Iliad va devenir le quatrième opérateur mobile, le titre bondit

 |   |  352  mots
La maison-mère du fournisseur d'accès à Internet, Free, a été choisie par le gendarme des télécommunications pour obtenir la quatrième licence de téléphonie mobile 3G. Même si ce choix ne constitue pas une surprise, le marché salue néanmoins l'annonce.

Comme la Tribune l'a révélé ce vendredi matin, le gendarme des télécommunications en France, l'Arcep, vient d'annoncer avoir retenu la candidature de la société Free Mobile, filiale d'Iliad, pour l'attribution d'une autorisation, en France métropolitaine, d'un système de téléphonie mobile de troisième génération ("3G").

Iliad était candidat unique dans le cadre de cet appel d'offres lancé en août dernier, pour une licence dont le prix a été fixé à 240 millions d'euros. Cette annonce ne constitue donc pas une surprise mais le marché n'en applaudit pas moins la confirmation ce vendredi. Le titre Iliad, coté au SBF120, bondit de 3,67% à 83,72 euros.

Pour Iliad, l'investissement pour ce déploiement dans le mobile s'élève à un milliard d'euros, en plus du milliard qu'il doit aussi investir dans le développement de la fibre optique. Jean-Ludovic Silicani, le président de l'Arcep a précisé ce vendredi que : "Free Mobile pourrait atteindre l'équilibre entre les revenus et les charges en 2015."

L'Arcep indique que "Free Mobile s'engage à ouvrir commercialement son réseau mobile au plus tard deux ans après la délivrance de l'autorisation et à couvrir, d'ici huit ans, au moins 90% de la population par son réseau 3G. Ainsi, dès 2012, les consommateurs verront leurs possibilités de choix élargies."

Free a indiqué vouloir réduire de moitié la facture des Français en matière de téléphonie mobile. L'opérateur avait déjà dynamité le marché de la fourniture d'accès à Internet et du Triple Play (Internet, téléphonie fixe, télévision) avec ses offres à 19,90 euros qui avait obligé la concurrence à s'aligner.

"Ces nouvelles offres devraient ainsi stimuler les opérateurs existants dont la situation actuelle est pérenne et solide" assure l'Arcep alors que les experts s'attendent à ce que l'arrivée de Free fragilise la position du numéro trois du marché, Bouygues Telecom. Le titre Bouygues recule d'ailleurs ce vendredi en Bourse de 1,03% à 35,03 euros, quand ses concurrents France Télécom, maison-mère d'Orange et Vivendi, maison-mère de SFR, cèdent tous les deux 0,62%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :