Au Costa Rica, la préservation de l'environnement comme argument touristique

Par Geoffroy de Becdelièvre  |   |  605  mots
Le Costa Rica est la première destination touristique d'Amérique Centrale. (Crédits : Lightphoto)
Première destination touristique d’Amérique Centrale, le Costa Rica a su tirer profit de son incroyable biodiversité pour devenir en moins d’un demi-siècle la référence mondiale en matière de tourisme durable.

Une situation géographique idyllique

Niché entre l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, le Costa Rica est un pont naturel entre les différentes espèces vivantes de tout le continent Américain. Avec la mer des Caraïbes à l'Est, l'océan Pacifique à l'Ouest, sa mangrove, sa vingtaine de volcans et ses forêts pluviales, le pays se présente comme le paradis des naturalistes. Et tout est mis en œuvre pour que cela le reste.

Depuis les années 1950, le gouvernement mène une rigoureuse politique environnementale. Plus de 30% de la superficie de ce petit pays de 51.000 km2 est protégée, à travers une vingtaine de parcs nationaux façonnant l'image verte de la « côte riche » - nom donné au pays par Christophe Colomb lui-même - selon la légende.  Avec un tel écosystème, qui représente à lui seul 5% de la biodiversité de la planète, l'attractivité touristique est devenue l'une des principales forces économiques du Costa Rica.

Stabilité politique et responsabilité environnementale

Alors que ses voisins nicaraguayens et panaméens proposent une richesse de faune et de flore assez proches, le Costa Rica se différencie par sa stabilité politique. Pays sûr et pacifique, le gouvernement a supprimé ses armées en 1948 privilégiant l'investissement dans l'éducation, la santé et la protection de l'environnement.

Son décollage éco-touristique est directement lié à cette image politique très attractive. Et l'argument écologique est aujourd'hui le principal atout pour attirer des touristes plus nombreux chaque année. En mettant en œuvre en 1997 un label de certification pour la durabilité touristique, conçu pour pousser les entreprises touristiques à adopter une démarche éco-responsable, l'Institut costaricien du Tourisme (ICT) a été novateur en la matière.

Investissement massif dans les énergies renouvelables

Et ce début d'année 2015 ne fait que confirmer la tendance souhaitée par le gouvernement de Luis Guillermo Solis. Après avoir massivement investi dans les énergies alternatives (hydroélectrique, éolienne, géothermique, solaires), l'état vient de produire durant 75 jours 100% de son énergie de manière renouvelable. Un record qui doit faire du Costa Rica le premier pays neutre en CO2 d'ici à 2022, objectif communiqué par les autorités. Et la place de premier pays en matière de tourisme durable n'est que le fruit de cette politique écologique avant-gardiste.

Le tourisme croît de 5% par an et diversifie ses publics

2,34 millions de touristes se sont rendus au Costa Rica en 2013, ce qui place le pays très nettement devant le Guatemala et le Panama, en Amérique Centrale. Avec une croissance annuelle estimée à 5% dans le secteur touristique, l'état devrait alors accueillir 2,7 millions de visiteurs en 2016. Un chiffre important pour un pays de 4,8 millions d'habitants dont l'activité touristique représente 7% du PIB, soit presque la même part que pour la France (7,4%) !

Le tourisme est aujourd'hui la première source de devises au Costa Rica. Une rentabilité qui permet directement la préservation d'une nature exubérante dans un pays où plus d'un touriste sur deux visite les parcs nationaux et zones protégées, selon le très sérieux ICT.

Derrière son slogan promotionnel « Costa Rica : sans ingrédients artificiels », les autorités espèrent aujourd'hui développer le tourisme de santé et attirer les chefs d'entreprise. Un plan qui devrait pérenniser la position leader du Costa Rica en Amérique Centrale et faire du pays plus qu'une destination éco-touristique, une marque de fabrique à part entière.

- - -

>>> Pour plus de destinations, retrouvez notre espace voyage

>>> Créez votre voyage sur mesure