Ukraine, "la position de la Russie est juste, les Européens le voient" (Poutine)

Par latribune.fr  |   |  515  mots
(Crédits : reuters.com)
Le président russe Vladimir Poutine a souligné samedi qu'il était "impossible" d'isoler durablement la Russie dont la position est "juste" dans la crise ukrainienne, et a estimé que les Occidentaux le comprenaient.

Le président russe Vladimir Poutine a souligné samedi qu'il était "impossible" d'isoler durablement la Russie dont la position est "juste" dans la crise ukrainienne, et a estimé que les Occidentaux le comprenaient. "Je pense qu'isoler un tel pays est une question qui porte un caractère éphémère. C'est impossible", a déclaré-t-il lors d'une rencontre avec les agences de presse internationales en marge du Forum économique de Saint-Pétersbourg.

Pas l'intention de ressuciter l'URSS

Des sanctions économiques sérieuses "seraient négatives pour tous, elles peuvent amener les économies européenne, russe et mondiale à de telles turbulences qu'il est clair que personne n'y a intérêt", a-t-il ajouté. "Dans les conditions d'une situation relativement difficile dans l'économie mondiale, qui a besoin de cela?", a-t-il poursuivi.

"Notre position est juste, et les gens en Europe le voient", a-t-il affirmé. "Faites-donc un sondage d'opinion en Europe. J'ai des raisons de penser que notre position aura beaucoup de partisans", a-t-il poursuivi.

Il a rejeté l'idée selon laquelle la Russie a l'intention de ressusciter l'URSS, dénonçant une formule visant à discréditer sa politique.

Une Guerre froide, personne n'y a intérêt

"On essaie de nous accrocher cette étiquette selon laquelle nous avons l'intention de restaurer l'empire, l'Union soviétique, de tout soumettre à notre influence. C'est absolument faux", a déclaré Vladimir Poutine.

Le président russe a également déclaré ne pas croire à une nouvelle Guerre froide avec les Occidentaux.

"Je ne voudrais pas penser que c'est le début d'une nouvelle Guerre froide, personne n'y a intérêt, et je pense que cela ne se produira pas" a-t-il déclaré.

Rencontre avec Hollande ?

Il s'est dit prêt à avoir des entretiens bilatéraux avec ses homologues occidentaux en marge des cérémonies de commémoration du Débarquement auxquelles il participera le 6 juin en Normandie (France).

"Y aura-t-il des entretiens? D'après ce que j'ai compris, le président français souhaiterait avoir une telle rencontre séparément et discuter des questions liées aux relations bilatérales, à l'ordre du jour international", a-t-il déclaré, répondant à une question de l'AFP.

"Je suis bien entendu ouvert à toutes les discussions. Si l'agenda du président français le permet, je le rencontrerai avec plaisir, pour parler des questions qui présentent un intérêt mutuel", a-t-il ajouté.

La présence de Vladimir Poutine aux cérémonies de commémoration du Débarquement allié le 6 juin en Normandie (ouest de la France) a été confirmée au début du mois, Paris indiquant maintenir son invitation malgré l'accès de tension inédit depuis la Guerre froide entre Russes et Occidentaux.

La Maison-Blanche a de son côté indiqué qu'elle ne prévoyait pas de rencontre en tête-à-tête entre le président américain Barack Obama et Vladimir Poutine.

"Je n'ai pas entendu cette expression. Si c'est le cas, c'est évidemment inacceptable. Je pense qu'il le comprend lui-même", a déclaré Vladimir Poutine. "Ce n'est pas un comportement royal", a-t-il ajouté.