Société Générale va utiliser, elle aussi, la rupture conventionnelle collective

Par latribune.fr  |   |  228  mots
L'accord d'accompagnement social présenté par la banque de La Défense "va permettre la montée en expertise des collaborateurs par une refonte des métiers, une redéfinition des compétences et des parcours d'évolution professionnelle". (Crédits : Reuters)
La banque a mis en place un accord "d'accompagnement social" sur la restructuration de son réseau d'agences en France, un dispositif qui exclut tout licenciement économique et introduit la rupture conventionnelle collective. La Société générale avait déjà annoncé la suppression de 2.135 postes dans son réseau français d'agences bancaires d'ici à 2020.

La Société générale a annoncé jeudi la signature avec trois syndicats, majoritaires au sein du groupe bancaire, d'un accord sur la restructuration de son réseau d'agences en France, un dispositif qui exclut tout licenciement économique et introduit la rupture conventionnelle collective.

Lire aussi : La rupture conventionnelle, jackpot pour les cadres

La Société générale avait déjà annoncé la suppression de 2.135 postes dans son réseau français d'agences bancaires d'ici à 2020.

Lire aussi : Société Générale va supprimer 900 emplois et 300 agences en France

"Refonte des métiers" et "montée en expertise"

Cet accord d'accompagnement social "va permettre la montée en expertise des collaborateurs par une refonte des métiers, une redéfinition des compétences et des parcours d'évolution professionnelle", souligne la banque dans un communiqué.

"L'accord, qui exclut tout licenciement pour motif économique, donne la priorité au reclassement interne (formation, aides à la mobilité géographique...). Il permet par ailleurs aux salariés d'opter pour une rupture conventionnelle collective pour réaliser un projet, ou de bénéficier d'un aménagement de fin de carrière."

La Société générale ajoute qu'elle poursuit parallèlement son plan de développement "avec plus de 2.000 embauches par an en France, dont 400 jeunes".

Lire aussi : Banques : plus de 9.000 agences fermées en Europe l'an dernier

 (Avec Reuters)