Recrutement des cadres : la prudence est de mise pour les entreprises

Par latribune.fr  |   |  309  mots
S'agissant des intentions de recrutement, le secteur des activités informatiques arrive toujours en tête (93%, +2 points). (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Les entreprises déclarant avoir plus recruté sont plus nombreuses que celles assurant avoir moins embauché. Mais seules 51% des sociétés prévoient d'employer au moins un cadre au quatrième trimestre ; un chiffre qui reste stable.

Peu d'améliorations en vue pour l'embauche des cadres. Cinquante et un pour cent des entreprises françaises envisagent de recruter au moins un cadre au quatrième trimestre, soit autant qu'un an plus tôt, selon le baromètre trimestriel de l'Apec (Association pour l'emploi des cadres) publié jeudi 22 octobre.

Les entreprises interrogées en septembre sont pourtant un peu plus nombreuses (23% contre 19% à la même époque de 2014) à juger que leur situation économique s'est améliorée depuis un an, alors que la proportion de celles qu jugent qu'elle s'est dégradée est quasi stable (18%, soit -1 point).

Néanmoins, tout n'est pas morose. Pour la première fois depuis le printemps 2012, la proportion d'entreprises qui déclarent recruter plus qu'un an plus tôt (39%) est supérieure à celles qui recrutent moins (24%) et à celles qui embauchent dans des proportions identiques (37%).

Le secteur d'informatique en tête des intentions de recrutement

S'agissant des intentions de recrutement, le secteur des activités informatiques arrive toujours en tête (93%, +2 points). Mais la plus forte progression en un an est à mettre au crédit de la banque-assurance (+12 points à 81%).

Des baisses sont toutefois enregistrées dans le médico-social (-2 points à 36%), les conseils aux entreprises (-2 points à 46%), la construction (-5 points à 33%) et l'ingénierie-R&D (-6 points à 74%).

Près de 60% des sociétés ont recruté au troisième trimestre

Au troisième trimestre, 58% des entreprises de plus de 100 salariés interrogées par l'Apec ont recruté au moins un cadre, une proportion stable (+1 point) par rapport à un an plus tôt mais qui se situe dix points au-dessus des intentions exprimées dans le baromètre de juin.

Le premier motif avancé pour les recrutements reste celui du remplacement des départs (49%) alors que les embauches liées au développement de l'activité sont en diminution (25%, -3 points).

(Avec Reuters)