France-Maroc, le bonheur des retrouvailles (L'humeur de J.-L. Guigou)

Par Jean-Louis Guigou  |   |  477  mots
Jean-Louis Gugou, Délégué général fondateur de l'IPEMED (Institut de prospective économique du monde méditerranéen, Paris) (Crédits : DR)
Délégué général fondateur de l'IPEMED (Institut de prospective économique du monde méditerranéen, Paris), Jean-Louis Guigou se plaît à délaisser parfois les chemins de la seule raison pour le plaisir de partager un billet d'humeur et son affection pour le Sud méditerranéen, comme ici…

J'ai eu le privilège de faire partie de la Délégation présidentielle qui accompagnait le Président François Hollande à Tanger, à l'invitation de Sa Majesté le roi Mohammed VI.

Déjà, sans être un habitué de ces voyages officiels, je me suis rendu dans de nombreuses visites du chef de l'État dans les PSEM*, je puis donc comparer et affirmer, à mon modeste niveau, qu'il y avait cette fois-ci une vraie valeur ajoutée, un plus.

Habituellement, ces visites de chefs d'État sont austères, avec un sentiment d'obligation, beaucoup de contraintes, beaucoup d'apparat, de défilés, de réceptions protocolaires...

À Tanger, entre les deux chefs d'Etat, Sa Majesté le roi Mohammed VI et le Président François Hollande, et entre les deux délégations, rien de cela.

Il y avait :

  • De la simplicité : Tanger n'a rien à voir avec Casablanca et Rabat. C'est la province, loin des ministères, des rues encombrées, des foules mobilisées. Qui plus est, l'invitation quasi familiale et amicale par le roi dans « sa maison secondaire » à Tanger fut un moment sans égal. Par ailleurs, le roi, son épouse, son fils, sa sœur, son frère discutaient, sans protocole.
    Le président François Hollande savourant avec gourmandise la situation, en acteur déterminé de cette simplification protocolaire.

  • De la joie : des rires, des accolades, des yeux pleins de bonheur. Des tables bruyantes d'éclats de rue avec Jamel Debbouze et les chefs d'État lui donnant la réplique. Il y avait du bonheur qui se lisait dans les regards, s'écoutait dans les paroles, se voyait dans les gestes.

  • De la confiance : elle se manifestait dans ce que l'on montre, la modernité de Tanger Med et la ligne LGV et pour le folklore ; dans ce que l'on fait, escapade en voiture des deux chefs d'Etat et par des contrats extraordinaires ; dans ce que l'on dit, tel le discours de François Hollande devant la communauté des Français ou les apartés entre membres des deux délégations étroitement mêlées ; dans ce que l'on voit, à travers un désordre savamment organisé où les ministres marocains, le Premier ministre Benkirane en tête, et les grands patrons marocains se dispersaient, semblaient à la traîne, s'adressaient à tous et à chacun, avides de retrouver les bons mots et les vrais gestes que seule la confiance et l'amitié inspirent.

Merci à Sa Majesté le Roi Mohammed VI et au Président de la République François Hollande pour ces quarante huit heures à Tanger, moment savoureux de partage et d'amitié.

...

PSEM* : pays du Sud et de l'Est méditerranéen.

==

Retour au SOMMAIRE EUROMED- AFRIQUE

> Aller au sommaire du dossier « Le Maroc, porte d'entrée royale en Afrique »,

de notre supplément LA TRIBUNE AFRIQUE de LA TRIBUNE Hebdo n°142 du 18-24 septembre 2015.