Radars "nouvelle génération" : la chasse aux excès de vitesse

Par Stéphanie Robert - Assurland.com  |   |  502  mots
Les nouveaux radars flashent dans les deux sens, et sans même vous prévenir. Attention, cela peut poser des problèmes à votre assureur... (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les nouveaux radars ne laissent plus rien passer. Et les assureurs n'aiment pas les conducteurs trop gourmands sur la vitesse...

Il y avait les fameuses jumelles, les radars fixes, les radars pédagogiques. A cette collection viennent s'ajouter les radars mobiles "nouvelle génération". Plus performante que ses homologues mobiles, cette dernière génération a la capacité de flasher discrètement les excès de vitesse de tous les véhicules, même ceux qui arrivent en sens inverse. Quelles conséquences ces flashes peuvent-ils avoir en termes d'assurance auto ?

 

Excès de vitesse : peu de chances d'échapper au flash

 

Les nouveaux radars mobiles, embarqués au sein des voitures banalisées, ont désormais la capacité de flasher les voitures qui arrivent en sens inverse grâce au contrôle « en approche ». Une fonctionnalité qui vient compléter la capacité à flasher en stationnement ou en dépassement.

 

Indétectables par les avertisseurs, ces nouveaux radars font le bonheur de la Sécurité Routière qui voit déjà le taux de mortalité diminuer. De leur côté, les associations d'automobilistes estiment pour la plupart que le système de répression contre la vitesse sur les routes est déjà bien développé en France et qu'il est inutile de l'alourdir par de tels moyens.

 

Ce dispositif en vigueur depuis le 21 octobre dernier sera surtout utilisé sur les routes départementales de  19 départements dans un premier temps, particulièrement liées aux accidents mortels. Une quarantaine de radars mobiles seront actifs d'ici la fin de l'année.

 

Assurance auto : gare aux excès de vitesse !

 

Si bien sûr un excès de vitesse peut valoir une amende plus ou moins conséquente (selon la nature de l'excès) voire une suspension de permis pour les excès les plus importants, l'assureur peut également avoir son mot à dire.

 

En cas de suspension de permis pour excès de vitesse, le responsable de ce délit est dans l'obligation d'informer son assureur. Dans le cas contraire, son silence peut être considéré comme une fausse déclaration et les conséquences peuvent aller de l'augmentation de la prime à la résiliation. En changeant d'assureur, le conducteur responsable d'un excès de vitesse doit également prévenir le nouvel assureur.

 

A savoir : les assureurs rechignent souvent à couvrir les conducteurs rendus coupables de gros excès de vitesse ayant entrainé la suspension du permis, ces profils étant considérés à risque.

 

Accident lié à un excès de vitesse : quelle indemnisation ?

 

Dans le cadre d'un accident causé par un excès de vitesse, l'assureur aura tendance à prendre en charge le sinistre. Les dommages causés aux tiers seront pris en charge par la responsabilité civile du responsable, aussi bien pour les dommages matériels que corporels. Ceux causés à ses propres biens seront couverts si une garantie (tous accidents et dommages corporels) est prévue au contrat.

 

Cependant, attention à ne pas multiplier les sollicitations de l'assureur pour  excès de vitesse, ce dernier risquerait de considérer un tel comportement comme à risque et par conséquent d'augmenter la prime d'assurance.