La CFDT met en garde Macron : "Donnez de l'air à notre société"

Par latribune.fr  |   |  286  mots
Le numéro de la CFDT a mis en garde Emmanuel Macron, dans une lettre publiée par Le Monde. (Crédits : Reuters/Philippe Wojazer)
Laurent Berger, le numéro de la CFDT, a publié une lettre adressée à Emmanuel Macron dans le quotidien Le Monde, ce mardi 9 mai. Au lendemain de l'élection, le responsable syndicat met en garde le nouveau président.

"Partagez le pouvoir ! Donnez de l'air à notre société !" Dans une lettre publiée ce jeudi dans Le Monde, le directeur général de la CFDT, premier syndicat chez les salariés du privé, met en garde le président élu, Emmanuel Macron.

"Monsieur le président, dans le contexte qui est le nôtre, vous devez le pressentir, vous ne bénéficierez d'aucun état de grâce [...] En France, l'urgence, c'est d'abord de créer des emplois de qualité car le chômage est insupportable."

En plus de faire état de la situation du pays, Laurent Berger appelle le nouveau président à faire confiance aux organisation syndicales et à "partager le pouvoir". Le syndicat explique ainsi que, seul, Emmanuel Macron ne pourra pas affronter "les immenses défis" à venir. Il cite la nécessaire création "d'emplois de qualité" et de cohésion. Mais aussi le numérique, la transition énergétique et l'importance d'aide les plus fragiles.

"Ni allié, ni opposant"

Pour mener à bien les projets futurs, Laurent Berger invite le président à déléguer aux organisation. Il prévient aussi de l'importance des partenaires sociaux et sur la CFDT, il précise:

 "La CFDT ne sera ni un allié docile, ni un opposant de principe, mais une organisation syndicale qui assume en toute indépendance à la fois son rôle de contre-pouvoir et de contributeur à l'intérêt général."

Le syndicat, qui avait soutenu la loi travail durant le quinquennat de François Hollande, assure qu'il "saura s'opposer aux mesures [qu'il] jugera injustes".

Pour rappel, Emmanuel Macron prévoit notamment de réformer le Code du travail par ordonnance.

     Lire aussi: Présidentielle : Macron veut une loi Travail XXL