Les Bourses en Asie rebondissent

 |   |  389  mots
Les marchés asiatiques entament la semaine sur de très fortes hausses, les perspectives d'un plan solide de relance américain rassurant les investisseurs. Tokyo gagne plus de 5% en clôture et Hong-Kong plus de 8%.

Dans le sillage du rebond de Wall Street vendredi soir (+3% pour le Dow Jones), la semaine commence très bien sur les places boursières en Asie.  Ce lundi, les principaux indices de la région progressent très nettement alors que les investisseurs anticipent une intervention vigoureuse des autorités américaines pour s'attaquer à la crise économique.

A la clôture à Tokyo, l'indice Nikkei 225, moyenne non pondérée des 225 valeurs vedettes, a gagné 5,2% à 8.329,05 points. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part fini la séance sur un gain de 3,32% à 812,08 points.

De son côté, la Bourse de Hong Kong affiche un gain de 8,66% à la clôture pour l'indice Hang Seng, à 15.044,87 points.

Ces progressions ont laissé présager d'une ouverture positive en Europe, et ce d'autant plus que les marchés européens ont enregistré de fort repli vendredi (-5,48% à Paris) après la publication de très mauvais chiffres de l'emploi américain. Les places européennes affichent tous de fortes hausses à l'ouverture ce lundi.

Sur le front politique, un mini-sommet sur la crise financière a lieu ce lundi à Londres entre le Premier ministre britannique Gordon Brown, le président français Nicolas Sarkozy et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso. Les entretiens entre les trois hommes porteront essentiellement "sur le paquet relance", le but étant de "donner une cohérence" aux différentes mesures de relance prises par les Etats membres de l'Union européenne "pour qu'un message de confiance soit émis par le conseil européen des 11 et 12" décembre. Cette réunion sera suivie d'une rencontre avec une cinquantaine d'économistes et de grands patrons européens.

Par ailleurs, les plus hautes autorités chinoises ont entamé leur réunion annuelle pour fixer les priorités économiques de l'année, alors que les conséquences de la crise économique mondiale se font sentir à Pékin. La croissance du produit intérieur brut chinois a ralenti à 9% au troisième trimestre, son niveau le plus faible en plus de cinq ans. Les autorités s'inquiètent du ralentissement des exportations, qui ont nourri la croissance et les réserves de change du pays ces dernières années, du fait d'une baisse de la demande des pays occidentaux frappés par la crise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :