Aléna : Trump évoque des discussions musclées avec le Canada

Par latribune.fr  |   |  445  mots
(Crédits : Reuters/Chris Wattie)
Le président américain Donald Trump a fait état mercredi de négociations" très intenses" avec le Canada sur la modernisation de l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), tout en soufflant le chaud et le froid sur leur dénouement possible.

Washington et Ottawa négocient pour moderniser l'accord de libre-échange qui les lie.

"Nous sommes engagés dans des négociations très intenses. Nous allons voir ce qui va se passer demain ou dans les deux jours", a dit le président américain, interrogé à ce sujet alors qu'il recevait l'émir du Koweït à la Maison-Blanche.

"Je pense qu'ils vont nous traiter de manière juste", a-t-il encore affirmé, tout en affirmant que si les discussions n'aboutissaient pas, ce n'était pas un problème pour les Etats-Unis.

Négociateurs Américains et Canadiens se sont retrouvés au plus haut niveau mercredi dans la capitale américaine pour tenter d'arracher un compromis. Ottawa défend en particulier un mécanisme de règlement des litiges, le fameux "chapitre 19" du texte initial de l'accord de 1994.

 Une négociation de "bonne foi" selon les représentants canadiens

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, avait assuré un peu plus tôt que les Washington et Ottawa négocient de "bonne foi".

"L'atmosphère continue d'être constructive et positive. Les deux côtés affichent de la bonne foi et de la bonne volonté", a déclaré Chrystia Freeland, lors d'une suspension provisoire de discussions avec le représentant américain au Commerce (USTR) Robert Lighthizer.

"Nous avons besoin de conserver le chapitre 19 sur le règlement des litiges, car il garantit le respect des règles", a dit le Premier ministre Justin Trudeau à une radio locale au moment même où les négociations reprenaient à Washington.

"Ce que je veux dire, c'est que nous avons un président qui ne suit pas toujours les règles telles qu'elles sont établies", a affirmé le dirigeant libéral, notant que le Canada "n'acceptera pas un mauvais accord, juste parce que c'est ce que veut le président" Donald Trump.

Cet accord, qui lie États-Unis, Canada et Mexique depuis 1994, est en renégociation depuis plus d'un an, à la demande du président américain Donald Trump, qui l'accuse d'être défavorable aux intérêts économiques américains. La Maison-Blanche a annoncé la semaine dernière un accord avec le Mexique, mais les discussions coincent toujours avec le Canada.

Chrystia Freeland a martelé mercredi que son gouvernement ne signera un nouvel accord que si ce dernier est dans l'intérêt des Canadiens.

"Pour le Canada, la chose importante est d'avoir un bon accord", a-t-elle dit. "Nous sommes convaincus que c'est possible".

Le chef de la diplomatie canadienne s'est refusé de commenter sur le fond ces négociations en public tout en soulignant que les points encore litigieux étaient connus.

(avec agences)