La Chine continue d'exporter trop d'acier

Par latribune.fr  |   |  343  mots
La production chinoise a ainsi encore grimpé de 1,7% sur un an en juin. (Crédits : © China Daily China Daily Infor)
Les exportations d'acier ont gonflé en juillet de 5,8% sur un an, en dépit des efforts de Pékin pour réduire les surcapacités de ses sidérurgistes et alors que l'Union européenne maintient ses accusations de dumping contre le pays.

La Chine, de loin le premier producteur mondial, a exporté le mois dernier 10,3 millions de tonnes d'acier contre 9,73 millions un an auparavant, selon des statistiques publiées lundi par l'Administration des douanes. Un chiffre surveillé de près par les sidérurgistes européens et américains, qui dénoncent le déferlement d'acier chinois à bas prix et l'effondrement des prix provoqué par cette concurrence jugée déloyale.

Certes, les exportations chinoises sont en recul sur un mois (elles s'étaient établies à 10,9 millions de tonnes en juin), mais elles se maintiennent bien au-delà de la barre des 10 millions de tonnes et en très forte hausse par rapport à l'an dernier.

Sur les sept premiers mois de l'année cumulés, les exportations d'acier de la Chine ont grimpé de 8,5% sur un an à 67,4 millions de tonnes, un volume record pour la période selon Bloomberg.

L'acier chinois pénalise la concurrence

La Chine produit environ la moitié de l'acier mondial, avec au total une production de près de 804 millions de tonnes l'an dernier. Mais ses aciéristes, minés par le ralentissement économique du pays, ploient sous des surcapacités de production colossales estimées à plusieurs centaines de millions de tonnes.

Ils écoulent donc sur les marchés étrangers une partie de leur offre excédentaire, faisant boire la tasse aux grands sidérurgistes occidentaux. Les exportations du pays avaient bondi de 20% en 2015, à un niveau record.

L'UE a lancé en mai une enquête anti-dumping sur l'acier chinois, tandis que les Etats-Unis ont adopté des taxes prohibitives contre certains aciers provenant de Chine. Sous pression, Pékin a promis en janvier d'éliminer jusqu'à 150 millions de tonnes en capacités annuelles chez ses aciéristes d'ici 2020 - mais ces coupes restent difficiles à concrétiser.

La production chinoise a ainsi encore grimpé de 1,7% sur un an en juin. Les sidérurgistes sont réticents à sabrer leurs effectifs, et, bénéficiant d'un récent sursaut du secteur immobilier, ils avaient même au printemps accéléré leur cadence de production.

(Avec AFP)