Les Bourses du Golfe en baisse après le plongeon de la Bourse saoudienne

 |   |  430  mots
Les places financières des monarchies pétrolières du Golfe ont terminé la journée en baisse dimanche, début de la semaine boursière, en dépit de mesures de soutien des gouvernements.

Rien n'y fait. La banque centrale saoudienne a annoncé qu'elle abaissait son taux directeur pour le porter à 3%, soit la troisième réduction en six semaines. Le taux a baissé de près de moitié depuis début octobre. Le Koweït et Oman ont annoncé la semaine dernière la création de fonds pour investir en Bourse dans le but d'enrayer les baisses des cours alors que les autorités des Emirats arabes unis ont commencé un processus de fusion de deux géants du prêt immobilier en une banque de l'habitat. Cela n'empêche pas les Bourses locales de poursuivre leur repli avec en tête les marchés de Dubaï, d'Arabie saoudite et du Qatar.


"Le sentiment est très négatif dans les Bourses du Golfe en raison de la vague de (mauvaises) nouvelles provenant des marchés internationaux", explique à l'AFP (Agence France Presse) Faisal Hasan, qui dirige l'unité de recherches de la Kuwait's Global Investment House. "Il existe également un effet de contagion après la chute du marché saoudien", souligne ce dernier. La Bourse saoudienne a reculé de plus de 9% samedi. Dimanche, elle a encore reculé de 3,8% à 4.264,52 points, au plus bas en près de cinq ans, en dépit de la réduction du taux de la banque centrale. 


Aux Emirats arabes unis, le Dubai Financial Market (DFM) a cédé 4,7% sous la barre psychologique des 2.000 points, le géant de l'immobilier Emaar, reculant de 7,8%. L'action Emaar a dégringolé à 2,73 dirhams (0,74 dollars), son niveau le plus bas en plus quatre ans et perdu plus de de 81% depuis le début de l'année.

Aux Emirats aussi, l'Abu Dhabi Securities Market a cédé 1,26% à un niveau proche de la barre des 2.800 points, l'immobilier fléchissant de 2,5% et le secteur de l'énergie perdant 6,1%. Les deux marchés ont ignoré l'annonce samedi du début d'un processus de fusion en une seule banque, sous le contrôle des autorités fédérales des Emirats, de Amlak Finance et Tamweel, les deux plus grandes sociétés de prêt immobilier à Dubaï avec près de 7 milliards de dollars d'avoirs.
 
Le Kuwait Stock Exchange, la deuxième bourse arabe, a baissé de 0,75% en dépit d'une hausse de 1,1% du secteur des banques. Le KSE a fermé la semaine dernière sur une hausse de 2,1%. Le Doha Securities Market a terminé la journée sur un recul de 4%, son niveau le plus bas en deux ans alors que le petit Muscat Securities Market a cédé 2,6% et que le Bahrain Stock Exchange a abandonné 0,85%.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les bourses de DUBAI et KOWAIT sont insolentes face a la crise mondiale due aux profits illicites sur le pétrole,le commencement de la fin arrive pour ces Emirs arrogants amis de BUSH le corrompu
charlemagne
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quelle analyse economique charlemagne.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :