L'ambassadeur français aux nations unies sans logement à New York

Par latribune.fr  |   |  260  mots
François Delattre, le nouvel ambassadeur français à l'ONU, est confronté à des difficultés pour trouver un logement à New York du fait de sa fonction (Crédits : cc)
Le nouvel ambassadeur de France à l'ONU est toujours à la recherche d'un logement après l'échec de l'acquisition d'un appartement luxueux du fait de l'opposition des copropriétaires.

Difficile de trouver un logement à New York. François Delattre, nommé ambassadeur de France à l'ONU le 12 juin 2014 par François Hollande, en sait quelque chose. Dans sa logique d'économies, l'Etat français avait vendu la résidence de l'ancien ambassadeur, Gérard Araud, un duplex de 18 pièces sur Parc Avenue, pour 70 millions de dollars (52 millions d'euros).

Un nouveau duplex, tout aussi somptueux mais moins grand - 460m² avec cinq chambres et cinq salles de bains, situé dans le River House, un des immeubles les plus en vue de l'île de Manhattan - aurait dû être acheté pour loger le nouvel ambassadeur. Mais les acheteurs se sont heurtés au syndicat de copropriété qui a posé des conditions draconiennes difficilement acceptables par l'ambassadeur.

La fronde des copropriétaires

Une des copropriétaires, Elizabeth Kabler, fille d'une ancienne chef du protocole sous Ronald Reagan et belle-fille d'un ancien ambassadeur américain au Royaume-Uni, avait mené une campagne acharnée pour que l'opération ne se fasse pas. Elle avait déclaré:

"Il n'est pas dans l'intérêt des habitants de River House à cohabiter avec des émissaires étrangers qui sont, dans une large mesure, au-delà de la portée de la loi".

D'autres arguments avancés étaient la présence de gardes de sécurité armés dans la résidence et la fréquence des réceptions données par l'ambassadeur, susceptibles de perturber la tranquillité des voisins.

L'appartement, qui aurait couté 7,8 millions de dollars (5,8 millions d'euros), est toujours à vendre (offre consultable sur le site streeteasy.com).