Vers une légère baisse des tarifs bancaires en 2012 ?

Par latribune.fr avec AFP  |   |  439  mots
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les tarifs bancaires vont légèrement baisser en moyenne en 2012, selon le magazine Mieux vivre votre argent et l'association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV).

Une légère diminution des tarifs bancaires en 2012 est prévisible, selon l'enquête annuelle du magazine Mieux vivre votre argent et de l'association CLCV (Consommation Logement Cadre de vie), qui tous deux incitent les consommateurs à vérifier que l'offre proposée par leur banque est adaptée à leurs usages.

II ressort de l'étude,  réalisée auprès de 133 établissements en France et outre-mer et publiée ce vendredi, un allégement pour les services payés au prix unitaire. Il sera de 0,46% par rapport à 2011 pour les "petits consommateurs". Le recul sera plus important pour les "consommateurs moyens" (1,46%) et davantage encore pour les gros boursicoteurs (2,35%).

Quoi qu'il en soit, il existe des disparités selon les banques, la situation géographique et le type d'offre tarifaire. Les tarifs sont tirés vers le bas par la diminution moyenne des prix ultramarins, souvent très élevés en comparaison à ceux pratiqués en métropole. Si les prix de la Banque postale Martinique Guadeloupe Réunion et de la Bred (Banque Populaire) sont conformes aux tarifs métropolitains, "en revanche, d'autres (banques) matraquent le client", remarque l'enquête, instaurant des barèmes parfois presque quatre tois plus élevés pour le "petit consommateur". 

De plus, la baisse des prix des services financiers n'est pas constatée dans toutes les enseignes. Aussi les consommateurs doivent-ils faire preuve de vigilance. Et le rédacteur en chef adjoint de "Mieux vivre votre argent", GIlles Mandroux, fait remarquer : "Il ne faut pas se fier à l'image d'une banque". Car les écarts de prix peuvent être importants d'un établissement à l'autre. 

Les banques en ligne peuvent présenter des avantages, certaines pratiquant la gratuité. Mais tout le monde ne peut pas accéder à leurs offres, des conditions de revenus et de montant d'épargne étant généralement requises. 

Enfin, le consommateur doit choisir l'offre tarifaire qui lui correspond. Pour Gilles Mandroux, "une banque n'est pas forcément chère de manière globale, mais selon l'usage qu'on a des services qu'elle propose". Ainsi, il doit faire attention au "package", paiement forfaitaire d'un panier de services : "on nous facture des services dont nous n'avons pas besoin", accuse Jean-François Filliatre, rédacteur en chef de "Mieux vivre votre argent", qui demande une plus grande personnalisation de ces forfaits, ce que font déjà certains établissements bancaires.

Pour sa part, la présidente de CLCV, Reine-Claude Mader, qui déplore les limites de la concurrence, considère que, "s'il y avait dans le secteur bancaire une offre 'low-cost' comme celle qu'a présentée Free dans la téléphonie, cela ferait bouger les choses".