Commerce : des députés LREM veulent « aller plus loin » sur l’ouverture dominicale

Par latribune.fr  |   |  302  mots
« Les grandes capitales européennes ont bien compris la nécessité d'ouvrir leurs magasins le dimanche pour attirer les touristes internationaux et soutenir l'activité », estiment les signataires. (Crédits : © Mal Langsdon / Reuters)
Une vingtaine de députés LREM appelle à « aller plus loin » dans les possibilités d'ouverture dominicale des commerces, à l'occasion de la loi Pacte, dans une tribune parue aujourd’hui dans le Journal du Dimanche.

« N'attendons plus! La loi Pacte serait l'opportunité à saisir pour donner plus de libertés aux commerces d'ouvrir ou non le dimanche, et ainsi redynamiser nos coeurs de ville », écrivent Buon Tan (Paris), Benoit Potterie (Pas-de-Calais) et vingt autres députés LREM.

« La loi Macron a été un succès. Qu'attendons-nous pour aller plus loin ? », plaident-ils en louant les résultats de cette loi de 2015 qui a permis un « premier assouplissement » en créant les « zones touristiques internationales » où, sous réserve de la conclusion d'un accord, les magasins peuvent ouvrir le dimanche et en soirée jusqu'à minuit.

La concurrence du e-commerce

« L'ouverture dominicale est avant tout un enjeu sociétal qui correspond à l'aspiration des Français : être libre d'acheter, de se divertir, de travailler ou non le dimanche », affirment les parlementaires de la République en marche.

« L'attrait des Français pour l'e-commerce est également révélateur de notre aspiration à être libre de consommer », ajoutent-ils. « De nombreux commerces de proximité subissent de plein fouet cette concurrence 24 h/24 et 7 j/7. Certains, même situés dans les artères les plus commerçantes, ferment et ne contribuent plus au lien social ».

Rattraper le retard européen

« Londres, Madrid, Rome... Les grandes capitales européennes ont bien compris la nécessité d'ouvrir leurs magasins le dimanche pour attirer les touristes internationaux et soutenir l'activité », estiment encore les signataires. « Dans le contexte du Brexit, le temps est venu de rattraper notre retard en offrant des services au moins comparables. »

Le projet de loi sur la croissance des entreprises, dit loi Pacte, a été présenté à la mi-juin en conseil des ministres. Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a évoqué fin juillet un possible report de son examen à l'Assemblée nationale, qui était prévu à la rentrée.