Comment se réalise un signal faible

Par Philippe Cahen  |   |  465  mots
(Crédits : DR)
Les signaux faibles sont de deux natures, les visibles et les cachés. Ce sont ces derniers qui nous intéressent.

Début 2016, un signal faible visible - nous parlons à nos smartphones, ordinateurs et voitures, c'est la « speakularity » - me fit penser à un signal faible caché, donc à venir, la « thinkularity » : nous allons communiquer par la pensée !

Communiquer par la pensée paraît, au pire, une ineptie, au mieux, une utopie. Pourtant nous avons tous vu, il y a quelques années, cette tétraplégique qui ordonnait par la pensée à un robot de saisir une canette et de la lui donner à boire. Il y a donc bien une réalité concrète. Et nous avons lu en 2012 les premières expériences de téléportation de photons, mais pas de matière. Donc l'immatériel peut être transmis d'un endroit à l'autre. Ce qu'il faut supposer pour l'homme, c'est que les ondes sont porteuses d'informations, et l'homme peut émettre des ondes d'homme à homme.

Communiquer !

Un signal faible caché est de l'ordre de l'intuition. L'intuition est un excès de vitesse de la connaissance. C'est une ouverture de la pensée. À toute intuition correspond un inverse. L'inverse de la « thinkularity » pourrait être la « lookability », la communication par le regard, comme dans le film Minority Report. Ici, l'intuition de ce signal faible est fondée sur les ondes. L'utilisation des ondes se multiplie. En Corée, le système OLEV permet à un système de transport d'une ville de 400.000 habitants de charger en électricité, par ondes électromagnétiques, les véhicules de transports, voitures comme bus. Il en est de même de WiTricity, qui supprime les fils électriques de notre quotidien.

La connaissance avance dans le domaine des ondes. En juin 2016, Alphabet acquiert, via sa filiale Google Fiber, la société américaine Webpass, un fournisseur d'accès à Internet qui travaille sur une technologie sans fil allant de la fibre posée dans la rue au foyer. Google Fiber expérimente aussi le sans fil à Kansas City. Les derniers mètres sont les plus chers... Cela fait penser au rachat de Deep Mind par Google, en janvier 2014. Et en janvier 2016, AlphaGo battait... Watson, le programme d'IA d'IBM.

Certes, a priori ceci n'a rien à voir avec la « thinkularity », la communication d'homme à homme par la pensée. Mais si un jour la technique de la « thinkularity » se réalise, par exemple par les ondes, celui qui y aura investi le premier sera bien placé.

Et si c'était Google ? Dans les nouvelles technologies, « the winner takes all ».

Je repars en plongée.

_______

L'ouvrage le plus récent de Philippe Cahen :
Les Secrets de la prospective par les signaux faibles, Éditions Kawa, 2013

À découvrir aussi sa contribution à l'ouvrage collectif Rupture, vous avez dit disrupture ? Le futur est déjà derrière nous, Éditions Kawa, 2015 ; et le nouvel ouvrage, Notre futur anticipé pas les signaux faibles, Éditions Kawa, 2016.