Ticatag commercialise la première balise sur réseau Sigfox

Par Pascale Paoli-Lebailly  |   |  797  mots
Le tracker couvre actuellement toute la France ainsi qu'une partie de l'Europe (Espagne, Portugal, Angleterre, Hollande, Luxembourg, Irlande), en attendant le déploiement du réseau SIGFOX dans d'autres pays (Crédits : Ticatag)
Votre véhicule a été volé, votre chien a l'habitude de prendre la poudre d'escampette, vous partez en balade en mer ? TiFiz, un petit boîtier muni d'une puce GPS localise à tout moment l'objet, l'animal ou la personne qui le porte. La start-up Ticatag en démarre la commercialisation.

En octobre, Ticatag, jeune entreprise de Lannion (22), a soutenu le lancement commercial de TiFiz et testé son marché via une campagne de financement menée sur le site participatif breton Gwenneg.

Le pré-commandes pour ce premier tracker GPS basse consommation fonctionnant via le réseau SIGFOX des objets connectés, ont permis de réaliser 109 % de l'objectif initial de 10 000 euros. Visant à la fois le marché grand public et le marché BtoB des professionnels du nautisme et de l'automobile (distributeurs, concessionnaires...), ce petit boîtier muni d'une puce GPS se veut une alternative aux balises traditionnelles. Alimenté par une simple pile et sans carte SIM, TiFiz permet de localiser à tout moment sur une carte Google Map, l'objet, l'animal ou la personne qui le porte, depuis un ordinateur et dès fin décembre via une application mobile (iOs et Android).

Suite à l'opération Gwneneg, Ticatag, fondée en juin 2013 par Yann Mac Garry et deux associés, a amplifié la commercialisation de sa balise. Celle-ci était disponible à 99 euros en pré-commande sur le site ticatag.com pour une livraison avant Noël. Le stock des 600 boîtiers disponibles a été vendu. En janvier, le public trouvera TiFiz dans les magasins Boulanger. La balise fonctionne selon deux formules: avec abonnement (3 euros par mois) mais sans carte SIM et connectée au réseau SIGFOX, ou  avec un forfait prépayé pour 3, 6 ou 12 mois  sans engagement.

Fonctionnement sur pile, autonomie d'un an

« Ticatag est un essaimage d'Alcatel où le projet  TiFiz a été initié,  précise son président Yann Mac Garry, ex-ingénieur d'Alcatel, à l'instar de ses deux associés. Cette balise innovante possède une autonomie d'un an, il suffit de changer la pile. Celle  d'un tracker GPS ordinaire est de quatre à cinq jours. Il faut aussi une alimentation électrique régulière et souscrire  un abonnement chez un opérateur télécoms. Actuellement, notre  boîtier est fabriqué en Chine, mais nous avons développé toute la partie logicielle et design. A court terme nous prévoyons de créer notre propre module électronique afin d'ajouter de nouvelles fonctionnalités. »

D'ici à un an, TiFiz sera notamment muni de capteurs de température ou encore d'humidité. Conçue pour l'extérieur et résistante aux intempéries, la balise permet de faire remonter la position d'un objet ou d'une personne plusieurs fois par jour, et même, dans certains cas, toutes les 10 minutes. Afin de se prémunir contre le vol, l'utilisateur peut par exemple décider d'être alerté si son scooter ou son vélo sort de la zone qu'il a préalablement définie.

Présentation au prochain CES de Las Vegas

Le tracker couvre actuellement toute la France ainsi qu'une partie de l'Europe (Espagne, Portugal, Angleterre, Hollande, Luxembourg, Irlande), en attendant le déploiement du réseau SIGFOX dans d'autres pays. Et pour le plan d'affaire de Ticatag, ce n'est pas anodin. L'entreprise compte vendre 15 à 16 000 unités d'ici à fin 2016, et entend doubler sur un an son chiffre d'affaires de 600 000 euros en 2015 grâce à la distribution de TiFiz en France mais aussi en Europe.  Voire aux Etats-Unis. Ticatag compte sur sa présentation en janvier au CES, la salon technologique de Las Vegas, pour susciter l'intérêt des professionnels américains.

« Les applications de TiFiz sont infinies  et permettent d'avoir une surveillance à distance, précise et régulière des personnes ou du matériel de valeur » fait valoir la jeune pousse spécialisée dans les objets connectés.

Porte-clé et lunettes connectés

Ticatag se développe sur trois segments et s'est déjà fait connaître en 2014 auprès du grand public avec porte-clé connecté Ti'Be, le seul à utiliser la balise iBeacon d'Apple. Commercialisé chez Boulanger, il a déjà été écoulé à 15 000 exemplaires. Ticatag, qui a aussi miniaturisé sa puce pour les lunettes TéOu d'Atol les Opticiens, développe par ailleurs sa technologie dans le registre de la muséographie. Elle teste à la Cité des télécoms de Lannion un parcours de visite qui permet au visiteur d'obtenir en temps réel via une tablette, les informations ou vidéos liées à l'objet devant lequel il s'arrête (20 cm de précision). Pas besoin de scanner un code barre, la balise derrière l'objet (et demain derrière un tableau) se connecte automatiquement à la tablette.

Hébergée sur le site Alcatel de Lannion, Ticatag fait partie du programme 222 Business Pool, initié l'été dernier par la technopole Anticipa, avec le soutien de Lannion Trégor Communauté, d'Alcatel-Lucent, du Crédit Mutuel et du Crédit Agricole. Ce dispositif permet aux startups de bénéficier d'un accompagnement commercial et marketing, ainsi que de bureaux à Paris, dans le 8ème arrondissement au cœur du Village by CA.