Les grands patrons proposent à Macron un "pacte européen"

 |   |  338  mots
Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s'est présenté comme le candidat défenseur de l'Union européenne.
Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s'est présenté comme le candidat défenseur de l'Union européenne. (Crédits : Reuters)
En l'occasion de la Journée de l'Europe, ce mardi 9 mai, quatre organisations et associations patronales ont envoyé un courrier à Emmanuel Macron, lui proposant un "pacte européen".

L'Union européenne était déjà au cœur de la campagne présidentielle. Maintenant que le candidat défenseur de l'UE est élu, les grands patrons se saisissent du sujet. Les dirigeants du Medef, de l'Afep (Association française des entreprises privées), du Groupes des fédérations industrielles (GFI) et du Cercle de l'industrie - association réunissant des dirigeants de grands groupes français, ont demandé à Emmanuel Macron une "grande initiative française" dans le domaine de la construction européenne.

Lors de la campagne électorale, Emmanuel Macron s'est affiché comme le candidat défenseur de l'Union européenne notamment face à Marine Le Pen, qui prônait une sortie de la zone euro.

Dans une lettre, transmise à l'AFP, les dirigeants écrivent au président élu:

"Nous savons votre engagement pour l'Europe et votre capacité à redonner vie au projet européen dans un monde en perpétuel changement, plein de menaces mais aussi d'opportunités".

"La France a besoin d'une Europe compétitive et solidaire"

Dans le document, les signataires appellent au "renforcement de la visibilité" et à la "gouvernance du projet européen". Ce qui serait réalisable par la réconciliation du Parlement européen, des parlements nationaux et des régions.

"L'Europe ne sera forte que si la France assume la place qui est la sienne dans l'Union. La France a besoin, pour rayonner, d'une Europe compétitive et solidaire."

Dans un second temps, les grands patrons demandent de mettre fin aux limites de l'UE, à l'origine, selon eux, du "caractère anxiogène de l'élargissement permanent". Ils recommandent également la mise en place d'un "arsenal de défense commerciale, réellement dissuasif". Un moyen pour que l'Union s'affirme en tant que "grande puissance économique".

Enfin, ces organisations plaident pour la création d'un Parlement de la zone euro et appellent à la "convergence budgétaire, fiscale et sociale". Elles proposent de "renforcer le Mécanisme Européen de Stabilité" afin "d'être prêt à assumer les conséquences d'une éventuelle crise".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2017 à 18:56 :
Une harmonisation sociale et fiscale de l'Europe ? On croit rêver ! Quel pays renoncerait au dumping social pour s'aligner sur la France ? La Pologne ? L .Espagne ?
Et les avantages consentis à nos entreprises grâce aux travailleurs détachés ? Mirage.
a écrit le 09/05/2017 à 15:20 :
"La France a besoin d'une Europe compétitive et solidaire"

Traduction : La France doit s'aligner aux salaires des pays de l'est. Pour info le SMIC roumain c'est 190.57€.

C'est soit une baisse du SMIC ou plus du tout de SMIC.
Réponse de le 09/05/2017 à 15:59 :
Merci, c'est exactement ma réaction à la lecture de cet article.
a écrit le 09/05/2017 à 14:13 :
"La France a besoin d'une Europe compétitive et solidaire"

Dixit des représentants d'actionnaires milliardaires et de multinationales qui s'évadent fiscalement, c'est vachement crédible mais bon après avoir lu merkel dire que ce second tour était un plébiscite en faveur de l'europe attendons nous à lire les p res âneries, encore plus que d'habitude.

La fabrique à opinion.
a écrit le 09/05/2017 à 13:22 :
"Convergence budgétaire, fiscale et sociale". Cela consiste à réduire les prélèvements sociaux à la charge des entreprises et de les répartir sur la production et sur la consommation, en particulier la consommation d'énergie. Cela revient à appliquer la note n°6 du CAE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :