En 2011, les tarifs bancaires vont toujours du simple au quintuple

 |   |  413  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Malgré la promesse de transparence faite par les banques en septembre, l'enquête réalisée par la CLCV dénonce toujours un grand écart dans les tarifs.

Quand il s'agit de parler tarifs, une fois de plus, les banques en ligne écrasent la concurrence : en moyenne, elles facturent à l'usager jusqu'à 56% moins cher que les banques traditionnelles d'après l'édition 2011 de l'enquête menée par l'association de consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), en partenariat avec "Mieux Vivre votre argent".

Elle a établi le palmarès parmi 134 établissements français des tarifs bancaires annuels pratiqués pour trois profils de clients, plus ou moins consommateurs de services bancaires et boursiers. Bilan de ce millésime : une petite baisse globale du coût annuel pour le client consommant peu (- 0,29%), et une hausse de 1,79% pour le gros client.

Cette faible évolution masque toutefois de nombreuses disparités. Pour l'usager faisant peu appel à sa banque, et ne passant pas d'ordre de Bourse (ou qui passe par un courtier autre que sa banque), par exemple, l'enquête pointe un écart allant du simple au quintuple (de 35 à 184 euros, voir illustration). Les mauvais élèves du palmarès se situent tous dans les Dom-Tom. En haut de tableau, les caisses du Crédit Agricole trustent les premières places. Ces disparités prouvent bien que les tarifs ne reflètent pas le coût des services, selon la CLCV.

Des forfaits très coûteux

Ajoutons à cela les différences, à l'intérieur d'un même établissement, entre les services souscrits "à la carte" et les mêmes, intégrés dans un forfait, et le gouffre s'élargit encore. D'après l'étude, un package peut coûter jusqu'à trois fois plus cher. En Ile-de-France, par exemple, pour le client type étudié, la Caisse d'épargne IDF coûte 43,9 euros par an à la carte, et 93,6 euros au forfait. Soit plus du double. Idem chez HSBC : 59,4 euros à la carte, 140,4 euros dans un forfait. "Or, les établissements forcent la main des clients pour souscrire ces forfaits", tempête Reine-Claude Mader, président de la CLCV, qualifiant ces pratiques de "vente liée", ce qui est interdit par le Code de la consommation.

Faut-il pour autant refuser tout package ? Pas nécessairement. Pour un couple de boursicoteurs, le forfait s'impose presque toujours : 7% moins cher à la Banque Postale et jusqu'à 20% au CIC Paris IDF. Au niveau national, pour le profil le plus consommateur de services boursiers, le Crédit Agricole Nord-Est arrive en tête, suivi de la Banque postale, du Crédit Mutuel Anjou, et de la Caisse d'Epargne Ile-de-France. Du moins... hors banques en ligne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2011 à 22:11 :
faudrait savoir ,si les tarifs sont semblables on les taxent d'entente ...en fait c'est le bouc emissaire d'ou le mal vient .".point barre" et pendant le temps ou la vox populi instrumentée par les politiques descendent les banques françaises qui ne sont pour rien dans une crise exportée par les USA ,de l'autre coté de l'atlantique ,ils s'en frottent les mains !
a écrit le 31/01/2011 à 10:59 :
A La Tribune > A quand une compatibilité avec Opera pour vos images... elles ne s'ouvrent pas... et essayer de mettre des images plus grandes ça m'éviterait d'avoir à sortir ma loupe.
Réponse de le 31/01/2011 à 11:01 :
Il y a une fonction loupe sur chaque image ou graphique.
Réponse de le 31/01/2011 à 12:23 :
L'image que l'on obtient avec la loupe est encore plus pétite que l'originale. Quelle loupe!!
Réponse de le 03/02/2011 à 7:11 :
Idem pour moi avec Firefox 3.6, image plus petite que l'originale en cliquant sur la loupe !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :