Réfugiés : ce que propose David Cameron à la Jordanie

Par latribune.fr  |   |  329  mots
Sur la photo, la reine Rania et le Premier ministre le 8 janvier, devant le 10 Downing Street à Londres. (Crédits : Reuters Stefan Wermuth)
Le Premier ministre britannique demande à l'Union européenne de faciliter les échanges économiques avec la Jordanie. L'objectif : endiguer le flux de migrants syriens en aidant à garder les réfugiés dans cette région du monde.

Le Premier ministre britannique, David Cameron, propose de faciliter les échanges économiques entre la Jordanie et l'Union européenne afin d'aider le pays à gérer la crise des réfugiés syriens.

"L'UE a un rôle crucial à jouer en apportant un vrai soutien aux pays voisins de la Syrie. On pourrait s'accorder rapidement sur un changement de règles afin que la Jordanie puisse augmenter son volume d'exportations et créer de nouveaux emplois", a déclaré David Cameron dans un communiqué diffusé ce mercredi, avant son arrivée au forum économique de Davos.

Cameron veut éviter l'afflux de réfugiés en Europe

"Ce n'est pas seulement dans l'intérêt de la Syrie et de ses voisins. C'est également dans l'intérêt des pays européens. Plus on aide les gens à rester dans la région, moins ils seront susceptibles de venir en Europe", a insisté le Premier ministre, dont la proposition s'inscrit aussi dans le cadre de la conférence sur la Syrie prévue le 4 février à Londres.

Un porte-parole du 10, Downing Street a par ailleurs précisé que "le Premier ministre et la reine Rania de Jordanie doivent réunir vendredi (à Davos, NDLR) des leaders politiques et économiques pour discuter des mesures concrètes permettant de créer de nouvelles opportunités économiques en Jordanie".

Quotas de travailleurs et travail dans les camps de réfugiés

Outre le fait de faciliter les échanges économiques, le Premier ministre propose aussi d'imposer un minimum de travailleurs syriens dans certains secteurs, d'autoriser les Syriens à travailler dans les camps de réfugiés, et de faciliter l'investissement grâce à des taux préférentiels accordés par les institutions financières internationales.

Selon le Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR), la Jordanie accueille plus de 600.000 des 4 millions de Syriens ayant fui leur pays en guerre depuis cinq ans. Le gouvernement jordanien avance, de son côté, le chiffre de 1,4 million.

(Avec AFP)