Une fin de séance rassurante

 |   |  570  mots
En cette fin de séance, la Bourse de Paris se reprend. Le CAC avance de 0,46%. Des statistiques américaines mitigées ont conduit les opérateurs à se montrer plus prudents. Le secteur de l'énergie est plébiscité avec Suez et Gaz de France. Rhodia flambe à nouveau.

La Bourse de Paris réalise une meilleure fin de séance. Pourtant, le CAC 40 avait décroché suite à des statistiques américaines inférieures aux attentes. A la clôture, l'indice CAC avance de 0,46% à 4.776,98 points. Les autres places européennes sont elles aussi bien orientées. Londres, qui rouvrait ce matin après un week-end de trois jours, grimpe de 0,96%, après avoir touché ce matin un nouveau plus haut depuis juillet 2001 à 5.682 points. Le Dax recule de 0,2%.

A 20h00, on attend encore le compte-rendu de la dernière réunion de la Fed du 13 décembre. Toujours sur le plan économique, les dernières nouvelles en provenance d'Europe sont rassurantes. En Allemagne, le nombre de chômeurs aurait baissé de 110.000 le mois dernier pour tomber à 4,638 millions. Le taux de chômage aurait ainsi reculé à 11,2% de la population active contre 11,4% en novembre.

Sur le marché des changes, le dollar est sous pression. Le billet vert s'échange à 1,1979 pour un euro contre 1,1830 en clôture hier à Paris. Les cambistes sont nerveux après un ISM manufacturier inférieur aux attentes. Il est ressorti à 54,2 en décembre, contre 57,5 attendu. Par ailleurs, les dépenses de construction ont augmenté de 0,2% en novembre, à 1.146 milliards de dollars.

Sur le marché pétrolier, le baril de brut bondit. Il s'échange à 62,75 dollars le baril à New York, soit une hausse de près de 3%.

Il y a toujours peu d'actualité du côté des sociétés, mais quelques valeurs se distinguent.
C'est notamment le cas du secteur énergétique, alors que la Russie s'est engagée hier à rétablir ses livraisons de gaz d'ici ce soir, après les baisses d'approvisionnement constatées le week-end dernier suite au conflit énergétique qui oppose la Russie et l'Ukraine. La France importe environ 20% de ses besoins en gaz de Russie.

Gaz de France profite logiquement de la nouvelle. Le titre avance de 2,4% à 25,42 euros, en tête du CAC, également soutenu par la recommandation d'achat de la Deutsche Bank, qui vise un objectif de cours de 30 euros. Total prend 0,47% à 214,80 euros, tandis que Suez, qui réalise désormais 75% de son chiffre d'affaires dans l'énergie, avance de 2,38% à 27,12 euros.

Toujours dans le même secteur, Technip est en hausse de 0,68% à 52,10 euros, après avoir remporté un nouveau contrat. Le groupe parapétrolier va réaliser une unité de production de biodiesel pour Diester Industrie. Un contrat dont le montant n'a pas été révélé.

Publicis veut lancer une offre publique d'achat sur ses bons de souscription d'actions au prix unitaire de 9 euros par action, pour un montant total de 249 millions d'euros. Une opération destinée à simplifier le bilan du groupe publicitaire. Le titre avance de 1,39% à 29,81 euros, bien que Lehman Brothers ait abaissé sa recommandation sur la valeur de " surpondérer " à " pondération en ligne ", pour des raisons de valorisation.

Arcelor est pratiquement stable à 21,14 euros. ThyssenKrupp a relevé à 63 dollars son offre sur le Canadien Dofasco, c'est à dire le même prix que celui proposé par le français. Dofasco dit préférer l'offre du groupe allemand.

PagesJaunes rétrograde de 0,95% à 21,85 euros. Le titre a été dégradé par Lehman Brothers, qui recommande désormais de " sous-pondérer " la valeur, jugeant survalorisé le secteur européen des annuaires téléphoniques.

Enfin, Rhodia grimpe de 4,92%, à 1,92 euro, sur des mouvements sectoriels. BASF a lancé une offre inamicale de 4,9 milliards de dollars sur le chimiste américain Engelhard.


Olivier Auberger
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :