Trump conditionne les droits de douane sur l'acier à un accord "juste" sur l'Aléna

 |   |  741  mots
Le projet de taxation des importations américaines d'acier et d'aluminium annoncé par Donald Trump s'est invité lundi dans la renégociation sur l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) avec le Canada et le Mexique.
Le projet de taxation des importations américaines d'acier et d'aluminium annoncé par Donald Trump s'est invité lundi dans la renégociation sur l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) avec le Canada et le Mexique. (Crédits : KEVIN LAMARQUE)
Donald Trump a adopté une position dure sur le commerce en exigeant un accord de libre-échange "juste" avec le Mexique et le Canada, en échange de tout assouplissement de taxes à venir sur les importations d'acier et d'aluminium. Si les négociations pour réviser l'Aléna se sont achevées hier à Mexico, sans avancée notoire, le président américain et le Premier ministre canadien Justin Trudeau ont convenu de l’importance de mener à bien ces pourparlers.

Donald Trump serait-il déjà prêt à faire marche arrière sur son projet d'imposer des droits de douane de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium aux États-Unis ? Si le président américain estime qu'il "ne lâchera rien", il a en tout cas laissé entendre lundi, sur Twitter, qu'il pourrait assouplir sa position s'il obtenait un accord "juste" sur l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), dont les négociations se sont achevées hier à Mexico, sans avancée notoire.

"Nous avons de grands déficits avec le Mexique et le Canada. L'Aléna, qui est en cours de renégociation en ce moment même, a été un mauvais accord pour les États-Unis. (...) Les taxes sur l'acier et l'aluminium seront retirées uniquement si un nouvel accord juste de l'Aléna est signé. Et si nous ne trouvons pas d'accord, je mettrais fin à l'Aléna."

Le cabinet du chef du gouvernement canadien indique que Justin Trudeau a appelé Donald Trump pour lui dire que des droits de douane seraient un obstacle aux discussions en cours pour réviser l'Aléna. Au téléphone, le Premier ministre canadien "a défendu bec et ongles" les entreprises canadiennes et leurs salariés, indique ce même cabinet. La conversation a été constructive, ajoute-il aussi.

Lire aussi : Taxes douanières sur l'acier et l'aluminium : Trump provoque un tollé international

Le Canada et le Mexique exemptés comme en 2002 ?

Le week-end dernier, le ministre du Commerce Wilbur Ross et le conseiller du président pour le Commerce Peter Navarro ont pourtant déclaré qu'ils ne s'attendaient pas à ce que des pays soient exemptés de ces taxes, comme cela avait été le cas en 2002 pour le Canada et le Mexique, lorsque George W. Bush avait également décidé de taxes sur l'acier (jusqu'à 30% !) pour sauver la sidérurgie américaine. L'Allemagne, l'Australie, le Brésil, la Chine, la Corée du Sud, la France, le Japon, les Pays-Bas ou encore la Russie étaient alors particulièrement visés.

Toutefois, Peter Navarro a évoqué la possibilité d'exemptions pour "des cas particuliers", en d'autres termes, certaines entreprises ou produits, en indiquant que la décision devrait être officialisée cette semaine ou en début de semaine prochaine.

L'Aléna dans la balance

Entré en vigueur en 1994, l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) avait justement pour but d'éliminer la plupart des droits de douane entre les États-Unis, le Mexique et le Canada, afin de stimuler les échanges entre eux. Donald Trump, qui a imposé la renégociation de l'Aléna deux jours seulement après son investiture, a maintes fois menacé de se retirer purement et simplement de cet accord, qu'il juge responsable de pertes d'emplois aux États-Unis et de délocalisations de nombreuses entreprises américaines au Mexique, en particulier du secteur automobile.

À raison, mais ce secteur fait figure d'exception d'après un article du Monde : le déficit commercial américain dans ce domaine est passé de 24 milliards à 64 milliards. Désormais, une voiture sur cinq de la zone est fabriquée au Mexique, et le secteur automobile représente 21% des exportations mexicaines vers les États-Unis selon ProMexico, l'agence de promotion du Mexique.

Mais la situation avec le Canada, son premier partenaire commercial, est radicalement différente.

"Le Canada doit bien mieux traiter nos agriculteurs. Très restrictif", a pourtant martelé lundi Donald Trump qui s'en est souvent pris à son voisin du nord notamment sur sa production de lait.


Le Canada, principal fournisseur d'acier

S'agissant de l'acier, les États-Unis sont les plus gros importateurs d'acier au monde et le Canada est leur principal fournisseur (16% des importations) devant le Brésil (13%) et la Corée du Sud (10%).

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait, dès jeudi, jugé qu'une taxation des importations d'acier canadien "serait inacceptable", soulignant que "les États-Unis ont un surplus de deux milliards de dollars avec le Canada dans le secteur de l'acier".

En cas de taxation, le Canada prendra "des mesures pour défendre nos intérêts commerciaux et nos ouvriers", a menacé à Mexico la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland.

La balance commerciale est globalement équilibrée entre les États-Unis et le Canada, a maintes fois souligné la ministre.

En 2016, les États-Unis avaient même un excédent commercial de 8 milliards de dollars avec Ottawa. De janvier à septembre 2017, celui-ci est de l'ordre de 3 milliards.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2018 à 6:41 :
La solution, pour faire plier l'Allemagne et la Chine, serait de pénaliser les pays selon les excédents des balances commerciales. Il est bien évident que l'on ne peut pas accepter des excédents permanents et énormes comme ceux de l'Allemagne dans l'UE.
Les excédents de l'Allemagne provoquent le chômage et l'exode des jeunes dans les pays déficitaires, ceux-ci se désindustrialisent, surtout la France et l'Italie. Beaucoup de jeunes, souvent hautement qualifiés, quittent le vieux continent pour aller renforcer les économies Outre-Atlantique et Australie. Le dumping social compétitif préconisé par l'Allemagne n'est pas la solution, ces pays ne peuvent le gagner, étant défavorisés par des facteurs naturels.
Ces excédents chroniques et énormes causent des dommages irréversibles à l'UE.
a écrit le 07/03/2018 à 7:05 :
Voici ce que j'écrivais il y a peu de temps quant à l'élimination des droits de douanes et l'ultra-libéralisme :

Le libéralisme n'est pas un programme de libertés. Il n'y a aucun avenir radieux et équilibré en lui.

C'est un régime liberticide.

Il est le pouvoir absolu donné à quelques puissants de plier des pays sous la loi de leurs volontés impérialistes.
Par un lent cheminement tous ceux qu'il soumet finissent par être conduit de sujets à esclaves d'une finance internationale boursière qui avance sans dire son nom et sans possibilité de s'en affranchir.
Ce sont ensuite ces mêmes esclaves laborieux qui devront prendre en charge les enfants perdus de ce système inique.

Le libéralisme dans lequel nous sommes engagé par des irresponsables n'est ni juste ni équitable.
Alors CETA, MERCOSUR et consorts ! Des leurres à gogos pour une minorité d'affairistes.

Il est nivellateur du plus grand nombre au profit d'une poignée d'accapareurs et provoque la destruction des modèles qui s'éloignent de ses codes élastiques sans qu'un arbitre puissant, d'ailleurs inexistant, puisse ramener dans des moules, par ailleurs non définis avec rigueur, des fraudeurs, des fauteurs de malfaçons ou de médiocrité meurtriers de tous les labels d'excellences ancestrales et d'équilibres naturels. C'est entre-autres en cela qu'il est liberticide.
Il suffit d'observer et d'analyser ce qui se pratique au niveau de l'UE et de Bruxelles.
Infiltrer une lie nauséeuse dans un corps propre n'a jamais fait que rabaisser ou disparaître un bon vin au lieu de l'anoblir encore plus.

Voici plus loin ce que j'écrivais au sujet de la position de D. Trump – Président des USA :

Parce que les USA veulent protéger et continuer à faire vivre tout un monde du travail rangé derrière l'acier et l'aluminium américain sur leur territoire, afin de ne pas vivre un cauchemar socio-économique, en appliquant une taxe compensatoire sur les importations de ces produits, l'UE va leur charger la barque en plombant certaines de leurs exportations. Quelle belle leçon de développement durable et d'économie d'énergie.
C'est un stupide jeu de garnement contrarié dans ses lubies.

Nos fabricants auraient été bien contents que ces incapables de technocrates bruxellois bloque les déferlantes de textiles chinois pour lesquels l'UE a mis plus de six mois avant de trouver un accord de quotas non respectés. Pendant ce temps là les USA fermaient leurs frontières au textile chinois en une semaine. Entre temps ces foutus techno-incapables bruxellois ont mis toutes les filières françaises et italiennes du textile sur la paille.


Enfin, je voudrais rappeler que ce n'est pas la première fois que les USA protège leur secteur acier/alu en relevant les taxes d'importation. Ce pays y a déjà eu recours au cours de la décennie 1990 et a réussi à sauvegarder son industrie et ses emplois à cette époque.
C'est un réflexe tout à fait normal. Les USA protègent leurs tissus industriels et bassins d'emplois. Il n'y a que des forcenés du libéralisme qui trouvent cela amoral.
Cela n'empêche absolument pas les échanges qui ont existé avant les accords et qui étaient sans aucun doute plus équilibrés.

Je considère quant à moi que des échanges ne devraient être libérés que sur des produits absents d'un pays demandeur qu'un pays fournisseur apporterait. Ce n'est que dans cet optique que l'échange resterait équilibré.

Au final il n'y a rien d'autre à penser qu'un Etat reste maître chez lui.
a écrit le 06/03/2018 à 17:06 :
relire La Fontaine : "la raison du plus fort est toujours la meilleure .."
Réponse de le 06/03/2018 à 20:03 :
😂à l’epoque de Jean la Fontaine , les humains étaient «  moins graves qu’aujourd’hui »
Donc La Fontaine ne pouvait pas «  anticiper » le phénomène Trump »
Réponse de le 06/03/2018 à 22:47 :
De façon très légère et presque anodine La Fontaine a dit des vérités graves qui parfois dérangeait les obtus et les bien pensants... pour notre bonheur.
a écrit le 06/03/2018 à 14:37 :
Mon commentaire qui parle positivement de trump censuré, des messes européistes néolibérales stupides et indignes largement diffusées.

La fabrique à opinion, lamentable cette volonté de ne pas vouloir écouter ce qui ne va pas, il ne faut pas s'étonner ensuite que l'europe soit morte. Mais en effet du coup elle ne peut pas écouter.
a écrit le 06/03/2018 à 12:55 :
Il a les cheveux qui poussent à l'envers, dans son cerveaux ça crée des irritations qui l'obligent à dire des conneries every now and then.
Réponse de le 06/03/2018 à 13:07 :
Certains devraient balayer devant leur porte en matière de connerie. Tout est bon pour discréditer celui qui a vaincu les démocrates.
Réponse de le 06/03/2018 à 20:06 :
Alder.... Vous nous tartinez encore de votre franglouille pie-poule bobo-coco habituelle..? Vous voulez absolument nous montrer que vous baragouiner quelques mots d'anglais dont vous ne connaissez apparemment ni le sens et encore moins le contexte d'utilisation... :-)
Réponse de le 06/03/2018 à 22:28 :
BaltringPasparhasard :

je ne veux jamais montrer quoi que ce soit concernant mes capacités, je n'ai aucun gout pour la chose, je franglotte si je veux et quand je veux et vos affirmations (de soi donc) sans plus amples explications* montrent que comme tous vos cons-temporains vous reprochez vos propres penchant ou vices. Encore un trumpolatre à qui on l'a bien mise aussi *ons que les putinolatres.

*Concernant every now and then qui signifie de temps en temps ou de temps à autre et est parfaitement correct ici, c'était donc une intervention pour dire, moi je connais mieux l'anglais que toi, donc à fanfaron fanfaron et demi...
Réponse de le 07/03/2018 à 13:45 :
@ Alder de La Franglouille

Vous devriez justement montrer que vous avez des capacités personnelles qui intéressent les autres... des idées et des opinions qui sont de votre cru (si cela est dieu possible) et qui contribuent à une discussion civilisée. Vous avez une fâcheuse tendance à distribuer trop facilement le contenu de vos intestins et à faire part de votre mépris primaire par des insultes aussi inutiles que déplacées à des intervenants de bonne foi.

Et je le répète encore... arrêter de nous bassinez de votre pseudo-anglais approximatif et décontextualisé qui montre de vous que le côté bobo-snob qui veut surtout bien paraître... se donner la prestance du moins ringard et du moins plouc... mais vous avez toujours su prouver le contraire. :-)
a écrit le 06/03/2018 à 12:47 :
La morale :

Quand « la gourmandise « est trop élevée... il y a «  risque » de perdre également ...les «  friandises » déjà acquises...
Affaire à suivre....
a écrit le 06/03/2018 à 11:40 :
les données sur les US ne sont pas très encourageantes.
taux d'épargne des ménages à 2,4%, niveau extrêmement faible (comme en 2006/2007). 78% des travailleurs à temps plein vivent "paycheck to paycheck" (ne peuvent épargner) contre 75% en 2016 (Careerbuilder, 08/2017). Seuls 35% des ménages sont satisfaits de leurs situation financière contre 48% en 2015 (More Americans are worried about their finances, Bloomberg, 29/11/2017).
les défauts de paiement sur les prêts auto ou les cartes de crédit augmentent (FT, WSJ, Les Echos). les ventes automobiles baissent.
les ventes immo et les demandes prêts immo viennent de plonger avec la hausse des taux et le manque de logements abordables (CNBC, 21 et 26/02/2018).
l'investissement des entreprises a baissé pour le 2e mois consécutif.
les entreprises s'inquiètent de la hausse des coûts (WSJ, 09/02/2018).
le rebond de l'investissement de 2017 est essentiellement dû au secteur pétrole & gas (WSJ, 25/01/2018). les US deviennent dépendants du pétrole et du gaz (WSJ, 21/02/2018).
déficits budgétaire et commercial qui augmentent.
120% PIB de dette publique brute (Etat fédéral, Etats fédérés, local) et 81% PIB de dette des ménages.
excès de construction de logements de luxe et manque criant de logements abordables qui vont aboutir à une crise majeure ("Major apartment developer : there is an acute crisis headed our way", CNBC, 16/02/2018).
25% de travailleurs bas salaires (plus forte proportion des pays riches, dixit l'OCDE), et les bas salaires US ont les rémunérations les plus faibles des bas salaires de l'OCDE (The US leads in low-wage work and the lowest wages for low-wage workers, Economic Policy Institute, 09/2014).
24% de pauvreté contre 15% en Europe Ouest (OCDE). taux de pauvreté des enfants de 29% contre une moyenne de 21% dans les pays riches (UNICEF Innocenti Report Card, 06/2017).
classe moyenne particulièrement faible comparé à Europe/France ("Middle class fortunes in Western Europe", Pew Research Center, 04/2017 ; "Classe moyenne : un Americain sur deux, deux Francais sur trois", France Strategie, 02/2016).
énormes inégalités (OCDE).
espérance de vie à la naissance la plus faible des pays riches (OCDE). 40% d'obésité chez les adultes (Obesity Updates, OCDE). la santé des jeunes est aussi mauvaise (étude sur la santé des jeunes dans 50 pays, British Journal of Sports Medicine, 09/2016 ; Obesity Updates de l'OCDE).
système de santé inefficace (Bloomberg Healthcare Efficiency Index 2016 ; "US ranks last on preventable deaths", Commonwealth Fund, 09/2011).
taux de fécondité en dessous de 1,8 in 2017 ("American women are having fewer children than they would like", New York Times, 13/02/2018).
etc...

le pays est donc sur la défensive. les ricains doivent s'en prendre d'abord à eux-mêmes. ils ont choisi/accepté d'avoir une économie/société basée sur la finance prédatrice, le laxisme, la poudre aux yeux.
Réponse de le 06/03/2018 à 22:42 :
@ gfx

Vous êtes sans doute le maître incontesté du copier-coller sur les forums... mais, par curiosité, est-ce que vous avez lu quelque chose de ce que vous nous soumettez à lire... ou c'est simplement pour paraître un peu plus crédible aux yeux des autres ?

Dans le même élan, je me demande encore si vous avez la moindre idée de ce que veulent dire les mots ''analyse'' et ''synthèse''... des fois que vous auriez l'intention de partager une opinion de votre propre crue... même si vous mouille la chemise. :-)
a écrit le 06/03/2018 à 11:17 :
Typique de la négociation américaine : Le gros coup de gourdin à froid, puis une proposition sur le vrai sujet, que l'interlocuteur doit évidemment approuver, puisqu'il s'agit d'échanger un danger immédiat et défini, pour d'autres plus vagues et lointains. Un truc dont raffolent les média perroquets et auquel les politiciens ne savent pas résister.
Réponse de le 06/03/2018 à 16:10 :
Exactement!
Réponse de le 06/03/2018 à 21:01 :
Je dirais que Trump est dans une classe à part dans le rôle du goujat illettré qui a la belle subtilité d'un débouche-tuyau. Même le fils Bush était moins enclin à s'afficher comme le cancre de la famille... ou la théière fêlée.

Mais, disons le franchement, Trump se veut le nouveau Terminator... mais il sait déjà que le ridicule ne tue pas. :-)
a écrit le 06/03/2018 à 11:12 :
Ah non hein ça va pas continuer la censure sur les sujets sur trump svp !?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :