Evasion fiscale : quatre partenaires de KPMG arrêtés à Belfast

Par latribune.fr  |   |  381  mots
Quatre membres du cabinet français d'audit ont été arrêtés par les agents du fisc à Belfast, en Irlande du Nord, mercredi 25 novembre. (Crédits : Reuters)
Des agents du fisc britannique ont arrêté hier quatre personnes travaillant au bureau de Belfast. Il s'agirait des quatre dirigeants les plus importants du cabinet d'audit français en Irlande du Nord.

Quatre partenaires du cabinet KPMG ont été arrêtés en Irlande du Nord dans le cadre d'une enquête portant sur des faits présumés d'évasion fiscale, ont indiqué jeudi la firme et les autorités. Des agents du service des impôts et des douanes (HMRC) du Royaume-Uni "ont arrêté quatre personnes en Irlande du Nord hier (mercredi) en lien avec des soupçons d'évasion fiscale", a indiqué à l'AFP un porte-parole du HMRC.

La société d'audit et de conseils KPMG a de son côté confirmé avoir reçu la visite des agents du fisc dans ses bureaux de Belfast.

"Nous pouvons confirmer que quatre de nos partenaires du bureau de Belfast sont en congé administratif", a ajouté un porte-parole de la firme, qui compte parmi les quatre grands cabinets spécialisés dans le conseil à travers le monde.

Des dirigeants haut placés, selon le Guardian

D'après l'hebdomadaire britannique le Guardian, il s'agit des quatre dirigeants les plus importants de KPMG en Irlande du Nord. Ils sont aussi directeurs d'une société d'investissement dans l'immobilier.

"Nous coopérons avec les enquêteurs. Il est important de souligner que nous n'avons aucune indication sur le fait que ces investigations sont liées à l'activité de KPMG ou de ses clients", a souligné le cabinet.

Le taux d'imposition des sociétés abaissé à 12,5%

La semaine dernière, les principaux partis d'Irlande du Nord sont parvenus à un accord pour sauver la coalition au pouvoir, après plus de deux mois d'une crise liée à des accusations de meurtre auxquelles fait face l'Armée républicaine irlandaise (IRA) et qui ont poussé le Premier ministre Peter Robinson à la démission, le 10 septembre.

I Lire 2014, KPMG souligne l'impact négatif de la fiscalité sur l'emploi

Comme le précise le Guardian, pendant ces négociations et après plus de 10 semaines de négociations, l'exécutif a obtenu le droit de fixer un taux d'imposition des sociétés faible (à 12,5%), afin de rivaliser avec la République d'Irlande dans la course aux investissements directs des multinationales étrangères. Au cours de cette campagne, KPMG a plaidé pour que le Trésor offre à l'Irlande du Nord un statut spécial pour l'impôt des sociétés.

(Avec AFP)