Pénalisé par la chute des prix du pétrole, le Venezuela cherche à éviter la faillite

 |   |  1055  mots
Pour Nicolas Maduro, président du Venezuela (ici en mars dernier avec son homologue cubain, Raoul Castro) « le mieux pour assurer les investissements dans l'énergie dans les 50 prochaines années », serait un prix du baril qui se situe « au moins à 70 dollars. »
Pour Nicolas Maduro, président du Venezuela (ici en mars dernier avec son homologue cubain, Raoul Castro) « le mieux pour assurer les investissements dans l'énergie dans les 50 prochaines années », serait un prix du baril qui se situe « au moins à 70 dollars. » (Crédits : Reuters)
Dépendant étroitement des prix de l'or noir, le Venezuela doit faire face à une chute de ses recettes, et doit puiser dans ses réserves de change pour maintenir son niveau de dépenses. Jusqu'à quand ?

Nicolas Maduro voyage beaucoup. Ces derniers jours, le président vénézuélien s'est rendu en Russie, en Chine, au Vietnam, et au Qatar. Avec deux objectifs. Le premier est de convaincre ses interlocuteurs de la nécessité pour les pays exportateurs de pétrole - membres ou non membres de l'Opep - de déterminer une stratégie commune pour soutenir les prix du baril. Ils sont passés de 100 dollars en décembre 2014 à 40 dollars récemment, leurs plus bas niveaux depuis six ans. Un manque à gagner pour le pays dont 96% des recettes d'exportation proviennent de la vente de l'or noir. Selon l'Administration de l'énergie américaine, les revenus du pays sont passés de 67 milliards de dollars en 2013 à 58 milliards de dollars en 2014, soit une baisse de presque 13,5%.

5,6 milliards de dollars à rembourser d'ici la fin de l'année

Le deuxième objectif est d'obtenir rapidement des aides financières. La république bolivarienne est en effet financièrement proche de l'asphyxie. D'ici la fin de l'année, elle doit rembourser une dette cumulée de 5,6 milliards de dollars et de 12 milliards de dollars en 2016, selon les calculs de l'agence Bloomberg.

En conséquence, le pays doit puiser dans ses réserves de change - dont 80% est sous forme d'or - pour pouvoir faire face à ses dépenses publiques. Selon Joe Kogan, analyste chez Scotiabank, cité par Bloomberg, le Venezuela le ferait à raison de 1,8 milliard de dollars en moyenne par mois. L'expert estime le montant des réserves à 16,4 milliards de dollars, et prévoit que si la situation ne change pas, la république bolivarienne serait en faillite en avril prochain.

 Pékin prête de nouveau 5 milliards de dollars

Au début de l'année, le Venezuela comptait sur la Chine pour lui prêter 20 milliards de dollars (Pékin a prêté 45 milliards de dollars au cours des 10 dernières années). Mais la république populaire ne lui a accordé que 5 milliards de dollars. La semaine dernière, le successeur de Hugo Chavez a toutefois annoncé depuis Pékin qu'il avait obtenu un prêt supplémentaire d'un montant similaire mais qui sera uniquement dédié à la relance de la production pétrolière.

Car le pays qui a les plus importantes réserves de pétrole du monde (si l'on inclut le pétrole non conventionnel) voit le niveau des extractions de sa compagnie publique pétrolière, PDVSA, baisser régulièrement par manque d'investissement. Selon les statistiques de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la production s'élevait à 2,46 millions de barils par jour (mbj) en 2014, en recul de 1,6% par rapport à 2013. Sur le deuxième trimestre de cette année, elle s'affichait en moyenne à 2,44 mbj.

Quant à la Chine, qui affronte ses propres problèmes dont un ralentissement de sa croissance économique, le soutien au Venezuela est devenu moins stratégique, sa demande en pétrole se stabilisant.

Importantes ristournes

Pour engranger des recettes, le Venezuela va jusqu'à offrir à ses clients proches mais en difficultés comme la Jamaïque ou la République dominicaine des prix très attractifs à condition qu'ils paient en cash.

Car Nicolas Maduro ne peut pas compter sur un fort rebond des cours à court terme, du moins au niveau qu'il lui conviendrait. A Moscou, la semaine dernière, il déclarait que « le mieux [ndlr : pour le Venezuela] pour assurer les investissements dans l'énergie dans les 50 prochaines années », serait un prix du baril qui se situe « au moins à 70 dollars. »

D'autant que la Russie, par la voix de son ministre de l'Energie Alexander Novak, s'oppose à toute réunion qui inscrirait à l'ordre du jour une réduction de la production pour soutenir les prix. Il en est de même d'ailleurs de l'Arabie Saoudite, leader de l'Opep, qui fait la sourde oreille aux demandes des pays exportateurs les plus fragilisés par la baisse des cours.

Mécontentement des Vénézuéliens

La marge de manœuvre pour Nicolas Maduro est d'autant plus étroite qu'il doit affronter le mécontentement croissant des Vénézuéliens. Celui-ci est alimenté par la récession économique, le PIB s'est contracté de 3%, officiellement, en 2014, et certains économistes prévoient une baisse de 7% cette année, et par une inflation galopante - 68,5 % officiellement en 2014 - qui devrait atteindre 150% cette année, et qui se manifeste par des pénuries de produits de base, notamment alimentaires.

En effet, les coûts des importations est renchéri par le plongeon du bolivar face au dollar. Si le gouvernement a mis en place un système complexe de différents taux (6,3%, 12,8% et 200%) de convertibilité, ceux-ci n'ont que peu à voir avec le cours du marché noir.

A titre d'exemple, le salaire minimum mensuel s'élève officiellement à 7.422 bolívars, soit, en le convertissant la semaine dernière, 37 dollars au taux officiel le plus faible et 10 dollars sur le marché parallèle.

Pour l'année prochaine, le gouvernement préparerait, selon le Wall Street, l'émission de billets de 500 et peut-être 1.000 bolivars pour faire face à cette importante dépréciation de la devise.

 Des problèmes plus structurels

A ces problèmes s'en ajoutent d'autres, plus structurels. La société vénézuélienne est minée par une corruption importante - le pays occupe la 161e place sur 175 du classement 2014 de Transparency International-, et par la violence ( en 2013, le pays affichait déjà un des taux les plus élevés du monde ave 45,1 homicides pour 1000, selon l'Unodc).

Par ailleurs, les relations avec son voisin la Colombie se sont détériorées après l'expulsion manu militari de 1.300 Colombiens, qui a poussé au départ de quelque 10.000 autres Colombiens préférant retourner dans leur pays pour éviter le risque de perdre leurs biens.

Face à cette situation qui pourrait se révéler explosive, Nicolas Maduro n'entend pas pour autant réduire les dépenses publiques en coupant dans les généreux programmes sociaux mis en place par son prédécesseur, qui avait permis de réduire le taux de pauvreté de 50% à 30% entre 1998 et 2013, et de faire passer l'indice Gini de 0,49 (1998) à 0,40 en 2012.

Car des élections législatives se tiennent le 6 décembre. Et appliquer un programme d'austérité dans les prochains mois serait le plus sûr moyen pour le président de perdre sa majorité au parlement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2015 à 12:12 :
vous pourrez bientot bosser pour arte et sa propagande
a écrit le 08/09/2015 à 20:32 :
ah les joies du socialisme ....
Réponse de le 08/09/2015 à 23:00 :
Il faudrait surtout parler des joies du néo libéralisme car la fixation des prix du pétrole ne suis pas les règles du jeu du socialisme. Ayant travaillé et vécu au Venezuela je n ai jamais constate que ce pays était socialiste , il a simplement refuse que son pétrole soit exploite au bénéfice de pays étrangers. Ça, évidemment, pour un tenant de l ideologie ultra libérale, c est un crime.
a écrit le 08/09/2015 à 18:53 :
en Algérie c'est la même chose , ils vont vite devoir traverser la méditerranée pour qu'on les prennent en charge ! 24 000 migrants sur 2 ans , ! Hollande a oublié un Zéro et des milliards
Réponse de le 08/09/2015 à 20:34 :
Remarquons d'ailleurs que nos amis allemands se donnent, eux, les moyens d'accueillir et d'intégrer les migrants qu'ils acceptent de recevoir, en mettant des dizaines de milliards sur la table.
a écrit le 08/09/2015 à 18:12 :
hahaha! excellent! tout ce qu'on leur a promis arrive!!! et les venezueliens sont ravis d'avoir 150% d'inflation par an! tiens, ca me rappelle ces politiciens francais qui sont pour l'inflation vu que c'est paye par personne et que ca permet donc de faire de la depense publique gratuite!!!
le plus drole pour le venezuela, c'est que comme ils ont mis toutes les boites dehors, pour les investissements futurs, ca va pas etre facile pour eux! .... reste la chine, mais s'ils ne remboursent pas leurs dettes, ca risque de moins bien se passer que quand c'est l'europe ou les etats unis!!! rotfl !!!!!!!! ;-)))))))))))))))
a écrit le 08/09/2015 à 18:08 :
Le Venezuela est le pays avec les plus grandes réserves de pétrole prouvées, devant l'Arabie Saoudite. Faire faillite dans ces conditions est un exploit.
Réponse de le 08/09/2015 à 20:40 :
Non, c'est la preuve par l'exemple que le néocommunisme chaviste (en fait le vieux communisme d'Europe de l'est à la sauce latino) est aussi inopérant que son modèle et qu'il va crever de la même façon. Seul un choc de libéralisation de l'économie vénézuelienne, comme celui qui a permis aux pays 'Europe de l'est de redémarrer, permettra de le sortir de l'impasse de l'économie de rente et de faire décoller le pays.
Réponse de le 08/09/2015 à 21:38 :
Exact : sans cette dictature, et sans cette corruption, avec les plus grandes réserves avérées et exploitables au monde, le Vénézuela pourrait-etre la deuxième puissance économique des Amériques, et la toute première de loin en richesse par habitant. l'intelligente Norvège a amassé des milliers de milliards de pétro-dollars, pour les générations futures, durant les temps de vache grasse en Pétrole. Heureusement que La France n'a pas de pétrole : elle est droguée à mort par la dépense publique la plus élevée du monde : elle dépenserait tout en consternante et désespérante cigale. Les dernières Fourmis en France : De Gaulle, Pompidou, Debré, Messmer, Giscard d'Estaing. Barre. Que des cigales depuis 1981 jusqu'en 2017 ou 2022 ou à perpétuité : Les Français sont de graves et profonds drogués à la dépense publique et à la haine de qui gagne plus, depuis 1981. En Mai 1981, la dette publique de la france était la plus faible d'europe. Giscard d'Estaing qui tenait TOUS SES ENGAGEMENTS, s'était engagé à faire de La France la première puissance économique d'Europe. Les Allemands étaient les seuls à y croire, et surtout à le craindre.
Réponse de le 09/09/2015 à 0:00 :
Venezuela ... dictature ? Vous n'y êtes pas du tout. Hugo Chavez à mis en place à son arrivée une nouvelle constitution. Constitution qui propose 4 référendum d'initiative populaire :
1/ Referendum révocatoire : virer un homme politique en fonction que le peuple ne veut plus (y compris le président)
2/ Referendum abrogatoire : Supprimer une loi que le peuple ne veut plus
3/ Referendum législatif : Imposer une loi que le peuple veut
4/ Referendum constitutif : Proposer une modification de la constitution

Pour comparaison, la France ne possède aucun référendum d'initiative populaire. On en a 1 d'initiative parlementaire... Au regard de la constitution, le Venezuela est bien plus démocratique que la France. C'est sans commune mesure comme le montre les 4 points ci-dessus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :