Safran-Zodiac : le marché table sur un retrait de l'offre de Safran

L'Autorité des marchés financiers a exigé une clarification avant vendredi matin du projet d'OPA hostile de l'équipementier aéronautique sur son compatriote. Les investisseurs s'attendent à ce que Safran abandonne la partie. Le titre en profite au dépend de celui de Zodiac.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Encore beaucoup de mouvements en Bourse autour de Safran et Zodiac. Les deux titres ont évolué de façon très contrastée ce jeudi. Zodiac décroche de 1,7% à la clôture (après avoir perdu plus de 4% en séance) quand Safran grimpe à l'opposé de 5,2%.

Le marché a joué le retrait du projet de l'offre de rachat de Safran sur Zodiac alors que l'AMF, l'autorité des marchés financiers, a sommé l'équipementier aéronautique de clarifier ses intentions avant ce vendredi 19 novembre à l'ouverture de la Bourse de Paris (9 heures). "Le cours de Zodiac comporte une prime de fusion avec Safran et aujourd'hui le marché joue que Safran va se retirer", a commenté un analyste auprès de l'agence Reuters.

La veille, à l'occasion du salon aérien de Zhuhai en Chine, Safran, toujours convaincu de l'intérêt industriel d'un rapprochement avec Zodiac s'était dit prêt à lancer une OPA hostile sur son homologue.

En Bourse, la déclaration de Safran avait été peu appréciée avec un recul du titre de 1,35% quand Zodiac a pris 2,21%. Clairement, le marché n'est pas convaincu par la pertinence d'un rapprochement entre les deux groupes.

Depuis qu'il a cédé sa branche nautique, Zodiac, dont la valeur de marché est estimée à près de 3 milliards d'euros, est principalement connu pour ses sièges de cabine et ses équipements intérieurs d'avions. Plusieurs analystes s'interrogent donc sur l'existence de véritables synergies entre Zodiac et Safran. L'activité aéronautique de ce dernier tourne, en effet, essentiellement autour de la construction de moteurs d'avion. Jean-Paul Herteman explique lui qu'un rapprochement améliorerait la position de Safran dans un marché, celui de la sous-traitance aéronautique, marqué par une forte fragmentation des fournisseurs.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.