Volkswagen Arteon : une coupée pour rafraîchir la gamme des berlines

Par Nabil Bourassi  |   |  431  mots
L'Arteon veut dépoussiérer la gamme des berlines de Volkswagen, mais son positionnement prix parait complexe face à Audi... (Crédits : Volkswagen)
L'Arteon permet de varier les plaisirs sur une gamme berline qui prenait la poussière avec la Passat, réputée austère voire sans saveur. Plus moderne et statutaire, cette grande coupée va néanmoins devoir trouver sa place malgré la proximité de l'Audi A5 Sportback.

Depuis le temps qu'on attendait de la nouveauté chez Volkswagen qui ne soit pas du SUV... C'est vrai que la gamme de la marque allemande ne voyait de véritables innovations qu'autour des SUV qui s'élargit avec le T-Roc, et l'arrivée prochaine d'un autre petit 4X4 urbain. Heureusement, l'Arteon est là pour donner un coup de fraîcheur au reste de la gamme. Cette grande berline coupée vous rappellera sûrement la Passat... Vous n'avez pas tort. A ceci près qu'elle mesure 10 cm de plus (4,86 mètres) !

Statutaire et moderne à la fois

Sa seule silhouette lui donne l'allure d'une voiture statutaire mais le hayon affûte cette ligne pour plus de dynamisme et de modernité. La calandre avant est imposante mais les chromes alignés sur la signature Led accentue ce style premium, et ringardise définitivement le classicisme austère et insipide de la Passat.

L'ergonomie intérieure a adopté la même philosophie: modernité et premium. L'horizontalité de la planche de bord rappelle la calandre avant. La grille chromée intègre les bouches d'aération, tandis qu'une baguette en bois ou en laque, la souligne comme pour sublimer son aspect mais également son toucher. Pour le reste, la planche de bord joue la carte de la connectivité: écran GPS encastré, tactile et qui détecte l'approche de la main pour faire apparaître le menu, tableau de bord entièrement digitalisé... Le tunnel central, lui, est plutôt efficace, ramassé en termes de commandes, pour plus de confort!

Une conduite à la Passat

Sur le confort de conduite, soyons clair, l'Arteon ne révolutionne pas la gamme Volkswagen et s'inscrit dans la stricte continuité de la Passat. Des suspensions confortables, une motorisation puissante mais un peu poussive en accélération sur notre version diesel, et ce, malgré les 240 chevaux en boite automatique. La direction est excellente ce qui permet une bonne fluidité en ville malgré son envergure. La tenue de route est parfaite. Bref, l'Arteon est aussi agréable sur route qu'en ville (même si le stationnement sera compliqué pour des raisons évidentes et inévitables).

L'Artéon remplit parfaitement sa mission: redonner un coup de fouet à la gamme des berlines de la marque allemande. Moderne et statutaire à la fois, elle risque néanmoins de se heurter au risque de cannibalisation avec Audi notamment l'A5 Sportback. A ce petit jeu, cette dernière pourrait d'ailleurs l'emporter puisqu'elle a beau mesurer 12 cm de moins, il n'empêche que sa grille tarifaire démarre à 39.000 euros, contre 38.000 pour l'Arteon. Autrement dit... Il n'y a pas photo !