Wall Street se retourne après les commentaires de la Fed

 |   |  833  mots
(Crédits : Reuters)
Les places américaines ont terminé en baisse ce mercredi, malgré les commentaires optimistes de la Réserve fédérale. A la clôture, le Dow Jones perd 0,83% à 9.749 points, le Nasdaq recule de 0,69% à 2.131 points et le S&P 500 cède 1,01% à 1.061 points

Retournement de tendance dans les derniers échanges à Wall Street. Après avoir renforcé leurs gains initiaux suite aux commentaires du Comité de politique monétaire de Réserve fédérale, les indices new-yorkais ont brutalement décroché ce mercredi lors de la dernière heure d'échanges pour terminer dans le rouge, plombés notamment par les valeurs énergétiques. Il s'agit de la deuxième séance consécutive de baisse sur les places américaines.

A la clôture, le Dow Jones perd 0,83% à 9.749 points, le Nasdaq recule de 0,69% à 2.131 points et le S&P 500 cède 1,01% à 1.061 points

La Fed a estimé que l'activité économique s'était redressée après sa chute grave mais qu'elle devrait rester faible pendant un temps. Sans surprise la Fed a décidé de maintenir le taux directeur dans sa fourchette de fluctuation allant de 0% à 0,25%, un niveau historiquement bas, réaffirmant que ce taux restera bas pendant une période prolongée. En outre, elle a décidé de prolonger jusqu'à la fin du premier trimestre 2010 son programme de rachat de titres hypothécaires destiné à faire baisser le coût des emprunts immobiliers.

Du côté des valeurs, les pétrolières ont pesé sur la tendance en fin de séance, terminant en nette baisse alors que les cours du pétrole ont perdu près de trois dollars après la hausse inattendue des réserves américaines en produits pétroliers. Exxon Mobil cède 1,19% à 69 dollars, Chevron recule de 1,86% à 71,28 dollars et ConocoPhillips abandonne 1,74% à 45,83 dollars. Les parapétrolières Schlumberger et Halliburton chutent respectivement de 2,13% à 60,26 dollars et de 3,43% à 27,35 dollars.

Kraft Foods perd 0,79% à 26,28 dollars. Le directeur général de Cadbury estime qu'il serait juste que le groupe alimentaire américain relève de 20% l'offre de rachat lancé sur son groupe, la portant à quelques 20 milliards de dollars, d'après une note obtenue par Reuters. Kraft Foods propose pour l'instant 16,7 milliards de dollars pour acquérir son concurrent britannique, ce qui créerait le leader mondial du "snacking" et de la confiserie. Une offre qui avait été immédiatement rejetée par sa cible.

General Mills progresse de 4,64% à 63,80 dollars. Le groupe agroalimentaire américain, spécialisé notamment dans les céréales de petit-déjeuner, a dépassé les attentes des marchés au titre de son premier trimestre. Ses profits sont ressortis à 421 millions de dollars sur la période, en hausse de 51% sur un an. Par action, il s'élève à 1,28 dollar hors exceptionnels, ce qui représente 25 cents de mieux que le consensus des marchés. Le chiffre d'affaires a pour sa part progressé de 0,6% sur la période, à 3,52 milliards de dollars. Par ailleurs, General Mills a revu à la hausse ses prévisions de résultats pour l'ensemble de l'exercice, tablant désormais sur un bénéfice par action (BPA) compris entre 4,40 et 4,45 dollars. Sa précédente fourchette allait de 4,20 à 4,25 dollars. Les analystes misaient jusqu'à présent sur 4,27 dollars.

Après deux séances de très forte hausse, Palm abandonne 0,64% à 16,96 dollars. Le fabricant d'assistants personnels et de smartphone a indiqué ce mercredi qu'il allait mettre sur le marché 20 millions d'actions ordinaires, au prix de 16,25 dollars, soit une décote de 5% par rapport au cours de clôture de mardi. Le groupe espère tirer 313 millions de dollars de cette augmentation de capital, voire 360 millions si l'option de surallocation est exercée en totalité. Palm profite donc de la très forte progression enregistrée ces deux derniers jours, en raison de rumeurs persistantes d'un possible intérêt de Nokia, pour faire appel aux marchés.

Augmentation de capital également pour AMR Corporation (-7,82 à 7,78 dollars). La maison mère de la deuxième compagnie aérienne américaine espère récolter 770 millions de dollars. Le prix d'émission est fixé à 8,25 dollars, soit une décote de 25% par rapport au cours de clôture de mardi. Sa consoeur US Airways (-13,58% à 4,52 dollars) va de son côté mettre en vente jusqu'à 30 millions d'actions pour un prix qui reste encore à déterminer. Les deux groupes souhaitent lever des fonds pour financer des projets.

Autozone affiche aussi une nette baisse, reculant de 7,47% à 141,50 dollars. La première chaîne américaine de magasins de pièces détachées pour l'automobile a pourtant publié des résultats en ligne avec les attentes, dégageant notamment un bénéfice net de 236 millions de dollars pour le compte de son quatrième trimestre. Hors exceptionnels, le BPA s'élève à 4,47 dollars, soit deux cents de plus que le consensus des investisseurs. Les ventes sont également conformes aux prévisions, à 2,3 milliards de dollars.

Enfin, Seagate laisse 1,40% à 15,46 dollars. Le fabricant de disques durs a relevé ses prévisions trimestrielles en raison de ventes meilleures que prévu sur un marché qui redémarre. Le groupe mise désormais sur un chiffre d'affaires compris entre 2,4 et 2,6 milliards de dollars au troisième trimestre alors que les marchés anticipent de leur côté des revenus de 2,55 milliards.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :