Endesa enregistre un premier trimestre supérieur aux attentes

 |   |  438  mots
Le premier opérateur électrique espagnol, Endesa, visé par les OPA concurrentes de Gas Natural et d'E.ON, a enregistré un bénéfice net au premier trimestre en hausse de 87,9%, soit mieux que prévu par les analystes.

Le bénéfice trimestriel du groupe a atteint 1,052 milliard d'euros en tenant compte d'une plus-value de 181 millions d'euros provenant essentiellement de la vente de 5% de la holding de télécommunications Auna à la première banque allemande, Deutsche Bank, a indiqué un communiqué d'Endesa. L'excédent brut d'exploitation du groupe a avancé de 31,02%, à 1,94 milliard d'euros, alors que les analystes tablaient sur un excédent compris entre 1,55 et 1,81 milliard. Le résultat d'exploitation a progressé de 41,8%, à 1,49 milliard d'euros, soit légèrement plus que les attentes du marché.

Le chiffre d'affaires s'est élevé à 5,67 milliards d'euros, en augmentation de 31,34% sur un an. En Amérique latine, où le groupe est fortement implanté, le bénéfice net d'Endesa a bondi de 170,6%, à 195 millions d'euros, grâce notamment à des allégements fiscaux dérivés de la fusion entre Elesur et Chilectra. Il représente désormais 22,1% du résultat net total du groupe contre 12,8% un an auparavant. Hors Espagne et Portugal, Endesa a enregistré une solide croissance de son bénéfice net en Europe, où il contrôle l'électricien français Snet et est également présent en Italie. Il s'est élevé à 188 millions d'euros, en hausse de 3,5%, ou de 51,3% abstraction faite des éléments exceptionnels dans la comparaison par rapport au premier trimestre 2005. En Espagne et au Portugal, le résultat net a crû de 49,5% à 568 millions d'euros grâce à l'inclusion de 212 millions d'euros sous forme de compensations pour ses opérations dans les archipels des Baléares et des Canaries.

La production d'électricité d'Endesa a été de 50.063 GWh au premier trimestre, en hausse de 3,5% sur un an, avec une croissance de 28,4% à 11.943 GWh en Europe (hors Espagne et Portugal) et de 0,7% en Amérique latine à 14.656 GWh.

D'abord visé par une OPA hostile de 22,5 milliards d'euros lancée en septembre dernier par le groupe gazier espagnol Gas Natural, Endesa est aussi convoité depuis février par le géant énergétique allemand qui a annoncé une contre-offre de 29,1 milliards d'euros. À la suite de la présentation de recours d'Endesa, l'offre de Gas Natural a été suspendue par deux tribunaux, dont le Tribunal suprême, tandis que l'OPA d'E.ON est examinée par le régulateur espagnol de l'énergie (CNE). Favorable à l'émergence d'un champion national de l'énergie, le gouvernement espagnol a renforcé les prérogatives de la CNE, en lui permettant d'étudier des opérations d'acquisition pouvant affecter les intérêts stratégiques du pays. Cette mesure jugée protectionniste par Bruxelles a motivé le lancement d'une procédure d'infraction par Bruxelles contre Madrid.

A la clôture, le titre progresse de 0,84% à 26,50 euros à Madrid.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :