Immobilier : pourquoi le nombre de ventes baisse... et pas les prix ?

 |   |  268  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Selon le Crédit Agricole, les ventes de logements anciens pourraient se replier, de l'ordre de 10% en 2011 et 5% en 2012. Mais les prix connaîtraient des hausses très modérées, +4% en 2011 et +2% en 2012. En attendant, les notaires font état d'une nouvelle hausse des prix supérieure à 10%

Après un bon millésime 2010, le marché immobilier de la revente devrait rester soutenu en 2011, stimulé par les déséquilibres persistants ente l'offre et la demande et des conditions d'emprunt toujours attractives. « Ensuite, l'effet "valeur refuge" de la pierre devrait demeurer très présent », estime Olivier Eluère, dans une étude publiée ce vendredi par le Crédit Agricole.

Toutefois, estime l'économiste, des signes de tassement du marché résidentiel ancien apparaissent depuis le début de l'année : recul des ventes, amorce de freinage des prix, début de repli de la production de crédits habitat.

Résultat, les ventes de logements anciens pourraient se replier, de l'ordre de 10% en 2011 et 5% en 2012 et les prix connaître des hausses très modérées, +4% en 2011 et +2% en 2012. "Une baisse des prix est même probable sur certains segments. On retrouverait une phase d'atterrissage en douceur comparable à celle observée en 2006-2007", poursuit-il.

Un autre scénario est-il possible ? Olivier Eluère l'envisage en effet. « En cas de remontée très marquée et très rapide des taux de crédit, une chute des ventes et une baisse généralisée des prix pourraient intervenir », précise l'économiste, admettant toutefois qu'un tel scénario semble à ce stade « assez peu probable ».

Analyse : "L'attentisme n'est pas forcément synonyme de baisse des prix"

Statistiques : Les derniers chiffres des notaires pour le premier trimestre

Outil : Les prix au m2 pratiqués dans votre rue

Dossier : La bulle va-t-elle éclater ?

Enquête : Les étrangers, l'explication facile à la flambée des prix parisiens ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2011 à 6:16 :
c'est creux , creux
a écrit le 14/09/2011 à 21:40 :
Quand la bulle va t elle se dégonfler ? beaucoup l'attendent avec soulagement bloqués devant des prix trop hauts et un pouvoir d'achat qui stagne !
a écrit le 26/07/2011 à 14:58 :
Pourquoi les prix ne baissent pas ! Et bien je vais vous le dire

Une connaissance a acheté un appart en petite couronne et me certifie que çà va doubler dans 5 ans, si tous les acheteurs et vendeurs pensent comme lui alors oui çà ne baissera pas....
a écrit le 26/07/2011 à 12:44 :
Mince. Alors, on ne peut pas acheter quand on n'a pas de sous ? Trop dommage; Le monde est vraiment injuste.
a écrit le 26/07/2011 à 12:40 :
Avant que la pseudo bulle immobilière éclate, on sera tous morts. Statistiquement, on n'a plus de chances que les Martiens débarquent.
Réponse de le 26/07/2011 à 13:00 :
Si vous pensez mourir avant l'éclatement de la bulle immobilière, vous devez être proche de l'agonie, mon pauvre ami..
Réponse de le 26/07/2011 à 16:17 :
Oui, plus le temps... Vivement l'éclatement de la bulle et la chute du prix des concessions. Et également de la pierre, bien sûr.
a écrit le 26/07/2011 à 12:32 :
Pourquoi les prix ne baissent pas ? Parce que les vendeurs ne sont pas aux abois et peuvent attendre des mois, voire des années. Vendre à perte un maison qu'on occupe ? Vous rigolez. Vendre à perte une maison qu'on occupe pas, alors que l'argent dégagé ne rapporterait rien ? Là non plus. La louer à des gus qui ne paieront pas le loyer, la dégraderont et qu'on ne pourra jamais fiche dehors ? Sûrement pas non plus.
a écrit le 26/07/2011 à 10:25 :
IL faudrait empécher cette bulle immobilière de gonfler encore plus, sinon cela risque de nous couter très cher. Regardez l'Irlande : à cause de la bulle immobilière, le pays a déjà dû injecter 64 milliards d'euros dans ses banques en faillite, et va encore rajouter 14 milliards pour Allied Irish Banks à cause de ses pertes dans l'immobilier. Alors messieurs les banquiers de Crédit Agricole et d'ailleurs, soyez un peu responsables SVP, évitez de faire gonfler encore plus cette bulle, et soyez un peu modestes au vu de vos erreurs passées et récentes.
a écrit le 25/07/2011 à 9:51 :
pourquoi les ventes baissent??!! Mais parce que les gens ne peuvent plus acheter pardi!! A part ça, les visions d'avenir de soi-disant experts des banques, vraiment, c'est un peu comme demander au chauffeur de taxi son avis sur l'évolution du prix du baril...
Réponse de le 01/09/2011 à 13:31 :
Je suis 100% d'accord avec cette logique. L'envergure de certains experts me fait doucement rigoler, et quand la machine à pousse-crétins s'arrêtera il sera inévitable que les prix baisseront.
a écrit le 25/07/2011 à 7:00 :
La mauvaise répartition des richesses entraine ce phénomène des riches achetant tout sur leur passage et attendant les locataires ne pouvant plus acheter. La roue est ainsi faite, enrichissant d'avantage les riches et appauvrissant d'avantage les pauvres .... jusqu'à la révolte.
a écrit le 24/07/2011 à 13:51 :
Mais biensur....
No comments
a écrit le 24/07/2011 à 12:13 :
Quel intérêt de maintenir la bulle et de travestir les chiffres?
a écrit le 23/07/2011 à 18:25 :
Avis perso, le nombre de vente baisse par ce que les prix sont trop élevés rapport aux revenus des acheteurs et rapport à la vison future sur la conjoncture (manque de confiance en l'avenir) ; les prix ne baissent pas par ce que les vendeurs n'ont pas de contraintes de temps notamment pour des résidences secondaires. Le commentaire suivant confirme d'ailleurs mes hypothèses:
zek a répondu le 23/07/2011 à 14:29 :"Il y a des propriétaires qui ont retiré leur bien du marché parce qu'ils ne trouvent simplement pas d'acquéreur, même à prix cassé. "
La solution qui tarde à venir mais viendra tôt où tard, directement par l'impôt ou indirectement par l'augmentation du prix de l'énergie par exemple, c'est l'augmentation du coût d'un logement inoccupé pour les multipropriétaires.
--> voir cette analyse numérique très fine : http://esprit-riche.com/manque-t-on-de-logements-en-france/
a écrit le 23/07/2011 à 15:28 :
C'est génial. La banque qui est l'une des plus concernée par la détention d'actifs pourris hors du territoire national et qui n'a rien prévu d'aucune crise depuis 2007 nous donne des leçons sur ce qui va se passer. On en reparlera dans un an.
Réponse de le 26/07/2011 à 10:04 :
mais les banquiers n'ont peur de rien et se prennent pour des "experts" et des "génies de la finance". Voyez par exemple les agences de notation : elles avaient noté AAA les subprimes, elles notaient AAA Lehman Brothers une semaine avant sa faillite, et elles continuent à donner des leçons au reste du monde comme si de rien n'était !!!! Quelle absurdité !!!
a écrit le 23/07/2011 à 14:26 :
Aux USA l'immobilier a vu ses prix baisser de 33% depuis 2006, en Irlande, 50% depuis quelques années, en Espagne, 26%, et au Japon, -75% depuis la bulle de 1991. L'immobilier français est un des plus surévalués du monde selon Crédit Suisse. Tous ces articles remplis de prévisions "optimistes" dictées par les vendeurs d'immobilier et de crédits ont une crédibilité minimale, car dictés par des gens dont le discours commercial est fortement influencé par leurs interêts financiers; SVP messieurs les journalistes, interrogez des gens crédibles et sincères, merci.
a écrit le 23/07/2011 à 9:33 :
Il existe une pénurie de logements dans les grandes et moyennes agglomération liée à deux choses, un foncier insuffisant du fait de la règlementation mais aussi d'une surabondance de maisons ou pavillons individuels, et des logements sociaux insuffisants ou insalubres ou dangereux donc peu exploitables. Le gouvernement totalement échoué sur la question du logement, il ne sait servir que les intérêts des rentiers. Cela risque donc de couter très cher au candidat de l'UMP en 2012.
Réponse de le 23/07/2011 à 12:33 :
il n'y a jamais eu autant de mises en chantier ces 4 dernières années de logements. Ne mélangez politique et logements, svp, votre proposest faux et déplacé. Je vous rappelerai simplement le crédit logement dans la loi TEPA qui hélas n'a pas été à la hauteur des espérances, et mainrtenant il y a le PTZ et le doublement du PTZ, est cela "les intérêts des rentiers"? L'objectivité lorsque l'on parle d'un sujet aussi sensible DEVRAIT être de mise que vous soyez sociliste ou autre, mais c'est difficile n'est ce pas? au fait la décorellation des prix et du pouvoir d'achat se rencontre presque partout sauf Allemagne donc la France n'est aps épargnée.
Réponse de le 23/07/2011 à 13:18 :
Pour confirmer les propos d'Alternative, il est anormal que le loyer payé en HLM ou tout autre bailleur social ne soit pas indexé sur les revenus. Combien de famille avec des salaires confortables privent d'une logement des familles réellement dans le besoin. On n'en serait pas arrivé au point où on paye à prix d'or des hébergements provisoires en chambres d'hôtel à des marchands de sommeil, et laisse au vendeurs une impression de penurie des logements. A quand une prise de conscience.
a écrit le 23/07/2011 à 9:04 :
Les gens parlent souvent de Paris est les grandes villes, où, soi disant, les prix augmentent par 10% / an. Pour avoir les prix stables (ou même une petite augmentation) sur toute la France, les chiffres cachent la vérité dans les régions (surtout dans la campagne) où les prix chutent.

Dans la campagne en Bretagne j'ai vu des prix demandés coupés en deux depuis 2006 et les mêmes biens toujours pas vendu. Sans doute toujours négociable, ça fait une situation comme en Espagne!

Pourquoi personne ne veut en parler? Est-ce les journaux sont devenus comme les informations (TF1 13 hrs) - tout va bien, la France est belle etc. etc.?
Réponse de le 23/07/2011 à 12:29 :
C'est ce que je constate aussi, les prix ont fortement baissé à la campagne et même certains bords de mer. Il y a des propriétaires qui ont retiré leur bien du marché parce qu'ils ne trouvent simplement pas d'acquéreur, même à prix cassé.
Réponse de le 26/07/2011 à 15:04 :
Ok les prix des biens baissent dans les campagnes et zones isolées, mais qui va les acheter meme a prix cassés ?? quand il désertification et population qui vieillit et se développe.. par contre aucun prbleme de vente pour les biens à PARIS et gdes agglomérations, il y aura toujours de la clientèle et prix pas pret de baisser, eclatement de bulle immo ou pas.
Réponse de le 26/07/2011 à 15:04 :
Ok les prix des biens baissent dans les campagnes et zones isolées, mais qui va les acheter meme a prix cassés ?? quand il désertification et population qui vieillit et se développe.. par contre aucun prbleme de vente pour les biens à PARIS et gdes agglomérations, il y aura toujours de la clientèle et prix pas pret de baisser eclatement de bulle immo ou pas.
a écrit le 23/07/2011 à 7:20 :
L'absence de bien à vendre est uniquement la conséquence des contraintes sur le PLU imposée par la réglementation et nos chères collectivités locales. Les politiques et des fonctionnaires sont des irresponsables qui empèchent la construction par un excès de réglementation. Contrairement a ce qui est dit il y a énormément de foncier en France et il serait tout a fit possible de construire plus et plus haut (1 ou 2 étages de plus par exemple)
Il est ainsi curieux de voir le terrain constructible au milieu de nulle part (ex Arras) à 100 euro le m2 alors que le terrain agricole vaut 4 euro...
Il est curieux de voir les prox 2 fois moins chers en Belgique ou Allemagne pourtant plus denses..
Cet excès de réglementation est une machin a créer du malheur, a forcer les gens a vivre dans du petit, mal logés et ce n'est pas les qq logement sociaux qui vont changer la donne, et celq ne concerne qu'une toute petite pqrtie de la population
a écrit le 23/07/2011 à 6:33 :
Depuis toujours un marché avec des volumes qui rétrécissent et des prix qui montent, et tout cela rapidement par rapport a l'inertie de ce même marché, mêne a un moment donné toujours aux mêmes conséquences. c'est ce foutu moment qu'il serait interessant de connaître, et j'ai pas la réponse... zut !
a écrit le 23/07/2011 à 5:42 :
donner à certains un sentiment de richesse ou d'enrichissement...
a écrit le 22/07/2011 à 23:35 :
http://www.bastamag.net/article1661.html

le vrai remède à la crise est dans cet article...A méditer
a écrit le 22/07/2011 à 21:07 :
une étude du crédit suisse publiée dans la tribune estimait comme probable un krach obligataire avec pour corollaire la nécessité de refinancement des banques à hauteur de 45 milliards...c'est à dire un "credit crunch" dans peu de temps...attention au krach immobilier qui va s'ensuivre
a écrit le 22/07/2011 à 19:20 :
Dès lors que le CA est directement intéressé par l'immo. par ses agences:square-habitat pour l'ouest,Sedaf...immonord...etc,on peut comprendre l'analyse???
a écrit le 22/07/2011 à 19:00 :
alors juste pour info chez nous en sarthe les pris ont au moins baissé de 20% , bien loin des chiffres que vous annoncez.alors qui dit la vérité ? en tout cas quand on vend ,on est malheuresement bien loin de ces prévisions fantaisistes.
a écrit le 22/07/2011 à 18:46 :
Et si on expulsait des logements sociaux , tous ceux qui investissent dans l'immobilier et notamment l'immobilier défiscalisant , et qu'on instaure une vraie proportionnalité des loyers en fonction des revenus, de tous les revenus . croyez, moi ! beaucoup de logements sociaux seraient libérés pour des familles qui en ont réellement besoin .
Réponse de le 23/07/2011 à 9:08 :
Oh que ça fait du bien d'entendre de temps en temps ce type de propos particulièrement judicieux ! Merci Alternative.
Je rajouterais cependant qu'on pourrait en profiter pour gentiment demander aux politiques et à leurs amis qui occupent des appartements soi-disant HLM (vastes, luxueux et à loyers inavouablement bas) de quitter les lieux SUR LE CHAMPS !
Une petite nuit dehors leur fera peut-être comprendre la réalité de la situation économique...
a écrit le 22/07/2011 à 17:42 :
Selon la lettre économique confidentielle GEAB de juin, qui se positionne sur des perspectives à court et moyen termes, le marché immobilier en France pourrait connaître une chute importante (30%) dans les prochaines années (d'ici 2015).

Qui faut-il donc croire ?
a écrit le 22/07/2011 à 16:28 :
nos jeunes ne vont plus pouvoir se loger ; Paris aux plus offrants ! tant pis pour les parisiens modestes : ils vont "s'exiler" - Paris devient une ville de rentiers -pleine de riches étrangers -les bureaux même s'en vont en périphérie ...
pour combien de temps ? et quoi donc pour loger nos petits enfants ?.........
Réponse de le 22/07/2011 à 17:40 :
En HLM ! Puisque l'OPAC mène une rachète à tour de bras les immeubles mis en vente à Paris. Bref dehors les classes moyennes !
Réponse de le 23/07/2011 à 17:04 :
Brésilification de la france : quelques megapoles réservées aux très riches, et des favellas pour les classes moyennes.
Réponse de le 24/07/2011 à 8:13 :
Les HLM Parisiens n'ont plus la vocation de logements sociaux d'origine depuis bien longtemps. Il n'y a qu'à voir qui les occupe et comment faire accélérer l'attribution d'un logement quand on a le réseau qui va bien.
Réponse de le 25/07/2011 à 6:27 :
Suffit de se ballader dans certains quartiers de Paris le Samedi , c'est mort ! Entre les bureaux et les restos ouverts seulement en semaines pour ces mêmes bureaux....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :