Pétrole : le Venezuela et la Russie veulent s'associer pour enrayer la baisse

Par latribune.fr  |   |  461  mots
Longtemps soutenue par la manne pétrolière, la chute des prix du pétrole a entraîné l'effondrement de l'économie vénézuélienne. Sur la photo, Nicolas Maduro et Vladimir Poutine le 23 novembre au Forum des pays exportateurs de gaz à Téhéran. (Crédits : Reuters)
Les deux grands exportateurs de pétrole, lourdement affectés par la chute des cours du brut, veulent engager une action commune pour réduire la production et redresser les prix, assure le président vénézuélien.

Nicolas Maduro, le président vénézuélien, a affirmé vendredi, qu'il s'était mis d'accord avec son homologue russe, Vladimir Poutine, pour travailler ensemble à enrayer la chute des cours du pétrole qui frappe durement les deux pays.

"Sans aucun doute nous allons défendre le marché. Nous nous sommes mis d'accord avec le président Vladimir Poutine pour continuer de travailler à une vision et un plan communs", a déclaré le président vénézuélien lors d'une rencontre avec des chefs d'entreprise.

Nicolas Maduro a expliqué s'être entretenu par téléphone avec son homologue russe au sujet de "la situation du marché pétrolier".

Pression sur l'Opep

Nicolas Maduro, qui multiplie les efforts diplomatiques pour réduire la production globale de brut, a également réitéré sa volonté de faire pression sur ses homologues de l'Opep "jusqu'à ce qu'on ouvre la voie à une stabilisation et une reprise du marché".

Le pays a appelé à une réunion extraordinaire de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) en février pour discuter de mesures permettant de stabiliser les prix.

Le Venezuela, qui détient les plus grandes réserves prouvées de brut au monde, a vu ses revenus chuter avec la dégringolade des cours de l'or noir. Sauf que le pays, au même titre que l'Algérie ou l'Azerbaïdjan tire la quasi-totalité de ses revenus (96%) des exportations de pétrole. Vendredi, le prix du brut vénézuélien est tombé à 21,50 dollars le baril.

Crise politique au Venezuela

La chute des cours du brut plonge le Venezuela dans une grave crise économique. Au cours des neufs premiers mois de 2015, l'inflation a atteint 108%, soit l'une des plus élevées du monde.

Et, cette situation entraîne désormais le pays dans une grave crise politique. Vendredi, le Parlement vénézuélien a rejeté l'état d'"urgence économique" décrété par le président Nicolas Maduro le 15 janvier, signant le premier acte fort de l'opposition de centre-droit, désormais majoritaire à l'Assemblée.

>>>LIRE AUSSI : Pénalisé par la chute des prix du pétrole, le Venezuela cherche à éviter la faillite

 Russie à l'arrêt

Déjà fragilisée par les sanctions occidentales, l'économie russe vacille avec la chute des prix du pétrole. La Russie, non membre de l'Opep, est le deuxième producteur mondial de pétrole  après l'Arabie Saoudite, et tire 70% de ses recettes des exportations d'hydrocarbures. Mais dans un contexte où le prix du baril est tombé à 30 dollars, l'hypothèse d'une reprise économique s'éloigne.

La banque centrale a précisé tabler sur une baisse de 0,5% à 1% du produit intérieur brut (PIB) en 2016 et une croissance de zéro à 1% en 2017.

(Avec AFP)