Qui était Martin Senn, l'ex-patron de Zurich Insurance qui a mis fin à ses jours ?

Par latribune.fr  |   |  459  mots
Selon le tabloïd suisse Blick, Martin Senn était dépressif depuis son départ du groupe. Il aurait mis fin à ses jours dans son appartement de vacances à Klosters, dans le canton des Grisons (dans l'Est de la Suisse) au moyen d'une arme feu. (Crédits : Reuters)
Suite à aux difficultés du troisième groupe d'assurance européen, Martin Senn, 59 ans, avait quitté ses fonctions en décembre 2015 après dix ans au sein de la société, dont six aux commandes.

Le groupe suisse Zurich Insurance avait été secoué il y a trois ans par le suicide de son directeur financier, le français Pierre Wauthier. Comme une malédiction, cette fois-ci c'est l'ex-directeur général du troisième groupe d'assurance européen, Martin Senn, qui a mis fin à ses jours. "Avec le décès de Martin, nous perdons non seulement un ancien directeur général et collègue hautement estimé, mais aussi un ami proche", a déclaré le groupe suisse lundi 30 mai.

Banque puis assurances

Né en 1957, Martin Senn étudie à l'Insead, une école de business internationale. Il rejoint en 1976 la société de Banque Suisse (SBS), dans laquelle il travaille 18 ans.

Après un passage par le Credit Suisse entre 1994 et 2003, il devient responsable des investissements et membre de la direction de l'assureur Swiss Life. Martin Senn continue à gravir les échelons et rentre à Zurich Insurance, directeur des investissements, en 2006 et y reste jusqu'à 2009. En 2010, il prend la direction du groupe, succédant au Britannique James Schiro.

Premières années mi-figue mi-raisin

En 2013, Zurich Insurance pâtit du poids des intempéries et des catastrophes naturelles mais enregistre des résultats conformes aux attentes. En 2014, le groupe n'atteint pas ses objectifs et enregistre un bénéfice en baisse.

Néanmoins, la performance de la société est jugée relativement bonne pour les premières années de  Martin Senn à la tête du groupe. Entre 2012 et 2015, le groupe d'assurances Zurich multiplie par deux quasiment la valeur de son action.  L'Agefi consacre même un portrait à l'homme d'affaire, intitulé "Ce que lui doit le groupe Zurich".

Echec et démission

En septembre, le groupe connait de lourdes pertes liées à l'explosion sur le site industriel de Tianjin en Chine et doit émettre un avertissement sur résultats (profit Warning).

Mais l'échec d'une tentative de rachat du britannique RSA Insurance Group pour 5,6 milliards de livres est la goutte d'eau qui fait déborder le vase .Cela déclenche l'insatisfaction des actionnaires. Au sommet le 27 mars 2015, à 285,34 euros, l'action du groupe plonge à 238 euros le 31 décembre.

Martin Senn démissionne le 1er décembre 2015. Il quitte la tête de son entreprise comme l'ont fait de nombreux patrons de sociétés suisse cette année-là (Adecco, Credit Suisse...).

L'acquisition de RSA  "aurait certes coûté des milliards de francs, mais elle aurait signalé une réelle volonté d'investissement", et aurait pu rassurer les marchés financiers, analyse Le Temps. Selon le tabloïd suisse Blick, Martin Senn était dépressif depuis son départ du groupe. Il aurait mis fin à ses jours dans son appartement de vacances à Klosters, dans le canton des Grisons (dans l'Est de la Suisse) au moyen d'une arme feu, rapporte l'AFP.