4500 euros par mois, à deux, on ne peut pas louer un 4 pièces ou plus. C'est pourtant la taille des logements occupés par 50% de la population : Ras le bol de payer leurs impôts locaux!!!
Réponse de le 27/05/2015 à 13:22 :
"Et assis sur 500 000 euros avec une petite pension de 1500 euros par mois, on est si pauvre qu'on peut laisser les impôts aux ménages capables de louer un 3 pièces?"

Pas du tout, j'ai juste dit qu'un couple avec 2 enfants gagnant 4500€ par mois a des revenus supérieurs à 82% des couples avec 2 enfants de France, et qu'il s'éloigne du revenu médian de sa catégorie (3638€) pour se rapprocher de la catégorie aisée (5174€).
Mis à part cela, vous prêchez un convaincu sur le fait qu'il faut prendre en compte le patrimoine, mais ce n'est pas le rôle de l'impôt sur le revenu. Il y a d'autres voies pour cela (ISF, impôts fonciers, etc...). Mais je suis tout à fait pour diminuer la taxation du travail et augmenter en compensation la taxation du patrimoine, on commence quand vous voulez.
Réponse de le 27/05/2015 à 20:20 :
"Mis à part cela, vous prêchez un convaincu sur le fait qu'il faut prendre en compte le patrimoine, mais ce n'est pas le rôle de l'impôt sur le revenu." : Le problème réside dans le fait qu'être non imposable sur le revenu rend non imposable tout court.
Il n'est pas normal qu'on échappe aux impôts locaux quand on occupe un pavillon de 450 000 euros et que ces impôts se reportent sur les locataires (d'un particulier ou d'une banque) des cages à poules.
Quand on n'a pas les moyens d'entretenir un logement : On le vend. Il n'est pas normal de reporter l'entretiens des alentours sur d'autres.
a écrit le 23/05/2015 à 18:53 :
Ne plus verser d'APL ne réduira pas le prix des loyers, on mettra à la rue les personnes qui ne peuvent plus se loger et on logera ceux qui ont encore droit à l'APL.
Il faudrait surtout encadrer les loyers pour éviter les effets d'aubaine. Les APL doivent rester universel et surtout ne doit pas faire les frais de la non livraison des mistral à la Russie, ni du diktat de Bruxelles.
a écrit le 23/05/2015 à 18:33 :
"APL: Contrairement aux idées reçues, celle-ci n'est destinée qu'aux locataires de logements conventionnés par l'Etat".

Ils ont changer les critères d'obtention dans les deux dernières années? J'ai fait construire en 2012 et j'ai fait une demande d'APL par rapport à mon crédit. L'APL m'a été refusé car je touchait 100€ de trop par mois et non parce que j'étais propriétaire. Heureusement que l'APL peux être contracté par un propriétaire. En cas de perte de travail il est obligé de revendre sa maison pour aller dans un HLM qui lui coutera autant par mois pour bénéficier de l'APL? Il serait quand même préférable qu'il puisse toucher cette aide en restant dans son logement pour un crédit équivalent à un loyer de logement social. En plus son crédit lui n'augmentera pas tous les ans contrairement au loyer...
a écrit le 23/05/2015 à 16:43 :
suivez bien mon regard Les bénéficiares se trouvent à foison dans les queues interminables devant les CAF. Les imposables ne touchent que dalle
Réponse de le 23/05/2015 à 19:21 :
En quoi est-ce scandaleux ? A la CAF, il y a de nombreux étudiants, personnes agées, faibles revenues ... Si la vie de non imposable vous rend jaloux, pourquoi ne vous mettez vous pas au chômage ?
a écrit le 23/05/2015 à 16:37 :
Ces aides au logement ne sont que des subventions a la hausse des prix de l'immobilier. Elles ne font que gonfler artificiellement les loyers et par ricochet les prix des logements. De toute facon, les proprietaires calculent les loyers comme si les aides y font partie. Les suprimmer completement et construire des logements sera plus efficace. Cela contribuera aussi a faire baisser les prix et laisser plus d'argent a circuler dans l'economie.
a écrit le 23/05/2015 à 15:31 :
Le système ne sera réellement géré que si on inverse les flux. Un logement aidé doit pouvoir être demandé par tout un chacun dans une zone géographique donnée. Le loyer (payé à l'administration) et la surface doivent être normés par individu : par exemple 200euros + 20%r où r est le revenu primaire de la personne adulte pour 16m2, 100euros par enfant pour 8m2. Un adulte à revenu élevé sera naturellement dissuadé et s'il habite déjà un HLM il aura intérêt à déménager. L'administration fait ensuite son affaire de fournir le logement soit à partir du parc HLM soit dans le parc privé. A partir de là une optimisation de la gestion deviendrait possible....
a écrit le 23/05/2015 à 13:52 :
Bref , une nouvelle augmentation d'impôt pour ... toujours les mêmes , les solvables , ceux qui font tourner la boutique France , et qui un jour ne le pourront plus .
On rigolera bien alors ...
Réponse de le 23/05/2015 à 18:36 :
Il restera deux classes de personnes:
- Les patrons qui quitteront la France (ils le font déjà)
- Les autres tous chômeurs au début bénéficiant des aides puis après ils n'auront plus rien car les travailleurs ne cotiseront plus vu qu'il n'y en aura plus...

Mais bon il reste à espérer que la révolte sera là avant ce tableau...
Réponse de le 23/05/2015 à 19:23 :
Il n'a jamais été question d'une augmentation d’impôt. En attendant, les aides aux logements vont directement dans la poche de certains propriétaires très calculateurs..
a écrit le 23/05/2015 à 12:06 :
Les bailleurs qui les prennent en compte dans le calcul de solvabilité... Subventionné un marché libre est une hérésie : Les aides au logement doivent être actives seulement si la règle du tiers des revenus est respectée.
Les milliards déversés chaque année aurait largement permis de construire des logements pour étudiant si tous les mécanismes fiscaux n'étaient pas là pour permettre aux investisseurs de faire des affaires rentables en achetant à des prix délirants.
Là, il faut une purge mais on s'obstine à garder le drogué sous perfusion (il faut dire qu'un grand nombre d'électeurs y trouve son compte dans cette bulle...)
Réponse de le 23/05/2015 à 13:29 :
Vous avez tout à fait raison. Avec 17 milliards d'euros par an, il doit être possible de construire quelques logements même en BBC, qui appartiendront à l'Etat et pourront être loué à un prix très modéré voire être mis gratuitement à disposition pour ceux qui actuellement sont logés en urgence à prix d'or dans des hôtels. Un logement d'urgence dans un hôtel, ce n'est pas confortable une simple chambre (pas de cuisine..) et même si l’hôtelier facture à l'Etat à la journée et non au mois la chambre, je parierai que le ménage n'est pas fait tous les jours...
Réponse de le 23/05/2015 à 13:45 :
"Avec 17 milliards d'euros par an, il doit être possible de construire quelques logements même en BBC" : Le hic, c'est qu'il est un peu tard... Si l'ancien se vend 4500 euros du mètre carré, le vendeur du foncier sait qu'il peut en tirer 3000 euros du mètre carré construit.
Seule solution : Acheter les terrains, puis passer en constructible. Là dessus, il semble au moins y penser pour le grand Paris (voir article sur le choc foncier).
Réponse de le 24/05/2015 à 8:38 :
Ils vont où les 60 milliards que rapportent l immobilier en france? ( tva sur logements neufs, csg IR taxe fonciere soit entre 40 et 60 % des loyers , PV , Isf etc ...???) . Foncier trop cher alors qu il représente 20 % du coût de la construction ? Expliquez moi la raison pour laquelle l état ne peut pas construire sur la plus vaste université ( orsay) des logements étudiants alors qu elle dispose de foncier ? L état providence entretient la bulle immobilière , les APL masquent l absence de l etat dans la construction de logements sociaux .Ou sont les 150 000 logements sociaux promis par FH?
Réponse de le 25/05/2015 à 20:09 :
"Foncier trop cher alors qu il représente 20 % du coût de la construction ?" : Mensonge et désinformation à l'instar des 60 milliard...
Réponse de le 26/05/2015 à 7:29 :
@malcomprenant
"les 60 milliards que rapportent l immobilier en france"
Vous avez toujours cette tendance fallacieuse à supposer que l'immobilier rapporte à l'Etat en France. Vos 60 milliards de recettes supposées, il y en a 42 milliards qui partent en fumée en aides directes à l'immobilier, donc dans les poches des rentiers. Le reste sert à amortir une fraction du surcoût pour le pays de la politique de l'immobilier cher à tout prix : éloignement des travailleurs de leur lieu de travail avec temps de trajet à rallonge pour aller bosser (ça nuit à la compétitivité de nos entreprises), aides aux entreprises pour payer les salaires dûs à l'immobilier cher (les salariés ont besoin de 1500€ nets par mois pour louer une chambre de bonne), les non-investissements dûs à l'immobilier cher (le "bon père de famille" va s'endetter à vis et mettre l'ensemble de ses économies dans un appartement familial vendu 3 fois trop cher au lieu de l'investir dans l'Economie réelle, ne vous en faites pas , on trouve facilement quoi faire de ces "60 milliards de recettes" fantasmées.

( tva sur logements neufs, csg IR taxe fonciere soit entre 40 et 60 % des loyers , PV , Isf etc ...???)
TVA sur logements neufs : réduite
CSG IR : quand la majorité des revenus d'un ménage sont issus du travail, aucun problème (comme ça devrait être le cas, et ne me traitez pas de socialiste, vous savez bien que le libéralisme déteste la rente)
"40 à 60% des loyers" : personnellement je vais mettre mon studio (endetté jusqu'en 2037 pour un 25m² en petite couronne, le rêve) en location. J'ai droit à un abattement de 70% sur les loyers, le reste étant imposé de manière plutôt légère. Vous devez très mal vous débrouiller.
"PV, ISF, etc..." : Ma génération n'a pas eu le luxe d'acheter des 80m² dans l'ancien parisien pour 300 000€ en 1998 pour les voir "valoir" plus d'un million en 2015 (montant requis pour payer son premier centime d'ISF) et faire 300% de plus-value. S'ils ne sont même pas capables de payer quelques menus impôts tout en étant millionnaires virtuels et en jouant les châtelains, c'est qu'il y a peut-être enrichissement sans cause.

" les APL masquent l absence de l etat dans la construction de logements sociaux .Ou sont les 150 000 logements sociaux promis par FH?"
50% de la population est déjà éligible aux logements sociaux. Il vous en faut combien en HLM? 80%? 90%? Non, les HLM devraient être réservés à 10% de la population, très pauvres, et le reste devrait pouvoir trouver dans le parc privé à tarif raisonnable, s'il n'était pas fait uniquement de rentiers prompts à s'engraisser sur le dos des actifs.
Réponse de le 26/05/2015 à 9:55 :
@zola: il est facile justement à chaque fois de prouver que vous êtes dans la désinformation ..42 milliards vont dans la poche des rentiers dont 17 milliards d apl ? Sauf que sur 17 milliards d apl une bonne moitié va aux offices d hlm ..n est ce pas? Vous êtes dans le " parisianisme" pur et dur avec des oeillères ! Oui et plus que oui il y a un énorme probleme de foncier en IDF..oui aussi près de Genève cannes ou arcachon ..Pour conclure puisque, vous sitez toujours votre cas personnel ,vous avez beaucoup de chance de pouvoir acheter en couronne même s il s agit d un studio ..A votre âge , sans nier le fait qu il était beaucoup plus facile d acheter, j achetais à 60 kms de paris non pas par plaisir mais parce que je n avais pas le choix ..je me plains pas @zola !
Réponse de le 26/05/2015 à 19:00 :
"Vous êtes dans le " parisianisme" pur et dur avec des oeillères !" : On se demande où vous êtes avec vos terrains à 40 000 euros... Pour sûr, loin des zones où on a des raisons de gueuler sur l'immobilier.
"A votre âge , sans nier le fait qu il était beaucoup plus facile d acheter, j achetais à 60 kms de paris non pas par plaisir mais parce que je n avais pas le choix .." : Oui, oui... Sauf qu'à métier égal, il n'y a de ça que 15 ans, mes collègues achetaient des appartements de 70 mètres carrés dans la capitale ou des maisons à 20 km de Paris.
Profitez bien de bordeaux : Vous pourrez là bas aussi aspirer les revenus des ingénieurs qui auront le droit de s'installer à 30 minutes de la ville pour laisser la place aux générations méritantes de notre gérontocratie. Rassurons nous : Ils laisseront tout ça à leurs héritiers encore plus méritants.
Réponse de le 26/05/2015 à 21:15 :
@zola : encore tout faux zola ! Les ingénieurs à bordeaux bossent en périphérie ( dassault eads thales etc
..sur St medard) ..Pour le prix de votre studio ils n auront aucun mal à acheter sur place une maison 70 m2 pour 200 000 euros,..Par contre oui il leur sera impossible de construire : un terrain au mieux 120 000 et coût d une maison 70 m2 140 000 + frais aménagement ( clôture etc) , un budget proche de 300 000. Idem toulouse Nantes ..
Réponse de le 27/05/2015 à 9:36 :
@malcomprenant

Pour commencer, je me suis trompé, ce sont 46-47 milliards et non 42 pour l'année 2014. Si vous voulez, je vous fais cadeau de la moitié des APL (11 milliards à la charge de l'Etat en 2015, soit 5,5 milliards pour l'office HLM et 5,5 pour les rentiers), ce qui nous ramène donc à 41,5 milliards sans les APL (au passage, vous serez pour leur suppression je suppose).

"parisianisme pur et dur avec des oeillères"
D'accord, vous concédez donc qu'on peut prendre des mesures d'exception pour l'IDF (encadrement violent des loyers comme à New York chez les communistes, hausse énorme des taxes sur le vacant et les résidences secondaires, etc...).
Pour le reste du pays, vous ne vous opposerez pas à une indexation de la taxe foncière sur la valeur vénale et non l'obscure "valeur locative" qui n'est jamais à jour. Puisque hors de Paris tout va pour le mieux, ça ne changera rien

"Pour conclure puisque, vous sitez toujours votre cas personnel ,vous avez beaucoup de chance"
Vous remarquerez que je cite mon cas uniquement au moment de dire "je paye des impôts et j'en suis content" et pour dire que leur montant est raisonnable. Mais puisque vous voulez comparer votre situation de 1997 avec ma situation de 2015, donnez moi donc le pouvoir d'achat immobilier en 1997 d'un cadre qui gagne 3000€ par mois, malgré le fait qu'à l'époque les taux étaient beaucoup plus élevés qu'aujourd'hui et que les durées maximales de crédit était 15-18 ans (entre-temps, on a inventé les crédits à 25 et 30 ans pour solvabiliser artificiellement la demande au niveau stratosphérique des prix). Vous avez 4 heures, calculatrice autorisée.
Réponse de le 27/05/2015 à 19:34 :
"Par contre oui il leur sera impossible de construire : un terrain au mieux 120 000 et coût d une maison 70 m2 140 000" : J'adore les gens qui se contredisent! On n'est pas loin des 50% pour le foncier n'est-ce pas?
Réponse de le 27/05/2015 à 19:53 :
@zola : le problème est que vous vous trompez tout le temps..donc débat clos
Réponse de le 28/05/2015 à 9:43 :
@zola : j ajoute une volonté de désinformer : oui pour un appartement le foncier brut représente 20% du coût global sauf en RP ou il y a pas de foncier ..pour une maison individuelle , en province , tout dépend évidemment de la taille de parcelle : plus on se rapproche des centres villes et plus la taille des parcelles est faible ..Le prix du m2 ne veut rien dire . Ex au coeur du village du porge ,l ingenieur dassault ou eads à 30 mns maximum , trouve maison neuve collective ( peu de terrain) de 85 m2 pour 180 000.e...Ne me faites pas dire que ce la est peu cher , en desinformant comme vous le faites en permanence, je dis oui en province même si les prix sont abusifs il reste possible pour un cadre , 40 ans , 2 salaires 2 enfants d acheter.
Réponse de le 28/05/2015 à 19:20 :
"Le prix du m2 ne veut rien dire ." : La surface constructible peut être calculée en fonction de la taille de la parcelle et des règles d'urbanisme. La part du foncier au mètre carré construit dans un immeuble est sensiblement la même que pour une maison. Donc, si, le prix au m2 CONSTRUCTIBLE veut tout dire : Le vendeur du foncier fixe le prix au maximum acceptable déduit du coût de la construction.
Réponse de le 03/06/2015 à 9:10 :
Cher malcomprenant,
Je vous remercie de toujours apporter un grand soin à NE SURTOUT PAS REPONDRE à la moindre interrogation au sujet de la grave décorrélation des prix immo par rapport aux revenus du travail entre 1998 et aujourd'hui, et ce non seulement à Paris (où le phénomène est encore plus fort) mais aussi en Province, et de ne surtout pas répondre au sujet de votre pouvoir d'achat immobilier de l'époque par rapport à ce que les jeunes comme nous, que vous dites "privilégiés", peuvent se payer aujourd'hui à métier et salaire équivalents.
a écrit le 23/05/2015 à 11:01 :
c'est un parfait d'exemple d'un oxymore dans toute sa splendeur: mais c'est bien sur les non Européens mes chers. C'est toujours les memes Ce n'est pas très égalitaire
Réponse de le 23/05/2015 à 20:41 :
@cléa molette: marie-toi avec Rochet, comme ça tu seras une cléa rochet et ce sera plus pratique pour bien t'accrocher au lieu de tomber au fond du bassin :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :