Ukraine : la Russie menace de remettre en cause la coopération spatiale avec les États-Unis

 |   |  404  mots
Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, en charge du secteur de l'espace et des armements, veut arrêter l'exploitation de la Station spatiale internationale en 2020.
Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, en charge du secteur de l'espace et des armements, veut arrêter l'exploitation de la Station spatiale internationale en 2020. (Crédits : reuters.com)
Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, en charge du secteur de l'espace et des armements, a annoncé notamment que la Russie n'avait pas l'intention de poursuivre l'exploitation de la Station spatiale internationale (ISS) au-delà de 2020.

La crise entre les États-Unis et la Russie s'envenime. Piquée au vif par les sanctions à son encontre dans la crise ukrainienne, la Russie menace de remettre en cause la coopération spatiale avec les États-Unis. Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, en charge du secteur de l'espace et des armements, a annoncé mardi que la Russie n'avait pas l'intention de poursuivre l'exploitation de la Station spatiale internationale (ISS) au-delà de 2020. La décision de la Nasa de suspendre ses contacts avec la Russie, à l'exception de la collaboration portant sur l'ISS, avait soulevé des interrogations dans la presse américaine, qui avait accusé l'administration Obama d'utiliser la crise ukrainienne pour justifier de coupes budgétaires pour l'agence spatiale.

En avril, Dmitri Rogozine avait déjà frappé les esprits en écrivant sur Twitter que les spationautes américains pourraient désormais avoir besoin d'un "trampoline" pour rejoindre l'ISS. Les vaisseaux russes Soyuz sont en effet, depuis l'arrêt des navettes spatiales américaines, le seul moyen d'acheminer et de rapatrier les équipages de l'ISS. Sans la Russie, les États-Unis ne peuvent accéder à l'ISS. Pour autant, Soyouz a encore ramené à terre mercredi un Américain, Rick Mastracchio, avec un Japonais et un Russe.

Rogozine dans le collimateur des États-Unis

Connu pour sa rhétorique anti-occidentale, Dmitri Rogozine est lui-même visé par des sanctions occidentales. Il avait estimé que les États-Unis n'hésitaient pas à "exposer" leurs astronautes de l'ISS. Un terme suffisamment ambigu, dans un contexte d'escalade verbale entre les deux anciens ennemis de la Guerre froide, pour susciter l'inquiétude.

Dmitri Rogozine "oublie que s'il met fin au lancement de satellites par des lanceurs russes pour le compte des États-Unis, le programme de lancements sera réduit de moitié, et cela occasionnera un énorme préjudice" financier et industriel à la Russie, observe l'expert russe indépendant Vadim Loukachevitch. Moscou perdrait également beaucoup à ne plus fournir aux États-Unis les moteurs de fusées NK-33 et RD-180, fabriqués en Russie et qui permettent principalement de lancer des satellites destinés aux programmes de défense américains, comme l'a annoncé le directeur de Roskosmos, Oleg Ostapenko. "Nous sommes prêts à fournir ces moteurs aux Etats-Unis, mais à condition qu'ils ne soient pas utilisés pour lancer des engins spatiaux militaires", a-t-il déclaré mardi.

Par ailleurs, seule, la Russie ne peut explorer ni la Lune ni d'autres planètes, son objectif affiché à horizon 2030-2050, remarque l'expert.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2014 à 18:18 :
En France on déteste Poutine, à la folie ! on déteste aussi Medvedev et on se moquait éperdument de Boris Yeltsin, "le roi de la vodka". Un peu sur les bords on a éprouvé une certaine sympathie envers Gorbachev, le Mou, mais c'était aussi de courte durée. Mais qu'on détestait Gromyko, Tchernenko, Andropov, Brejnev, Khrouchtchev et surtout un certain Joseph Staline !! pour faire simple, en France on n'aime aucun homme politique qui vienne de Moscou.

Autrement, quels seraient les russes qu'on pourrait (peut-être) s'enticher, disons, un petit peu en France ? la star Nureyev ? Stravinsky ? Prokofiev ? les pianistes classiques russes (il y en a tellement) ? le ballet Bolshoi ? les Ballets Russes ? les peintres russes (il y en a tellement) ? mais qui donc ?
Réponse de le 16/05/2014 à 21:15 :
En France on n'a jamais aimé l'ours russe c'est vrai, on craint d'être envahis par eux.
Réponse de le 16/05/2014 à 22:01 :
Rien a dire sur la coopération spatiale, alors nous voilà au café de la gare.....
Réponse de le 16/05/2014 à 23:03 :
C'est vendredi quand-même... encore une tournée ?
Réponse de le 18/05/2014 à 21:19 :
La coopération spatiale avec la Russie se fera désormais sans la France. Notre pays s'entiche de plus en plus des Etats-Unis et nos programmes seront partagés entre Kourou et Cape Kennedy. Peut-être que le premier cosmonaute à aller à Mars ou Jupiter soit un Français. Et bien avant les Russes !
Réponse de le 19/05/2014 à 20:11 :
Avec qu'elle navette?
Réponse de le 19/05/2014 à 22:56 :
Le coq a fumé quel genre de moquette ce soir ?
a écrit le 16/05/2014 à 16:00 :
Se mettre à jour (avec des analysis alternatives) sur l'Ukraine dans des reseaux tel que voltairenet org.
Réponse de le 16/05/2014 à 22:02 :
Merci
Réponse de le 17/05/2014 à 8:49 :
Quand Président et patrons français partent en pèlerinage vers la Chine et d'autres marchés émergents pour vendre les produits français "au prix des économies locales"(!) et s'engagent en tout genre de coopérations dans plusieurs domaines c'est pour "aider ces pays-là" ? ne soyons pas des imbéciles. Alors quand ça se passe une coopération spatiale entre la Russie et les pays occidentaux (y compris la France et l'UE) la propagande médiatique veut nous faire croire que c'est parce que la Russie n'a pas d'argent !!! il faut vraiment être un poireau pour y croire. Toute coopération favorise partie et d'autre autrement ne serait pas une coopération mais un rachat. On pourrait dire que Air France s'est associée avec KLM pour lui donner de l'argent ? ou serait-ce le contraire ? des salades….

La Russie peut mener bel et bien (comme d'ailleurs elle l'a fait depuis les années 50) son programme spatial sans le moindre besoin de partenaires occidentaux. Mais ce sont les pays occidentaux qui faute d'une technologie à la hauteur russe s'invitent à participer aux programmes de Moscou. Et puisque c'est avantageux pour les Russes (les frais seront partagés) et pour les occidentaux (vont bénéficier d'une technologie de pointe et fiable) alors se fait la coopération. Toutefois, du fait des sanctions absolument injustes perpétrés par les USA, l'Otan et ses petits copains européens envers la Russie à ce moment, c'est tout à fait normal que ce dernier pays, agacé, remette en cause sa coopération spatiale avec les USA. Et la Russie a bel et bien raison.
Réponse de le 17/05/2014 à 13:28 :
+1
a écrit le 16/05/2014 à 2:42 :
C'est moi, ou il y a une légère gène a parler des conséquences du vote de ce week end et des morts de la guerre civile? La coopération spatiale avec les États-Unis (de la Russie !) n'est pas un enjeu pour l'Ukraine, et pas un mots sur le fils du vice-président US Joe Biden qui deviens directeur de la plus grande société privé de gaz en Ukraine ?
Réponse de le 16/05/2014 à 13:19 :
C'est pas une gêne, il s'agit une consigne qui a été envoyée à toutes les rédactions, comme l'a très bien expliqué Grizzly ci-dessous.
a écrit le 15/05/2014 à 23:52 :
le seul avantage spatial des russes c'est leur expérience et du bon matériel quoi qu'un peu désuet , coté drones et robots lancés ailleurs .. néant .. on trouve des chinois , des américains , des indiens , des japonais aussi , des européens .. sinon coté innovation les russes sont restés sur des valeurs sures d'un conglemerat d'un autre temps .. la nostalgie c'est comme une sucette , c'est bon tant qu'il y'a du bonbon , quand il ne reste plus que le bâton on a le second effet .. nostalgie
a écrit le 15/05/2014 à 21:54 :
Suivez-moi : 85,9% de Russes satisfaits par Poutine, selon un sondage (russe). Voilà qui me semble tout à fait normal, car piloter ce pays engagé dans une crise internationale gravissime, sans se laisser faire et sans faire de c…eries, ce n’est pas donné à tout le monde. Son adversaire principal, Obama, ne pilote rien du tout, lui, on voit bien qu’il doit “naviguer” entre toutes les pressions de son entourage. Nos dirigeants européens font les potiches de Washington. Et nos médias ils font quoi ?
Réponse de le 18/05/2014 à 19:22 :
Nos médias écrivent le carnet rose des rencontres de nos dirigeants à Washington.... c'est déjà pas mal n'est-ce pas ?
a écrit le 15/05/2014 à 18:14 :
La consigne est partie de Washington et vite a été envoyée aux rédactions du monde entier : "news de-escalation on Ukraine" ( désescalade des titres au sujet de l'Ukraine). Les médias occidentaux, qui ne faisaient pas tout à fait de l'information sur les événements survenus à Kiev et plus récemment à l'est du pays, et se bornaient à suivre un scénario sagement orchestré par les services de presses des chancelleries, n'ont fait d'autre qu'obéir aux ordres venues du Plus-Haut, comme d'habitude.

On est loin des jours où un Bush Junior, souriant avec son bretzel, envahissait l'Irak et la chaîne du Pentagone, CNN, trônait au pinacle des médias du monde 24 sur 24 avec des images exclusives et "embedded" ! Or ben Ukraine l'heure est plutôt pour garder le profil bas, la plus mauvaise opération de politique étrangère des États-Unis de ce millénaire a entraîné aussi les pays de l'Alliance Atlantique dans la même déconfiture monumentale face à une Russie à la fois sereine et expéditive. Et toc.
a écrit le 15/05/2014 à 16:48 :
L’ISS a été financé à 90% par les occidentaux.
Si fin de l’exploitation, ca coutera forcément plus aux occidentaux qu’aux Russes, qui garderons leur lanceur pour concurrencer Ariane Espace pour mettre sur Orbite des satellites.
Et si fin de l’exploitation, alors les Etats-unis seront obligé d’investir des milliards et des milliards de dollar avant 2020 pour recréer un lanceur pour prendre le relais (Sauf si la Chine parvient à quelque chose d’ici là, mais ca sonnera le glas de l’égémonie américaine, et l’arrivée d’une ère nouvelle dominée par la Chine).

Bref, je ne partage pas spécialement l’analyse des « experts ».
Les Russes perdent un très gros client. Les Etats-Unis perdent l’ISS. De plus, la Chine a relancé la course à l’espace avec la conquête de Mars. Donc, les Etats-unis perdrait leur avantage d’un coup (et rien ne dit que les Russes ne continuent pas à exploiter l’ISS à leur seul profit vu qu’ils sont les seuls à pouvoir y aller.
Réponse de le 15/05/2014 à 18:18 :
Faux: l'ISS a été financée à 96.8% par les Occidentaux, 2.2% par la Fédération de la Russie et 1.0% par l'Inde. Renseignez-vous mieux.
Réponse de le 15/05/2014 à 20:50 :
Donc selon vos chiffres l'ISS est une station quasiment occidentale !!! et les Russes qui avaient déjà la station avant tous les autres, ça ne compte pour rien ? c'est quoi comme raisonnement farfelu ? bêtise....
a écrit le 15/05/2014 à 16:28 :
Des groupes de cinq à dix commandos visitent hôtels et cafés du centre-ville de Donetsk. «Ils m'ont poliment demandé "d'aider" la révolution selon mes moyens», témoigne un patron de bar, qui tient à garder l'anonymat. «Nous observons une situation qui fait penser à la Bosnie dans les années 1990. Beaucoup de groupes armés ne sont plus contrôlés et les chefs de guerre se transforment rapidement en bandits», estime Igor Todorov, professeur en sciences politiques à l'université nationale de Donetsk. Des médias locaux affirment que plusieurs prisons ont été attaquées par des séparatistes à la recherche d'armes, et qu'un grand nombre de détenus sont venus grossir leurs rangs. La police, dont la loyauté envers Kiev est très incertaine, se fait aussi discrète que possible.
Réponse de le 15/05/2014 à 16:38 :
En Crimée c'est assez moche aussi depuis l'invasion de Poutine et le référendum bidon à 30% corrigé à 95% !
Réponse de le 15/05/2014 à 17:03 :
@Gaston : As-tu des informations que personne n’a jamais eu, et même pas les journalistes occidentaux les plus virulent vis-à-vis des Russes ?
Réponse de le 15/05/2014 à 23:46 :
Excuse le testatio c'est le désespoir .....
Réponse de le 15/05/2014 à 23:49 :
si vous avez aimé le drame bosniaque alors avec l'Ukraine vous allez adorer .. les mafias qui ont a perdre avec les oligarques se transforment en nationalistes et hop le joli tour de passe passe , ajoutez a ce cela des politiciens démagogues et nostalgiques et vous avez une poudrière bien réelle , plus une population désabusée depuis 20 ans et exploitée sans vergogne par les uns et les autres et vous avez un film au box office ..
a écrit le 15/05/2014 à 16:16 :
@Gaston: Parlons des écoutes de la nsa.
Réponse de le 15/05/2014 à 16:34 :
pas pire que les méthodes du Fsb et rien à voir avec une invasion dans plusieurs pays.
a écrit le 15/05/2014 à 14:54 :
Le Vice President Dick Cheney avait ses interets prives dans l'entreprise Halliburton durant la guerre en Irak. Maintenant le Vice President des Etats Unis, Mr Joe Biden voit son fils Hunter Biden nommé hier à la direction de l'entreprise ukrainienne Burisma Holdings qui est l'une des plus grosses entreprises de gaz d'Ukraine. Coincidence ? Où quand la politique rejoint adroitement business même (et surtout) pour la plus grande pseudo démocratie...
Réponse de le 15/05/2014 à 16:33 :
Où est le problème ? On ne peut plus travailler quand on a un membre de sa famille en politique ? Il y a collusions prouvées etc ? En plus une entreprise en Ukraine c'est courageux actuellement.
Réponse de le 15/05/2014 à 18:22 :
La "démocratie" économique...
a écrit le 15/05/2014 à 14:30 :
Ils envahissent la Géorgie, la Crimée, déstabilisent l'Ukraine, Rogozine était du tristement célèbre clan Lebed et en plus ils sont "piqués" au vif. C'est le monde à l'envers.
Réponse de le 15/05/2014 à 16:57 :
@Yvan : tu remarqueras qu’ils sont à chaque fois intervenus pour soutenir les populations alors que nous, on soutenait les pouvoir qui cherchaient à mater les peuples.
Comme quoi…
a écrit le 15/05/2014 à 14:19 :
La Russie a pu tenir 72 ans à l'écart de l'Occident, dans une époque où il n'avait pas de BRICS, d'internet et la géopolitique du monde se résumait à la loi dictée par les puissances coloniales européennes et la puissance américaine de l'après-guerre. Le meilleur équipement spatial est toujours de fabrication russe, le choix des porteurs par les agences ESA et NASA en sont la preuve. De même pour le matériel militaire ( des avions Mig, Sukhoï, Tupolev, etc et d'autres Kalachinikov ). L'arsenal nucléaire russe, déjà dissuasif, deviendra encore plus élargi et modernisé selon les récentes déclarations de Poutine. Donc, il sera plus que redoutable dans l'avenir. Qu'a-t-elle donc à craindre la Russie de la fin de la coopération spatiale avec un pays qui lui a été traître ?
Réponse de le 15/05/2014 à 14:37 :
En quoi les Etats-Unis ont étét traitres ? C'est la Russie qui a envahi la Géorgie, la Crimée, l'Ukraine, ne respecte pas la transparence dans les arsenaux miltaires, mentent à longueur de temps etc. Si la Russie se suffit à elle-même, pourquoi a t-elle besoin d'envahir des pays souverains ? Les pays qui ont rejoint l'Europe ou l'Otan c'est eux qui sont venus, pas l'inverse bien au contraire. Il faudrait arrêter de renverser les faits. Quant "aux meilleurs" équipements la réalité tient surtout au prix. Enfin on a vu l'état de l'Urss après 72 ans, on en paie encore les conséquences avec l'état de l'Ukraine après avoir payé pour l'Europe de l'Est pas encore à niveau malgré 20 ans d'efforts.
Réponse de le 15/05/2014 à 14:54 :
@Gaston
Parlons des pays que l'otan a envahi.
Respecter la transparence sur les arsenaux militaire LOL
Réponse de le 15/05/2014 à 16:36 :
L'Otan n'a fait que passer souvent sur demande des gouvernements en place. Rien à voir avec la Russie qui après avoir envahi l'Europe d'après guerre continue avec la Géorgie, l'Ukraine etc. Transparence sur les arsenaux nucléaires = vérifications spontannées réciproques. Ca a existé.
Réponse de le 15/05/2014 à 17:01 :
@Gaston : S’il te plait, évite d’être révisionniste !
En Géorgie, c’est le pouvoir Géorgien qui a envoyé ses troupes pour reprendre des régions autonomes sous son giron. Les Russes les ont repoussés en dehors des frontières des régions autonomes !
(après rien ne dit que sans l’intervention de Sarkozy, les Russes ne soient pas aller jusqu’à Tbilissi)

(C'est sur que les Syriens, les Irakiens, les Afghans etc... avaient demandé l'intervention de l'OTAN... pffff)
Réponse de le 15/05/2014 à 22:16 :
Il est temps de dire à "Gaston" que le pere Noel n'existe pas!
Réponse de le 16/05/2014 à 1:53 :
En bref, le Gaston d'aujourd'hui n'est plus celui d'hier !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :