Petro Porochenko, le “roi du chocolat“, favori des élections présidentielles en Ukraine

 |   |  923  mots
En décembre 2013, Petro Porochenko remerciait par ironie un haut conseiller du Kremlin d'avoir uni son pays.
En décembre 2013, Petro Porochenko remerciait par ironie un haut conseiller du Kremlin d'avoir "uni son pays". (Crédits : reuters.com)
Dimanche 25 mai, les Ukrainiens voteront pour le premier tour de l’élection présidentielle, trois mois après la destitution de Viktor Ianoukovytch et dans un climat toujours très tendu à l’Est. Parmi les mieux placés dans la course : l’europhile Petro Porochenko, un confiseur milliardaire plusieurs fois ministre, notamment dans l'équipe de sa rivale Ioulia Timoshenko.

Le "Willy Wonka" ukrainien a de bonnes chances de devenir président. Petro Poroshenko, 48 ans, milliardaire, se positionne largement en tête dans les derniers sondages parus avant le premier tour de l'élection présidentielle prévu dimanche 25 mai.

Le "roi du chocolat" contre la "princesse du gaz"

Dans les intentions de vote, il devance l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko de près de 30 points, selon un sondage mené entre le 29 avril et le 11 mai par l'Institut international de sociologie de Kiev (34% contre 6%). Mais prudence: un quart des répondants n'auraient pas encore fait leur choix et il faut s'attendre à une forte abstention dans l'Est du pays, notamment dans la région de Donetsk où les séparatistes pro-russes ne reconnaissent pas la légitimité du scrutin et comptent le boycotter.

Dès le mois de mars, avant même l'annonce officielle de sa candidature, et le retrait à son profit du boxeur Vitali Klitchko, l'homme d'affaires était crédité d'une large avance. Ce qui n'empêcherait pas une grande partie de l'opinion de conserver de la distance vis-à-vis de sa personnalité. Ainsi, selon un sondage datant d'avril 2014 cité par le Kyiv Post, seuls 4,4 % des Ukrainiens le jugeraient honnête, et 39% considèreraient que ses atouts principaux sont son éducation et sa culture…

Un "coup" sur le cacao en ex-Urss

Natif de Bolhrad  près d'Odessa, Piotr Porochenko a étudié le commerce international à Kiev. A l'époque de la chute de l'empire soviétique, il fait fortune en profitant de la pénurie de cacao en ex-URSS pour y exporter la précieuse denrée. Et croquer en quelques mois 30% de parts de marché, comme il l'a lui-même raconté au journal anglophone.

Rapidement, son groupe, nommé Roshen en référence à son nom de famille, devient leader de la confiserie dans plusieurs anciens pays de l'Est. Lui-même étend ses activités pour prendre la tête d'un empire incluant chantiers navals, compagnies de taxis, construction automobile ainsi que médias, avec notamment la chaîne Channel 5. Aujourd'hui, sa fortune personnelle est évaluée à 1,3 milliard de dollars (1 milliard d'euros) par le magazine Forbes, soit l'une des dix premières du pays.

Sanctions russes

Elle était encore de 1,6 milliard quelques mois plus tôt, avant le blocage des avoirs de Roshen par la Russie et l'interdiction en juillet 2013 de la vente dans le pays de ses produits sous prétexte - officiellement - qu'ils contenaient des matières premières cancérigènes.

Une interdiction éminemment emblématique à l'encontre du groupe qui fabrique également le "gâteau de Kiev", confectionné à base de noisettes dans l'ancienne fabrique Karl Marx de la capitale. Pour le groupe, la "sanction" n'est pas seulement symbolique. Pour se faire une idée, en 2012, Roshen a vendu 1,2 million de tonnes de chocolat pour une valeur de 400 millions de dollars d'après des statistiques ukrainiennes.

Aligner les salaires

Son expérience de dirigeant d'entreprise, le favori à la présidentielle la met régulièrement en avant. Il promet par exemple d'aligner le salaire moyen de tous les Ukrainiens sur celui de ses employés: 7.000 hryvnias (437 euros). "On  l'a fait pour 45 000 employés, on peut le faire pour 45 millions d'Ukrainiens", aime-t-il répéter.

Il peut en outre se targuer d'une longue expérience politique. Dans les années 2000, il créé ainsi son parti, "Solidarité", après avoir été élu député dans l'Oblast de Vinnytsia, au centre du pays. Il rejoint quatre ans plus tard les rangs de la Révolution Orange et Viktor Ioutchenko. D'abord secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense, il est ensuite, de 2009 à 2010, ministre des Affaires étrangères au sein de l'équipe menée par Ioulia Timochenko, sa rivale d'aujourd'hui.

Attirer les investisseurs étrangers

Comme dirigeant de la banque centrale ukrainienne puis ministre de l'Economie en 2012 du gouvernement Azarov, il connaît sur le bout des doigts les difficultés financières du pays, qui le contraignent à dépendre de l'aide internationale. A cette époque, il chiffre alors entre 2 et 3,5 le "pourcentage de croissance supplémentaire" qu'aurait apporté l'accord de libre-échange avec l'UE, dont les négociations sont alors gelées. Déjà, l'espoir réside dans les investisseurs étrangers, qu'il cherche à attirer en vantant la modernisation des gazoducs, le potentiel logistique d'un pays au carrefour entre l'Est et l'Ouest, l'agriculture, voire le tourisme. Il en faisait état dans une interview au quotidien suisse Le Temps.

"Merci Mr Glazyev, vous avez uni mon pays"

Au mois de décembre 2013, alors que Viktor Ianoukovitch rompt les discussions avec Bruxelles, provoquant la crise actuelle qui aboutira à sa destitution, le milliardaire juge que la "majorité des Ukrainiens" soutiennent cet accord de libre-échange. A l'économiste et conseiller du Kremlin Sergueï Glazyev qui menaçait alors le pays de supprimer les aides financières et de couper le robinet de gaz, il rétorque: "Merci Mr Glazyev, vous avez uni mon pays".

(Voir interview accordée à la BBC ci-dessous, en anglais).

 

Sur ce point, la suite de l'Histoire ne lui a pas tout à fait donné raison… Quoi qu'il en soit, ce diabétique surnommé "Roi du Chocolat", qui aurait d'ailleurs distribué des friandises aux manifestants de la place Maïdan pour les soutenir, pourrait bien devenir le prochain président d'un pays menacé d'éclatement. S'il y parvient, il vendra ses parts dans Roshen, a-t-il promis en avril dernier. "En tant que président de l'Ukraine, je vais et je veux me concentrer uniquement sur le bien-être de la nation", affirme-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2014 à 18:57 :
Il faut lui donner une "Présidence de chocolat" et puis il sera content !
a écrit le 24/05/2014 à 16:21 :
Pour avoir vecu a Vinnitsa, dans sa ville, les gens le respectent, ainsi que dans toute l'Ukraine car Roshen est une entreprise qui fait des produits de qualite et dont les Ukrainiens sont fiers. A Vinnitsa, il a cree la plus grande fontaine d'Europe, avec un show son et lumiere qui attirent beaucoup de touriste et qui contribue a dynamiser l'economie de la ville

Un businessman qui a des idees, qui emploie des milliers de personnes, qui a des usines aussi en Russie, mais qui regarde aussi vers l'Europe. Cette personne pourrait etre un bon compromis pour l'Ukraine, si les USA et l'Europe arretent de vouloir jeter de l'huile sur le feu.
Réponse de le 26/05/2014 à 6:16 :
bravo TRESOBJECTIF
a écrit le 24/05/2014 à 16:05 :
Une élection n'a pas de validité démocratique si ceux qui voudraient se présenter en sont empêchés physiquement par menaces. Ainsi le vrai président du pays n'a pas été destitué par un organisme ou un parlement légitime mais terrorisé comme toute sa famille pour qu'il quitte le pays et ne puisse se représenter. La situation dans laquelle on a laissé les anciens pays communistes est indigne. Volontairement rien n'a été fait pour organiser une transition démocratique, ce qu'ils demandaient tous. Volontairement on les a poussés dans le chaos afin de faire main basse sur leurs richesses et leurs forces de consommation par la suite. Des affairistes ont pris leur tête à tort ou à raison. Ils ont cependant défendu leur pays et c'en est la preuve en Ukraine puisque le président refusait un accord qui lui aurait permis de rester plus de 12 ans encore au pouvoir en vendant le pays aux appétits financiers européens. Il ne l'a pas fait. On (Nous, La France, l'Europe, les Américains nos complices) a menacé de l'assassiner, il s'est placé en sécurité alors que l'élection suivante était à moins d'un an. C'est bien la perspective de ne pas la gagner qui a déclenché ces meurtres nombreux de policiers et les menaces sur la famille du Président. Ce qui se passe derrière ce crime n'a donc aucune valeur puisqu'il s'agit d'un coup d'état. Le pays se trouve à "choisir" entre des pantins nommés et autorisés à se présenter à ce qui est une fumisterie. Certains voteront en ne comprenant pas. Cela ne fait pas une élection. Poutine qui a soutenu de toutes ses forces ce pays déclinant par des achats, un pétrole à de bonnes conditions et un crédit gratuit se trouve sans le vouloir désigné comme arbitre de cette élection. Il pourra la reconnaître contre d'autres avantages négociés sur place ou ailleurs. N'empêche, j'ai honte pour le gouvernement de mon pays.
Réponse de le 24/05/2014 à 19:56 :
Vous avez bien cerné le problème et la situation, ce genre de constat est comme un clou qu'on enfonce dans notre propre blessure. Force est de constater que des intérêts étrangers associés à l'incompétence de nos dirigeants au fil des années nous ont conduit à un véritable impasse. Peut-être que la France devra encore une fois recommencer.
Réponse de le 26/05/2014 à 9:24 :
Petite précision quand même, le précédent président a été déchu par son propre parlement où il avait une majorité absolue avant que ses fidèles députés ne le rejettent.
a écrit le 24/05/2014 à 15:57 :
De ce que j'ai vu, les deux pro-russes ont été forcés de se retirer, donc l'élection est 100% pro-ukrainienne de l'ouest.
Est-ce vrai ? Y'a-t-il une pluralité minimale pour que le scrutin est un sens?
Réponse de le 26/05/2014 à 6:21 :
POUR le moment ce que je comprend ce sont les USA seul qui decident pour tous ??j'aimerai vivre assez viux pour connaitre un monde meilleurs pour celà il faudrat un equilibre avec une éème GRANDE puissance ?? ce ,e sera pas les valets EUROPEENS des USA et encore moins le TOUTOUS Français je ne suis pas fier???
Réponse de le 26/05/2014 à 6:26 :
rectifictif (erreur de frappe)pour un monde meilleurs il faudrait un équilibre avec au moins une 2ème GRANDE puissance ce ne .......
Réponse de le 26/05/2014 à 9:27 :
parmi les candidats pro-russes, aucun n'a été forcé de se retirer, Tigipko fait 5%, Dobkin fait 3.5%. Pas évident d'être populaire quand la russie vient de croquer un bout de ton pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :