Prises de bénéfices générales sur le CAC 40

 |   |  1089  mots
Paris a finalement cédé aux prises de bénéfices, après avoir terminé hier près des 5.500 points. A la clôture, le CAC 40 recule de 0,26% à 5.476,28 points, les trois quarts de ses valeurs en baisse. Les dégagements ont notamment suivi des statistiques décevantes en Europe.

Séance de prises de bénéfices sur les marchés, après une nette progression ces derniers jours, et en l'absence de catalyseurs susceptibles d'alimenter la hausse. Si le CAC 40 termine près de ses plus bas de la séance, les pertes de l'indice restent limitées en regard du chemin parcouru. L'indice avait en effet clôturé non loin des 5.500 points hier soir, en hausse de près de 16% depuis le début de l'année. Au cours des sept dernières séances, il s'était octroyé 3,4%. A la clôture, environ les trois quarts des valeurs du CAC 40 s'affichent en repli. Michelin les domine avec un gain de 2,5%, au lendemain d'un relèvement de recommandation de JPMorgan. A l'inverse, Alstom termine à la traîne de l'indice, en recul de près de 3% au lendemain du bond de 8,45% consécutif à la publication de ses résultats semestriels.

A la clôture, le CAC 40 cède 0,26% à 5.476,28 points dans un volume d'affaires de 2,7 milliards d'euros échangés sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie baisse 0,23% à 6.180,10 points et, à Francfort, le Dax plie de 0,15% à 6.383,87 points. A New York, le Dow Jones perd 0,30% à 12.095,22 points.

Le baril de brut léger américain cède 3 cents à 58,55 dollars après une baisse de plus de 2 dollars en deux jours. Les cours sont freinés par une demande moins forte que prévu aux Etats-Unis en raison de la douceur des températures. L'euro cède du terrain à 1,2814 dollar, affecté par le ralentissement de la croissance dans la zone euro et le recul de l'indice allemand ZEW. Le yen progresse face au dollar et à l'euro, la forte progression du PIB japonais avivant les anticipations de hausse des taux dans l'Archipel.

Sur le front des statistiques américaines, le Département du Travail a annoncé une baisse de 1,6% des prix à la production en octobre, la plus forte depuis octobre 2001. Hors énergie et alimentation, les prix se sont contractés de 0,9%, ce qui ne s'était pas produit depuis août 1993. Sur la même période, les ventes au détail ont diminué de 0,2%, contre une baisse de 0,4% attendue. Hors automobile, elles ont diminué de 0,4%, soit deux fois plus que prévu. Publiés à 16h00, les stocks des entreprises américaines ont progressé de 0,4% en septembre aux Etats-Unis, à 1.362 milliards de dollars, après une hausse de 0,6% en août. Sur un an, ils affichent une progression de 7,6%. Les économistes tablaient sur une hausse de 0,5% en septembre. Le ratio stocks sur ventes, qui mesure le temps nécessaire à l'écoulement des stocks au rythme actuel des ventes, ressort à 1,30 mois, contre 1,27 en août et 1,26 en septembre 2005.

Par ailleurs, les statistiques en Europe ont été décevantes, avec le ralentissement de la croissance dans la zone euro au troisième trimestre, ainsi que par le repli de l'indice ZEW du climat des affaires en Allemagne, à son plus bas depuis mars 1993.

GDF perd 1,12% à 32,75 euros, tandis que Suez gagne 0,08% à 36,40 euros. La Commission européenne a donné son feu vert au projet de fusion entre Suez et Gaz de France, aux conditions négociées avec les deux groupes, rapporte les agences de presse, pour donner naissance au deuxième groupe de services aux collectivités européen. Suez et Gaz de France ont notamment accepté de céder le contrôle de sociétés belges dans le gaz naturel. Ce matin, le groupe gazier a annoncé une croissance de 32,1% de son chiffre d'affaires à 19,1 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année. A périmètre constant, la progression est de 26%. GDF confirme par ailleurs ses objectifs pour l'ensemble de 2006, à savoir un bénéfice net supérieur à 2,2 milliards d'euros et une croissance de plus de 20% de l'excédent brut opérationnel à plus de 5 milliards d'euros. WestLB a dégradé le titre de " accumuler " à " conserver " tout en maintenant son objectif de cours à 33 euros.

EADS perd 0,90% à 22,02 euros. Airbus envisage de sous-traiter environ 3,5 milliards de dollars de travaux sur la version allongée de son moyen-courrier A350 XWB afin de réduire les coûts de développement, rapporte le Financial Times. Par ailleurs, la compagnie aérienne britannique EasyJet a transformé en commande ferme des options d'achat portant sur cinquante deux A319 et a pris des options supplémentaires sur soixante-quinze A320.

Seule hausse prononcée du CAC 40, Michelin poursuit sa marche en avant avec un gain de 2,62% à 67,15 euros alors que J.P Morgan a entamé hier le suivi de la valeur par une recommandation à " surpondérer ".

Groupe Steria avance de 3,28% à 47,30 euros. La SSII a fait état d'une progression de 6,1% de son chiffre d'affaires à 905,6 millions d'euros sur les neuf premiers mois de l'année. Sur le seul troisième trimestre, l'activité s'apprécie de 10,9% à 298,4 millions d'euros. Le groupe indique avoir pour objectif de croître plus vite que le marché européen des services informatiques en 2006 et de réaliser un taux de marge opérationnelle supérieur à 7%.

Eurazeo s'apprécie de 2,16% à 104,20 euros. Sa filiale Rexel a vu son bénéfice net plus que doubler à 90 millions d'euros au troisième trimestre. L'excédent brut d'exploitation progresse de 78,4% à 194,6 millions d'euros et le chiffre d'affaires de 35,3% à 2,5 milliards d'euros.

Scor engrange 2,75% à 2,24 euros. Le réassureur a annoncé une augmentation de capital de 376,7 millions d'euros destinée à financer en partie l'acquisition de l'allemand Revios. Le groupe a par ailleurs annoncé le rachat de la participation de Miklo Beheer dans ReMark Group pour 22,5 milliards d'euros. Parallèlement, J.P Morgan a relevé sa recommandation sur Scor de " neutre " à " surpondérer " et porté son objectif de cours de 2,20 à 2,45 euros.

Axa perd 1,21% à 30,09 euros. L'assureur et le finnois P&C (Sampo Group) négocieraient avec l'actionnaire principal de l'assureur russe Nasta le rachat d'une participation supérieure à 50%, indique notre confrère La Tribune en citant le quotidien Vedomosti. Nasta est douzième assureur russe avec 174 milliards de dollars de primes, 64 filiales et 3.500 agents.

Euronext plie de 3,75% à 89,80 euros. Deutsche Boerse envisagerait de retirer son offre sur Euronext, affirme Reuters sans nommer ses sources. Un relèvement de l'offre de la Bourse de Francfort sur la place paneuropéenne est exclu, selon l'agence de presse.

Enfin, EDF recule de 0,95% à 49,21 euros. Sa filiale, EDF Energies Nouvelles a annoncé que le prix de ses actions a été fixé dans une fourchette située entre 24,10 et 28 euros. Le prix définitif sera annoncé le 28 novembre pour une première cotation le 29. EDF Energies Nouvelles mettra 12,139 millions d'actions nouvelles sur le marché, soit 20,22% du capital (22,57% en cas d'exercice de l'option de surallocation).


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :