Les cadres se disent moins heureux dans leur travail

Par latribune.fr  |   |  298  mots
40% des cadres interrogés pensent ainsi à changer d'entreprise et 32% à changer de métier. (Crédits : reuters.com)
Selon le dernier baromètre Ifop Cadremploi, 76% des cadres se déclarent heureux dans leur job, alors qu'ils étaient 80% dans la précédente enquête. 40% des sondés penseraient même à changer d'entreprise.

Pourquoi les Français sont-il moins heureux au boulot, pour ceux qui en ont un ? La question semble légitime à en croire un récent baromètre Ifop-Cadremploi, selon lequel 76% des cadres se déclarent heureux dans leur travail, alors qu'ils étaient 80% dans la précédente enquête.

 

Interrogés sur les caractéristiques du "job idéal", les sondés citent en premier lieu (39%) une rémunération attractive. Mais ils accordent aussi une grande importance (36%) à l'ambiance de travail.

 

Un boss doit savoir déléguer et faire confiance

 

Ils attendent d'ailleurs de leurs supérieurs qu'ils sachent fédérer les membres de leurs équipes et qu'ils les écoutent. Mais leur principale qualité à leurs yeux (35%) doit être une capacité à déléguer et à faire confiance, devant la capacité de décision (31%).

 

Peu satisfaits, 40% des cadres interrogés pensent ainsi à changer d'entreprise et 32% à changer de métier, tout en étant conscient de la difficulté de la chose. Notons en effet que seulement 46% des cadres (contre 50% lors du précédent baromètre de mai 2013) se disent optimistes sur le marché de l'emploi dans leur secteur et 20% sur le contexte économique et social en général.

 

D'ailleurs, plus de la moitié des cadres (55%) interrogés ne demandera pas d'augmentation en 2014, notamment en raison des difficultés économiques persistantes, toujours selon ce baromètre.

 

17% des sondés pensent s'expatrier

 

Quoi qu'il en soit, le secteur qu'ils jugent le plus attractif est celui des nouvelles technologies, devant la finance, l'assurance et l'immobilier, en deuxième position. L'enseignement arrive en queue de liste.

 

En outre, l'Ile-de-France est, à leurs yeux, la région la plus attractive pour y travailler, devant Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

 

Enfin, 17% pensent à l'expatriation. Ceux-là songent d'abord à l'Europe (36%), notamment au Royaume-Uni, puis à l'Amérique du Nord (31%).