"Central Park à la française" : le Grand Paris tient enfin son grand projet urbain

Par Jean-Pierre Gonguet  |   |  845  mots
(Crédits : DR)
Le Central Park français conçu par l’architecte urbaniste Roland Castro dans le parc de la Courneuve fait l’unanimité des élus et des pouvoirs publics. Le premier quartier zero carbone au monde sur 1.7 million de m2, une ville intelligente et durable, 25 000 logements et 100 000 emplois à terme. Ce n’est plus qu’une affaire de bonne volonté

L'idée a 31 ans et 3 mois. Elle émane de l'architecte urbaniste Roland Castro et c'est certainement le plus beau projet d'aménagement du Grand Paris : la création d'une ville durable à la lisière du parc de la Courneuve. Un projet de 1.7 million de m2 tout autour d'un parc de 4,17 million de m2 plus grand qu'Hyde Park ou Central Park. 25 000 logements et la volonté d'être le premier quartier au monde zéro carbone, une ville/parc durable. Bref un rêve d'urbaniste et surtout le premier grand projet urbain du Grand Paris. Et tout le monde est d'accord. Ce Central Park à la française avait en effet capoté après que Roland Castro, Sophie Denissof et Sylvia Casi l'aient présenté il y a 5 ans dans le cadre de l'appel à projets lancé par Nicolas Sarkozy sur le Grand Paris. Motif : le parc est classé zone Natura 2000 par la Commission Européenne et les constructions empiétaient sur 70 hectares. Dossier classé.

Sauf que Roland Castro est un tenace et qu'il a demandé à Marc Rozenblat, le directeur général de CDU, une société de pilotage de projets urbains complexes, de se pencher sur le nœud d'embrouilles. «En fait au lieu de se fixer sur le nœud, il faut prendre chaque fil, un par un, explique Marc Rozenblat, et tirer. Je suis allé voir la Commission Européenne qui a, en fait, été plutôt bonne fille : si l'Etat et les élus sont d'accord, elle est prête à déclassifier ». Bonne nouvelle. Mais il a fallu en convaincre des élus !  Le projet empiète sur deux départements (Seine St Denis et Val d'Oise) et 6 communes (La Courneuve, Dugny, Le Bourget, Saint Denis, Stains et Garges les Gonesse) de bords politiques différents. Sans compter les intercommunalités (Plaine Commune) ou les 2 Contrats de développement territorial. Un travail de fourmi. En octobre 2014, c'est bon, tout le monde est d'accord. Et comme Marc Rozenblat et Roland Castro ont, en plus, promis que s'ils prenaient 70 hectares, ils en rendraient 140 au nord du parc en Natura 2000, cela devrait pouvoir se débloquer.

« Une échelle passionnante pour être le plus innovant possible »

L'Etat peut en tout cas difficilement ne pas se louer d'un tel projet. Thierry Lajoie, le patron du tout nouveau Grand Paris Aménagement, en fait, en tout cas, un point d'honneur. Il va très probablement récupérer le projet dans le cadre d'Opération d'Intérêt National multisites que Manuel Valls lui a confié. De toute façon il le connaît par cœur et en tant qu'aménageur public, il  pense que «  tout est place pour l'une des réflexions les plus passionnantes sur la ville intelligente ». Car, même sans Immeuble de Grande Hauteur, ce sont 27 000 logements qui peuvent être construits d'un coup d'un seul et 50 000 emplois pérennes. Thierry Lajoie explique :

« C'est une échelle pour être le plus innovant possible. En plus on est dans du recyclage urbain, en plein cœur d'une réflexion sur les réseaux et on va produire une ville à 20 ou 30 ans... Bien sûr c'est un projet qui a besoin d'une assise financière importante, mais nous avons des outils pour assurer un portage sur 20 ans. Je ne sais pas si ce projet sortira un jour, mais tout le monde sait qu'il ne sortira jamais sans la participation de tous, public et privé »

Si le bébé n'avait pas 31 ans et 3 mois, on pourrait presque dire qu'il est bien né... D'autant plus que, contrairement à la bonne vieille habitude des aménageurs français, le projet est ouvert . «En fait ce n'est pas un projet, commente Marc Rozenblatt, c'est un scénario, une proposition, les grandes lignes d'une histoire pas totalement écrite. Roland n'a pas fait de définition précisé de la hauteur des bâtiments ou de l'épaisseur des bâtiments. Nous ouvrons une porte pour que cela puisse se réaliser. Pour que ce soit le premier grand projet urbain du Grand Paris, celui de la naissance du Grand Paris. Il n'y aura de Grand Paris que lorsque des centralités se développeront en dehors de Paris. Comme celle-là ».

L'Etat ne versera quasiment rien

Le Central Park français a de multiples atouts. Mais il en deux surtout : il est d'abord terriblement médiatique (en 2008 les premières maquettes du projet ont fait le tour du monde et la une de nombreux news magazines) et surtout, il pourrait se monter sans que l'Etat soit obligé de verser son écot. Bien sûr il devra financer ce qui relève de son ressort en matière de service public pour une ville de cette taille. Mais c'est bien peu au regard du reste et des gains fiscaux qu'il va en retirer. Et de la possibilité de faire naitre un vrai grand projet urbain comme le Grand Paris n'en a toujours pas produit. Ce n'est plus qu'une question de bonne volonté.

______

>>> Cliquez ici pour s'inscrire au Forum Smart City du Grand Paris <<<