Quand le cinéma booste le tourisme

Par Geoffroy de Becdelièvre  |   |  577  mots
Le Mexique aurait alloué une enveloppe de 13 millions de dollars aux producteurs du prochain 007, pour faire la promotion de leur pays. (Crédits : Ferrantraite)
Alors que le 68e Festival de Cannes s’est achevé dimanche soir, le cinéma est un enjeu important pour les instituts mondiaux du tourisme. Si le ciné-tourisme, à l’instar du tourisme de littérature, n’est pas né d’hier, producteurs et gouvernements s’associent de plus en plus pour faire du 7e art une vitrine promotionnelle visant à dynamiser les visites.

James Bond : Bons Baisers du Mexique !

La plus grande publicité de l'année louant les mérites du Mexique sera en salles le 11 novembre 2015. Son titre ? "Spectre", le nouveau James Bond. Et l'information vient d'un scénario digne d'un film hollywoodien. En novembre dernier, des hackers ont révélé de nombreuses données secrètes de la société Sony Pictures Enternainment.

Dans le lot d'informations dévoilées, le site Tax Analysts a déniché des échanges entre les producteurs du prochain 007 et les autorités mexicaines. En échange d'une enveloppe de 13 millions de dollars, le film devra renvoyer une image positive du Mexique. Pour ce faire, les autorités ont demandé à ce que le traditionnel méchant de la saga ne soit pas mexicain, qu'une actrice du pays fasse partie des James Bond girls et qu'une scène soit tournée pendant la Fête des Morts.

La stratégie du Mexique est d'utiliser un blockbuster, le précédent Bond ayant battu tous les records d'entrées de la saga, pour se redorer un blason terni par la guerre des gangs.

Le procédé est d'ailleurs monnaie courante entre l'industrie du cinéma et les offices de tourisme. Ces derniers proposent régulièrement aux producteurs de nombreux avantages fiscaux et patrimoniaux. Mais jamais, dans l'histoire du cinéma, un pays avait alloué une telle somme dans le financement d'un long-métrage.

Les Ch'tis au service du Nord

En France, les régions subventionnent également le cinéma. Elles espèrent ainsi générer des retombées économiques liées au tournage (restauration, hôtellerie, commerces) et développer l'industrie cinématographique locale.

Dans certains cas, comme Bienvenue chez les Ch'tis, pour lequel la région Nord Pas de Calais a investi 900.000 euros, soit environ 8% du budget, l'idée est aussi de se servir des images et des stars pour vanter les mérites de la région dans des campagnes publicitaires et des avant-premières très médiatisées.

Quand les cinéphiles partent en pèlerinage...

Mais cette notion de ciné-tourisme ne dépend évidemment pas tout le temps du bon vouloir des offices de tourisme. Les fans de cinéma se déplacent très bien tous seuls, pour le plus grand bénéfice du patrimoine. Une étude menée par le site d'information touristique Skift montre que près de 10% des touristes choisissent leurs destinations aussi en fonction du cinéma.

Ainsi, des lieux comme Matmata en Tunisie où George Lucas a tourné des scènes de ses Star Wars, La Fontaine de Trévi à Rome pour les nostalgiques de la Dolce Vita de Fellini ou le site archéologique de Pétra dans lequel Indiana Jones trouvait le graal, sont devenus d'authentiques lieux de pèlerinages. Plus étonnant, le Kazakhstan a enregistré un boom de + 300% de réservations, toujours selon Skift, suite au succès de... Borat !

Enfin, aux Etats-Unis, les blockbusters pour ados que sont Twilight ou Hunger Games ont transformé leurs principaux lieux de tournage, la ville de Forks et le Dupont State Forest, en véritables points de rassemblements pour les fans du monde entier.

L'avenir nous dira si le Mexique a eu raison d'investir dans James Bond plutôt que dans ses services de sécurité nationale...

- - -

>>> Pour plus de destinations, retrouvez notre espace voyage

>>> Créez votre voyage sur mesure