Impôts : Fillon annonce une coupe de 10% sur les niches fiscales

 |   |  347  mots
Menace de hausse d'impôts pour beaucoup de Français. François Fillon avait prévenu : il veut ponctionner les niches fiscales. Les arbitrages sont annoncés pour cet été.

Un coup de rabôt général de 10% : c'est le régime sec auquel le Premier ministre François Fillon veut soumettre presque toutes les niches fiscales, ces systèmes au nombre de plus de 400, des réductions pour garde d'enfants à la prime pour l'emploi en passant par le crédit impôt recherche, qui permettent aux Français d'économiser quelque 75 milliards d'impôts sur leurs impôts.

L'hôte de Matignon le dit ce jeudi dans l'Est Républicain. Il précise que vont échapper à cette coupe générale les mesures qui permettent d'alléger le coup du travail. Mais d'autres seront carrément supprimées. L'objectif fixé est de supprimer "5 milliards d'euros d'avantages fiscaux en moins sur deux ans" afin de réduire le déficit public et le ramener à 6% l'an prochain, 4,6% en 2012 et à 3% du PIB en 2013.

Interrogé sur RTL sur les niches qui seront épargnées et celles qui seront supprimées, le ministre du Budget François Baroin s'est borné à dire qu'il avait demandé "des études d'impact économique". "Les arbitrages seront rendus par le Premier ministre fin juillet et peut-être même pour certains encore fin août", a-t-il précisé.

"Pas de rigueur"

Pas question pour autant de parler de rigueur : François Fillon qui assure qu'il appelle toujours un chat un chat souligne que le gouvernement ne fait pas subir à la France un régime de rigueur contrairement à ce qu'affirme l'opposition. Il souligne notamment qu'il n'est pas prévu de réduire ou de geler les salaires des fonctionnaires ni d'augmenter les impôts... alors qu'une coupe dans les niches fiscales va pourtant aboutir à une hausse d'impôts pour les nombreux Français qui en bénéficiaient jusque là.

La majorité a longtemps discuté pour savoir s'il fallait faire un tri dans les niches fiscales en en éliminant certaines et pas d'autres mais elle est parvenue à la conclusion que cette méthode serait peu efficace et qu'un "coup de rabot général" était la seule solution possible pour permettre un véritable gain pour l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :