EPR à Hinkley Point : le conseil d'administration d'EDF vote en faveur du projet

Par latribune.fr  |   |  235  mots
Malgré ce vote, la décision du conseil pourrait être bloqué par une procédure judiciaire. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Le conseil d'administration d'EDF a validé jeudi le lancement du projet de deux réacteurs EPR à Hinkley Point. Mais la décision pourrait être bloquée par la justice.

Malgré la démission surprise d'un administrateur juste avant la réunion, le conseil d'administration d'EDF s'est prononcé en faveur du lancement effectif du projet d'EPR à Hinkley Point, par dix voix contre sept. Jean-Bernard Lévy, Pdg de l'entreprise, aura donc mandat pour signer la décision finale d'investissement de ce projet évalué à au moins 21 milliards d'euros.

Cette étape marque normalement le coup d'envoi de la construction des deux réacteurs nouvelle génération, pour une entrée en service prévue en 2025. Pour EDF, le projet est indispensable pour maintenir la crédibilité de la filière nucléaire française.

Décision en suspens

Mais même après ce vote, la décision du conseil pourrait être bloquée par une procédure judiciaire. Le comité central d'entreprise d'EDF a en effet attaqué en référé - examiné le 2 août - pour demander à la justice de suspendre "tous les effets des délibérations qui seraient prises par le conseil". Un autre référé a été déposé pour obtenir plus d'informations sur le projet.

Les syndicats craignent que ce projet soit trop lourd pour les finances du groupe. Des inquiétudes partagées par l'ex directeur financier d'EDF, Thomas Piquemal, qui avait démissionné au début de l'année, et par Gérard Magnin, administrateur de l'Etat qui a claqué la porte ce jeudi.

(Avec AFP)