L'Île-de-France veut combler sa pénurie de logements

 |   |  2353  mots
Petit à petit, le visage du Paris du XXIe siècle prend forme. Ici, la maquette du futur quartier du Parc des expositions, rue de Vaugirard, Avenue Ernest Renan, livrable en 2017. Les tours ne sont plus tabou, même surmontées de petites éoliennes... / DR
Petit à petit, le visage du Paris du XXIe siècle prend forme. Ici, la maquette du futur quartier du Parc des expositions, rue de Vaugirard, Avenue Ernest Renan, livrable en 2017. Les tours ne sont plus tabou, même surmontées de petites éoliennes... / DR (Crédits : DR)
La loi du 3 juin 2010 sur le Grand Paris affirme la volonté publique de construire 70.000 logements par an en Île-de-France. Cela exigera bien de l'imagination dans les mécanismes de préemption, la mise en place de financements astucieux, et le recours à des pactes privé-public intelligents. Un défi immense...

Pour la métropole du Grand Paris, il y a deux questions incontournables à régler : la péréquation fiscale et, surtout, le logement. Si la première sera assez vite réglée - du moins on peut l'espérer -, pour la seconde, c'est beaucoup moins sûr. Dans la métropole-capitale plus qu'ailleurs en France, les prix des logements sont en effet de plus en plus déconnectés de la réalité économique des habitants (le prix moyen de vente s'élevant à 5.500 € le mètre carré) et la file d'attente des candidats à un logement social s'est allongée pour compter désormais pas moins de 500.000 postulants ! Pire, l'Île-de-France, qui représente 20% de la population française, ne représente plus que 10% de la construction totale de logements. La faute à un système de production d'habitations totalement grippé et qui ne se décoincera pas tout seul. Pour les pouvoirs publics, il est donc plus que jamais impératif de lutter contre la pénurie de logements. Comment ? En faisant baisser les prix de l'immobilier - objectif non avoué cependant - ou d'en limiter la hausse à tout le moins.

La métropole du Grand Paris va donc récupérer les compétences logements des communes pour pouvoir s'attaquer à un Everest immobilier : construire 70.000 logements par an, alors même qu'à peine plus de 20.000 ont été mis en chantier en 2013 en Île-de-France. La chute est d'ailleurs continue puisque la moyenne de construction était de 31.000 par an entre 2002 et 2006, et de 47.000 au milieu des années 1990. La dernière fois que la barre des 70.000 a été passée, Valéry Giscard d'Estaing était encore président de la République ! Au vu de ces chiffres, il est clair que plus d'un spécialiste ou observateur estime inatteignable, voire utopique, cet objectif de 70 000 logements construits par an. À ces Cassandre, d'autres experts répondent que, vu l'ampleur du problème, il faut se donner des objectifs ambitieux pour mieux avancer. « Pas le choix ! », lancent-ils.

« Créer un choc de l'offre foncière »

En 2040, la population francilienne serait comprise entre 11,8 et 13,8 millions d'habitants, suivant les différentes hypothèses retenues sur la fécondité, la mortalité et les migrations, explique le think tank La Fabrique de la cité. Ce qui veut dire que la population de la région devrait augmenter de 750.000 personnes entre 2007 et 2025, puis de 450.000 entre 2025 et 2040. Conséquence très concrète : certains spécialistes avancent que, si rien n'est fait, il manquera 1,2 million de logements dès 2030. Autrement dit demain matin, ou presque.

Pour autant, la région parisienne ne manque pas d'atouts pour pouvoir construire. Et d'abord d'un élément essentiel : le foncier. Dans ce domaine, « il y a largement de quoi faire », assurent les experts du secteur impliqués dans le projet du Grand Paris. Il y a d'abord les terrains autour des 72 nouvelles gares, zones éminemment stratégiques. Le potentiel de logements constructibles sur un rayon de 800 mètres autour de ces gares est de 15.000 unités par an pendant vingt-cinq ans, calcule Catherine Barbé, directrice des partenariats stratégiques de la Société du Grand Paris. De fait, autour de ces gares, 4.000 hectares sont aujourd'hui sous-densifiés.

Or, c'est par « la massification et la densification des opérations d'aménagement urbain », qu'il sera possible de « créer un choc de l'offre foncière bénéfique à la production de logements », martèle Thierry Lajoie, président de l'Agence foncière et technique de la Région parisienne (AFTRP).

Pour réaliser ces opérations d'envergure, les contrats de développement territorial (CDT) devraient être une arme décisive. Ces démarches contractuelles engagent notamment l'État, représenté par le préfet de région, les communes et leurs groupements à construire des logements. Dans le cadre du Grand Paris, 21 CDT sont en discussion, dont au moins 13 ont déjà été signés.

Grâce à cet outil, « la construction de 40% des 70.000 logements espérés est déjà organisée ! », se réjouit Jean Daubigny, préfet de Paris et de la région Île-de-France.

Sans doute. Mais il s'agit pour l'instant d'engagements des élus qui ne préjugent pas de l'exactitude du résultat final. Le bon côté de la chose, c'est que la machine est bel et bien lancée...

Un bonus financier pour les maires bâtisseurs ?

 Engagées à l'échelon intercommunal, ces opérations permettent également de passer outre la fébrilité - pour ne pas dire l'hostilité - de certains élus locaux. Le « bâtisseur » n'est pas en effet - quelle que soit sa couleur politique - le type de maire le plus fréquemment rencontré en petite couronne parisienne. Pourquoi ? Trop d'entre eux ont en tête ce vieil adage électoral : « Maire bâtisseur, maire battu. » Le malthusianisme foncier est donc particulièrement prégnant dans les communes périurbaines d'Île-de-France, dont beaucoup sont concernées par le Grand Paris, et où personne n'accepte facilement les opérations de densification.

« Pour le logement social notamment, il y a une vraie réticence », a constaté Jean-Luc Poidevin, le directeur général délégué Ensemblier urbain chez Nexity.

Sur le plan économique, les maires ont également davantage intérêt à favoriser l'implantation d'entreprises sur leur territoire, au détriment des logements. Car même si la manne de la taxe professionnelle s'est tarie, les entreprises génèrent encore davantage de rentrées fiscales que les habitants et, surtout, moins de dépenses publiques d'équipements (écoles, bibliothèques, aires de jeux, etc.). C'est ce conservatisme, doublé d'une préférence fiscale et financière, qui a conduit à créer des déséquilibres importants entre les communes et des bassins d'emplois éloignés des « bassins de logements ». C'est pour cela que, dans le cadre du « Grand Paris du logement », le gouvernement travaille sur une aide financière spécifique pour les maires bâtisseurs avec les banques qui soutiennent les collectivités locales. Il s'agit notamment de les aider à réaliser les équipements publics (crèches, écoles, terrains de sport, etc.), que demandent logiquement les nouveaux habitants. Les modalités de ce bonus devraient être inscrites dans la prochaine loi de finances.

grues

L'enjeu clé : la maîtrise des prix du foncier

Parallèlement, les pouvoirs publics devront faire preuve de la plus grande rigueur en matière de transfert des compétences d'urbanisme des différentes communautés d'agglomérations vers la métropole du Grand Paris. En particulier pour celles qui avaient commencé à trouver leur rythme de croisière.

« Il sera important de gérer finement cette transition, car les communautés d'agglomérations vont disparaître, et il ne faudrait pas que l'on aboutisse à un blocage du système », avertit Daniel Biard, président du bailleur social Polylogis.

Or, force est de constater que la simple urgence de la situation ne sera pas suffisante pour lever les blocages administratifs potentiels...

Si le foncier ne manquera donc pas et si le pouvoir de décision sera plus concentré, encore faut-il que les prix des logements soient accessibles pour les ménages. Au cours des dix dernières années, les entreprises de construction ont fait face à une inflation de leurs coûts de revient. Ce qui empêche les promoteurs en bout de chaîne - jurent-ils - de commercialiser des logements à des prix abordables. Certes, il y aura les effets mécaniques du choc d'offre annoncé sur le coût du foncier. Celui-ci représente en moyenne 25 % du coût d'un logement en Île-de-France, et « jusqu'à 60% à Paris et première couronne », précise Jean-Luc Poidevin. Mais en attendant le choc, il faudra agir sur les autres composantes.

Sur ce plan, beaucoup de nouveaux systèmes sont en train de se mettre en place, avec en particulier des mécanismes ingénieux de partenariats public-privé où celui qui possède le foncier le cède à bas prix à celui qui construit ; et lui permet in fine de vendre ou de louer à un prix inférieur à celui du marché, c'est-à-dire dans les cordes du ménage moyen francilien. Ce type d'initiative a déjà été expérimenté à Saint-Ouen, ou dans le cadre de la communauté d'agglomération Plaine Commune, qui rassemble les villes d'Aubervilliers, Épinay-sur-Seine, La Courneuve, Île-Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Stains et Villetaneuse. Les acteurs du Grand Paris, privés ou publics, s'accordent tous à dire qu'il faut développer au maximum ce type de mécanisme grâce à la signature de pactes qui instaurent une règle du jeu commune.

« Si l'on cumule cela avec la politique de mobilisation du foncier, on diminue forcément les prix », assure Jean-Luc Poidevin.

Attirer les « Zinzins » et raccourcir les délais

Pour s'y retrouver financièrement, les pouvoirs publics, via des établissements publics fonciers (EPF), mènent un travail de veille foncière pour saisir les opportunités et constituer des réserves. Les EPF utilisent le droit de préemption du foncier ou, dans des cas plus extrêmes, l'expropriation. L'idée est toujours de maîtriser les prix. L'EPF prend en général le risque lié à l'urbanisme en acquérant le foncier le plus longtemps possible avant le démarrage du projet pour que, à la revente, la rente captée - autrement dit la plus-value - puisse au moins financer les aménagements publics de proximité. Cette politique permet aussi de réguler la qualité des projets.

La gestion des EPF se doit d'être très fine, car « en Île-de-France, les friches correspondant à la désindustrialisation ont déjà été largement reconquises, elles sont de moins en moins nombreuses [...]. Le terrain à bâtir est le plus souvent un terrain déjà bâti », explique Gilles Bouvelot, directeur général de l'Établissement public foncier d'Île-de-France.

Exit les champs et les prés à racheter. Il s'agit plutôt de longues enfilades d'entrepôts ou d'usines comme le long du canal de l'Ourcq.

Moyennant quoi, « le renouvellement est désormais de plus en plus réalisé sur un tissu économique vivant, ce qui pose un problème de coût », ajoute-t-il.

En outre, les propriétaires en place, au courant des opportunités financières découlant du Grand Paris, n'hésitent pas à faire du zèle pour que l'EPF achète leur terrain le plus cher possible... Ce qui est loin d'être anodin, car c'est en fonction de la capacité de l'EPF à acquérir le foncier à bas coût que pourront, in fine, être mis sur le marché des logements moins onéreux.

Autre solution possible : faire revenir les investisseurs institutionnels. Ils se sont désintéressés de l'immobilier résidentiel depuis le début des années 2000, faute de rentabilité. Dans ce cadre, une filiale de la Caisse des dépôts, la SNI, a lancé un appel à projet nommé Argos, avec pour objectif de construire 10 000 logements locatifs dits « intermédiaires » destinés aux classes moyennes, dont une partie dans le cadre du Grand Paris. Les investisseurs participant au projet bénéficieront d'une exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) pendant quinze ans, ainsi qu'un taux de TVA préférentiel de 10 % sur la construction des logements.

De leur côté, les opérateurs privés assurent chercher aussi des économies dans le processus de construction. Le coût de la main-d'œuvre pouvant difficilement tomber plus bas, c'est sur l'industrialisation de leur production qu'ils tentent de peser.

« C'est moins sur les coûts des travaux que l'on peut gagner, mais davantage sur le délai de réalisation. Si l'on fait passer de vingt-quatre à dix-huit mois le temps de sortie d'un logement, on baisse les prix », assure Jean-Luc Poidevin.

De plus en plus de maîtres d'ouvrage font pré-construire les logements en usine, notamment grâce à la filière bois.

3.400 normes pour construire un logement !

Les entreprises du secteur de la construction pourront-elles assumer cette production et suivre ce rythme ? Sur un plan quantitatif, bien sûr, et surtout qualitatif. Certains en doutent. Les périodes fastes de production de logements ont souvent vu sortir de terre des habitations de moindre qualité. De surcroît, la filière construction souffre.

« L'immobilier, les cabinets d'architectes, les ingénieurs, et nous, les artisans du bâtiment : l'ensemble de la chaîne est affaibli », déplorait récemment Patrick Liébus, président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb).

Avant d'ajouter, inquiet : « La mécanique avait ralenti, là elle s'emballe, mais dans le mauvais sens »...

Reste un frein qui est loin d'être négligeable. Qu'elles soient pratiques ou énergétiques, l'accumulation des normes de construction fait cependant enrager les professionnels.

« Il y a aujourd'hui 3.400 normes qui s'appliquent pour la construction d'un logement ! », s'énerve Jean-Luc Poidevin.

Et ce n'est pas le moratoire de deux ans sur l'instauration de nouvelles normes techniques, annoncé par François Hollande, qui calmera les grognons. Le salut viendra peut-être des 50 mesures de simplification pour la construction annoncées le 25 juin par le Premier ministre, Manuel Valls. Du reste, une chose est claire : sans simplification des normes, il sera ardu de construire ces 70.000 logements.

________

>> FOCUS Rendez-vous en 2016...

Dans l'entretien exclusif publié dans La Tribune en mars 2014, Claude Bartolone, député de la Seine-Saint-Denis, président de l'Assemblée nationale et candidat à la présidence du Grand Paris, relevait que « la capitale va avoir de plus en plus de mal à fonctionner et "la main invisible du marché" va continuer à tout désorganiser si l'on n'agit pas ».

Il ajoutait qu'il y a « des choses non négociables, comme le logement et la mixité sociale », précisant que « l'État aussi va devoir repenser ses politiques et rationaliser. En ce qui concerne le logement dans la métropole, il disparaît en tant que financeur ».

Une manière de dire aux élus que beaucoup dépendra de leur engagement et de leur créativité, à partir du 1er janvier 2016, date prévue de la création de la métropole du Grand Paris ?

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2014 à 14:35 :
On continue a entasser les gens en ile de france alors que nos villages meurent les uns apres les autres.... Nos politiques ne jurent que par Paris et sont de véritables abrutis, à droite comme a gauche...
a écrit le 06/07/2014 à 6:09 :
C'est un comble, on ne construit pas et on pousse les foyers au suicide, voyez les saisies. Ne devrait-on pas saisir le tribunal administratif pour non logement? Les économistes font consensus sur la normite, donc le but c'est de se débarrasser des français? C'est dans les combles ou bien les placards? On nous publie les grands corps malades, c'est de la peste ou du choléra? Et vendre la bourse et les obligations, on devient esclaves par l'austérité?
a écrit le 06/07/2014 à 5:15 :
Il y aurait en France une pénurie de logement... mais alors que font les entreprises chargées de la construction. Il parait que notre bureaucratie fabrique des ponts qui ne vont nulle part... on joue au pont de la rivière kwaï? On nous sort qu'on devient euro sceptique, seulement l'Europe du chômage qui en veut? On aurait par les excès de normes, on aurait détraqué le marché du logement? On nous parle d'un consensus des économistes, mais alors l'Europe c'est ubu roi? On aurait un Parlement de crétins qui feraient n'importe quoi? Alors quel est le but de la société, le maximum du chômage? Depuis des années on force les gens à des emplois sous-qualifiés, mais alors pourquoi parle-t-on de croissance? Et mieux, notre système social serait caduc: les retraites ne cessent de baisser... n'aurait-on pas une vaste arnaque d'une clique de pique assiette? On nous dit il faut du réseau pour trouver un emploi... seulement si nos diplômés, 50% n'ont pas de réseau pour leur téléphone filaire, comment on relance l'économie? Alors pourquoi ne pas demander une subvention au téléphone social qui n'est pas payé?
a écrit le 03/07/2014 à 23:05 :
Mais non, elle ne veut pas combler son retard : elle veut punir les méchants propriétaires et les vilains loueurs, pour donner toujours plus de droits aux gentils locataires. Qui peut avoir envie de mettre en location un bien aujourd'hui, sauf à être inconscient ou aventurier ? Parce que non seulement il passera pour un exploiteur, un profiteur, mais en plus il ne sera pas soutenu par l'opinion publique, les tribunaux et les forces de l'ordre au cas où le locataire cesserait de payer...
a écrit le 02/07/2014 à 23:23 :
SVP grands architectes et politiques, pas de tours sur les quelques centimètres carrés encore libres à Paris. On voudrait encore un peu respirer et voir un peu le ciel.
a écrit le 01/07/2014 à 21:58 :
L'immobilier est vu comme une valeur patrimoniale en france , héritage issue de l'époque dorée des années 70 où les babyboomers avaient des taux d'intérêts réels négatifs .
Aujourd'hui , cette croyance en la pierre subsiste et bcp d'acteurs importants n'ont strictement aucun intérêt à une baisse à commencer par certains de nos ministres surinvestis dans ce secteur mais ne possédant bizarrement AUCUNE ACTION D'ENTREPRISE ...
Quel serait d'après vous l'impact d'une baisse massive des prix de l'immobilier sur le bilan de certains entreprises françaises ?
Réponse de le 02/07/2014 à 9:45 :
otez nous d'un doute , les bulles immobilieres n'ont pas été qu'en france . japon usa, uk, SP, IT, NL .....et de grace pas l'allemagne en contre exemple ou l'on va devoir vous rappeler ses composantes RFA et RDA.
a écrit le 01/07/2014 à 17:49 :
Dans ce milieu il y a déjà eu beaucoup d'escroquerie.
Quand ces escroqueries sont mise à jour comme dans l' #affaireapollonia la justice n'avance pourtant pas.
Préjudice 1 milliard € / 1000 victimes / Des banques, notaires .. mis en examen, ou sous le statut de témoins assistés. Le dossier instruit au TGI de Marseille est lourd de 70000 pages; presque autant de preuves !
La justice est bloquée, il n'y a plus de juge en charge de ce dossier depuis mars 2014. Tant que la France n'aura pas le courage de sanctionner lourdement les "bandits" de ce milieu protégé, les français resteront très frileux pour investir.
a écrit le 01/07/2014 à 16:51 :
N'importe quoi comme d'habitude... L'urgent, c'est de favoriser l'emploi en province au lieu de tout concentrer sur une région déjà asphyxiée par la pollution, la surpopulation, le problème des transports... Ah mais c'est vrai que nos politiques ne souffrent rien de tout ça: bien logés, bien transportés aux frais de la République et bien grassement nourris par nos soins...
Réponse de le 02/07/2014 à 0:39 :
"Ah mais c'est vrai que nos politiques ne souffrent rien de tout ça: bien logés, " : Facile de se planquer derrière les politiques quand on se bat pour l'enrichissement par la pierre dans la France entière. En province, il faut que les écoles soient menacer de fermeture pour que les locaux acceptent de nouveaux arrivants. Sans ça, ils préfèrent protéger la valeur de leur bien en entretenant la rareté.
Réponse de le 02/07/2014 à 18:22 :
Complètement d'accord. Il est surtout urgent de cesser d'aspirer toute l'économie Française en Ile de France. Le Sarkogone n'aurait jamais du être construit a Balard mais au Larzac (ou un truc du genre). Les ministères devraient être répartis dans les grandes capitales régionales par grande thématique par exemple. La fiscalité incitative a l'empilement des entreprises autour de Paris ne devrait pas être autorisée, puisque le bas peuple n'a pas d'autre choix que d'habiter a proximité de son boulot. Les transports transverses en France devraient être privilégiés, au lieu de continuer a tout construire en étoile a partir de Notre Dame...
Réponse de le 06/07/2014 à 9:35 :
@dakor : +1 à commencer par les entreprises d état à decentraliser en province :le mauvais exemple est la construction du centre de recherche EDF à palaiseau ( 3000 personnes prévues) . Trouvez moi un terrain à bâtir entre palaiseau et gif sur yvette , une dizaine pas plus sur 15 kms ..Les bienpensants vont encore me dire que l augmentation des prix est la faute des proprios
a écrit le 01/07/2014 à 15:48 :
Que l'on développe le télé travail . Les salariés partiront en province pour avoir une meilleure qualité de vie. Cela réglera le problème du manque de logements et de transport en région parisienne.
a écrit le 01/07/2014 à 14:29 :
Je vois vraiment pas où est le problème puisque cette pénurie de logement est organisée depuis des décennies, il y en Ile de France plusieurs Millions de M2 de bureau libre et ce chiffre ne cesse d'augmenter et on construit des bureaux à tour de bras, l'objectif est donc atteint, tout va donc pour le mieux ! pourvu que cela dur ! Qui donc regit ces plans d'urbanisme ?
Réponse de le 01/07/2014 à 14:52 :
Rien à voir avec l'urbanisme. Si autant de locaux sont libre c'est parce qu'ils appartiennent en grand majorité aux banques qui jouent sur la rareté des biens pour pousser les prix vers le haut.
a écrit le 01/07/2014 à 13:33 :
Ça fait au moins 15 ans que la majorité PS actuelle nous répète cette chanson
Alors c'est pour 2025 au minimum
Réponse de le 01/07/2014 à 14:49 :
Surtout que le PS est au pouvoir depuis 2 ans...après 10 ans d'UMP...C'est un jeux pour vous de passer pour un débile ? Ou alors vous sortez tout juste d'un coma dans lequel vous êtes depuis 2001
Réponse de le 01/07/2014 à 18:26 :
C'est beau de répondre sans réfléchir et en insultant en prime...L'article parle de l'Idf qui est dirigée par Huchon depuis 98 donc par le PS depuis plus de 15 ans...
a écrit le 01/07/2014 à 13:20 :
construisons déjà les transports avant d'entamer la densification. On a trop tendance à faire l'inverse. Pour l'instant le grand paris n'est pas encore sorti de terre et les franciliens vivent un véritable cauchemar dans leurs trajets en transports en commun. ce qui - en plus de la politique quasi paranoiaque de la mairie de paris contre les voitures - conduit à l'explosion de l'utilisation des 2 roues
Réponse de le 01/07/2014 à 13:57 :
Déjà qu'on arrête de concentrer les emplois d'un côté et les logements de l'autre : ça évitera de trimbaler plusieurs centaines de milliers de salariés sur la ligne A du RER !
a écrit le 01/07/2014 à 13:11 :
Pouvez-vous commenter le consensus des économistes concernant le logement: l'excès de normes... administratives puisqu'on parle simplification, c'est qu'il existe des complications. C'est bien l'Etat qui est en cause et qui entrave le travail. Alors sommes-nous suicidaires en monnaie forte ou par les excès d'impôts?
a écrit le 01/07/2014 à 11:33 :
Voila un comble! L'adminisinistration fabrique la pénurie de logement! Alors un bon ministre est un bon sinistre au cul botté aux municipales? Y aura-t-il démission, ce dont on nous parle dans les sondages? Le but serait de ne pas loger la population et d'ostraciser des millions de français? Il y aurait en Europe des trafiquants de comptes publics... on parle de sincérité. L'Europe aurait trafiqué les comptes de la Grèce, voila une saine institution! alors qu'est ce qu'on compte dans le PIB? Et pour le PMI on relance par le PMU? L'administrateur d'Etat serait atteint de normite maladive! On pantouflerait dans les conseils et les commissions? Plus y a de chômeurs, moins y a de pouvoir d'achat!
Réponse de le 01/07/2014 à 14:47 :
@René : vous réalisez que votre commentaire n'a ni queue ni tête ? Ca part dans tous les sens et au final on ne sait même pas ce que ovus avez essayer de nous dire...
a écrit le 01/07/2014 à 11:17 :
Joli publi reportage. la realite est quand meme moins rose. Les PPP coutent plus aux contribuables, l augmentation de la population a paris n a rien de sur et pourrait tres bien etre endiguee si on se decidait a developper les autres villes francaise. Quant aux prix, avec une bulle immobiliere sur le point d exploser, il faut etre fou pour construire maintenant

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :