La plus grande pyramide de Ponzi de tous les temps !

Par Jean-Charles Simon  |   |  1138  mots
(Crédits : DR)
Nous avons peut-être sous nos yeux la plus grande pyramide de Ponzi de tous les temps. Certains le pressentent, mais la majorité refuse pour l'instant d'y croire. Et voit dans la grande vague des startups et de la « tech » sous toutes ses formes l'une des phases les plus prometteuses et triomphantes de l'économie contemporaine...

Bien sûr, le doute s'installe à l'égard de certaines entreprises dont les pertes restent abyssales. Des notes commencent à circuler sur la valorisation excessive de la plupart des « licornes », dont beaucoup ne devraient finalement plus en être.

Mais globalement, l'ampleur du phénomène peine à être décrit.

L'effet pervers de la crise des subprimes

 Depuis la crise financière, le monde entier est sous sédatif monétaire à haute dose : des masses de cash à prix (taux d'intérêt) nul ou presque peuvent déferler sur les actifs, financiers ou autres.

Si l'immobilier, à l'origine de la crise, a bien remonté, mais suscite toujours une certaine prudence, si les actions cotées ont connu un engouement tel que les niveaux de valorisation rapportés aux profits atteignent des sommets difficiles à dépasser, il n'y a pas la même pudeur s'agissant du capital-risque et investissement.

Les capitaux inemployés sont abondants, y compris en provenance des plus grands groupes cotés de la technologie, qui ne semblent plus savoir qu'en faire... Les fonds d'investissement lèvent ainsi sans difficulté apparente des montants considérables qu'ils sont chargés d'investir dans ces nouvelles entreprises, parfois encore en création, et qui réclament des capitaux aussi considérables qu'elles promettent des rendements vertigineux pour plus tard.

Une rentabilité qui tard à venir

Si les bonnes idées doivent bien sûr trouver à se financer, beaucoup des modèles économiques ainsi encouragés n'ont à ce stade nullement démontré leur pertinence. Mais comme les chiffres d'affaires, le nombre d'abonnés ou de visiteurs s'accroissent, chacun est prié de ne pas s'en inquiéter : la rentabilité finira bien par arriver.

Et aux sceptiques, on oppose naturellement les exemples des GAFA pour leur prouver qu'ils ont bien tort de s'inquiéter. Sauf que les GAFA et quelques autres n'ont rien de facilement reproductible. Ils ont construit une position quasi monopolistique sur un ou plusieurs marchés, ce qui justifie leur valorisation énorme, mais rend a priori impossible à la fois son maintien et l'émergence d'acteurs qui réussiraient à briser leur avantage...

Dans beaucoup de domaines, atteindre le monopole pour en extraire la rente associée, comme le suppose par exemple la valorisation d'Uber, ne restera qu'un rêve inatteignable. Dans d'autres secteurs, les prévisions de croissance du marché sont tout simplement aberrantes, et ne correspondent en rien aux réalités économiques globales, dont les perspectives sont bien plus modestes.

C'est là où le schéma de Ponzi prend place...

Face à des pertes récurrentes ou même à un équilibre fragile qui devraient conduire à réviser à la baisse les valorisations initiales, les premiers investisseurs de ces entreprises trouvent à refiler le bébé à d'autres, plus crédules ou espérant eux aussi rééditer plus tard la même manipulation.

En façade, tout le monde gagne : les valorisations ne font qu'augmenter sur le papier, et les nouveaux capitaux apportés permettent de faire durer la fête quelques trimestres ou années supplémentaires. Il faudra alors répéter l'opération, toujours en faisant croire que les valorisations augmentent pour que tous les prédécesseurs aient l'impression d'avoir gagné... tandis que l'entreprise ne parvient toujours pas à dégager la moindre rentabilité en adéquation avec de telles valorisations. Et souvent pas la moindre rentabilité du tout.

Les victoires des primo-investisseurs sont parfois des triomphes à la Pyrrhus, car de plus en plus les nouveaux entrants aux tours de table exigent des clauses qui les prémunissent, en partie, contre une valorisation excessive : en cas de vente, ils seront ainsi les premiers indemnisés à la hauteur de leurs investissements (si toutefois cette valeur est atteinte...). Ce qui peut tout simplement réduire à néant la valeur future des parts des premiers investisseurs, qui ne pourraient se servir qu'après, s'il reste encore quelques miettes du gâteau...

La peur de l'uberisation pour les grands groupes

Le Graal consiste bien sûr à trouver un riche acteur de « l'économie réelle » qui, parce qu'il panique face à la menace des startups du numérique ou bien parce qu'il y voit une bonne opération de communication sur sa propre adaptation au monde nouveau, va acquérir à prix d'or l'une de ces pépites qui ne gagnent pas encore d'argent... Les investisseurs des tours de table précédents sont alors sauvés, mais la pyramide de Ponzi subsiste, car la valeur mirobolante de la jeune pousse est désormais dans le bilan du grand acteur qui vient de l'acquérir !

Pour que le grand mirage continue d'opérer, il faut bien sûr tout un discours et beaucoup de joueurs de pipeau qui entretiennent l'illusion. Celle de transformations colossales qui nous dépasseraient tous, à grands coups de robots, d'intelligence artificielle et d'homme augmenté... Peu importe le sérieux de ces prédictions, elles permettent de lever toujours plus de capitaux, d'attirer des talents, d'inquiéter ou de stimuler des grandes entreprises pour qu'elles achètent des startups sans compter, de séduire parfois les marchés financiers sur des multiples de valorisation invraisemblables.

Trop de liquidités

Tant que les banques centrales maintiendront des liquidités abondantes et des taux bas, et sans nouvelle récession, la bulle peut continuer de gonfler et la pyramide de grossir. Mais les réalités finiront forcément par s'imposer. L'économie mondiale croît peu, et elle fait face à des défis immenses, comme le vieillissement de la population dans beaucoup de pays, le changement climatique ou la rareté de ressources naturelles indispensables. En face, le progrès n'est pas très rapide ni diffus, ainsi qu'en atteste la faiblesse des gains de productivité. Une grande part de l'innovation mise en avant dans les médias n'est qu'incrémentale ou superficielle, quand elle n'est pas carrément négative pour la productivité, à l'instar de l'impact des réseaux sociaux. Les taux d'équipements dans bien des produits s'avèrent très décevants, comme on le voit avec les « wearables », et l'intérêt de pans entiers de l'investissement dans les startups reste largement à démontrer. Des wagons d'entreprises prétendent devenir le « Uber » de quelque chose, sans mesurer que le secteur concerné était plus une exception très spécifique qu'un modèle à décliner.

A priori, contrairement aux subprimes, il n'y a pas de diffusion massive de ces investissements dans l'économie et la population, et ils sont plutôt bien cernés. Le risque de faillites en chaîne et de crise de confiance globale paraît donc limité si cette pyramide de Ponzi s'effondre. Mais s'il advenait que le subterfuge se dégonfle en même temps que l'économie mondiale affronterait une nouvelle récession, le sentiment d'une perte de richesses et surtout de perspectives serait tout de même violent.