Taxe sur le Livret A : le gouvernement n'y touchera ni en 2017 ni en 2018

Par latribune.fr  |   |  444  mots
"Il n'y aura aucune taxe sur le livret A", a assuré le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Les ministères de l'Économie et des Comptes publics n'ont pas de projet de taxation du livret A, produit d'épargne le plus répandu en France. Ils assurent qu'aucune mesure de ce type ne sera proposée dans le projet de budget 2018.

Les ministères de l'Économie et des Comptes publics ont démenti dimanche tout projet de taxation du livret A, produit d'épargne le plus répandu en France, assurant qu'aucune mesure de ce type ne serait proposée dans le projet de budget 2018. "Il n'y aura aucune taxe sur le livret A. Je ne sais pas d'où sort cette idée farfelue mais il est absolument hors de question de créer une taxe sur le livret A", a assuré le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire en marge des rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

Selon le Journal du Dimanche, qui ne cite pas ses sources, le gouvernement réfléchirait "à revenir sur la fiscalité avantageuse" actuellement réservée au Livret A. Cette décision, qui concernerait uniquement "les nouveaux contrats", pourrait être prise "au nom de la logique économique et des impératifs budgétaires", écrit l'hebdomadaire, qui publie dans cette même édition une interview du ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin.

"Outre qu'aucune question n'a été posée sur ce sujet lors de l'entretien du ministre Gérald Darmanin avec le JDD, il n'a jamais été question de remettre en cause le régime social et fiscal du livret A", a réagi de son côté le ministère des Comptes publics.

Aucune taxation dans le projet de loi de finances pour 2018

"Le projet de loi de finances pour 2018 n'inclura donc aucune mesure en ce sens", a-t-il ajouté dans un communiqué. Selon Bercy, "les réflexions évoquées sont conduites dans le cadre du Conseil des prélèvements obligatoires", instance de réflexion indépendante rattachée à la Cour des comptes. Or les travaux de cet organe "éclairent mais n'engagent pas le gouvernement", assure-t-on. Emmanuel Macron, pendant la campagne, s'était engagé à appliquer une taxe forfaitaire de 30% sur l'ensemble des revenus du capital mobilier, appelée "flat tax", mais en assurant que les Livret A, les PEA et les contrats d'assurance vie ne seraient pas concernés par cette mesure.

Le Livret A, placement le plus répandu en France, avec 62 millions de comptes, bénéficie d'un traitement attractif, malgré un niveau de rémunération à son plus bas historique (0,75%), les intérêts qu'il génère n'étant pas imposables et les fonds qui y sont placés pouvant être retirés à tout moment. Ce produit financier, qui sert notamment à financer le logement social, a achevé 2016 sur une collecte nette de 1,75 milliard d'euros après avoir terminé 2014 et 2015 dans le rouge, à la faveur d'une baisse généralisée des taux et de l'effritement du rendement d'autres placements, comme l'assurance-vie.