Le secteur bancaire poursuit sa descente aux enfers

Les valeurs bancaires poursuivent leur repli en Bourse alors que les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro se réuniront jeudi pour tenter de résoudre une partie des problèmes de financement de la Grèce et ainsi de calmer les craintes sur une possible contagion de la crise à d'autres pays de la zone.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)

Les grandes valeurs bancaires européennes ont poursuivi leur chute ce lundi, les résultats de tests de résistance publiés vendredi soir n'ayant pas dissipé les inquiétudes des investisseurs sur la crise de la dette souveraine au sein de la zone euro.

A la clôture, à la Bourse de Paris, BNP Paribas reculait de 3,64 %, Crédit Agricole de 3,57 % et Natixis de 4,33 %. Lanterne rouge du CAC 40, Société Générale décrochait de 5,48 %. Parmi les banques européennes, les plus fortes baisses sont enregistrées notamment par la britannique Lloyds Banking Group (-7,47%), l'italienne Banca Monte dei Paschi (-7,22%), et la néerlandaise ING (-7,05%). Plus généralement, l'indice Stoxx600 du secteur en Europe a reculé de 1,8%.

Parmi les 90 établissements bancaires européens soumis aux tests de l'ABE, huit banques (5 espagnoles, 2 grecques et 1 autrichienne) ont échoué aux tests et devront dès lors lever 2,5 milliards d'euros pour renforcer leurs fonds propres. Seize banques les ont passés de justesse, se retrouvant ainsi sous la pression des marchés tant qu'elles n'ont pas renforcé leur capital, avant la date butoir d'avril 2012 fixée par l'ABE.

Après la publication des résultats et des informations financières communiquées à cette occasion, les analystes ont commencé à évaluer les besoins de fonds propres des banques dans l'hypothèse de plus sévères décotes sur les dettes publiques de certains Etats de la zone euro. Ainsi, les analystes de Société Générale CIB estiment que des décotes de 50% sur les dettes souveraines grecques, irlandaises et portugaises et de 20% sur les dettes espagnoles et italiennes, en plus des stress tests, impliqueraient des besoins en capitaux de 22 milliards d'euros.

Pour Morgan Stanley, les tests de résistance sont considérés comme une étape utile et nécessaire mais "pas suffisante pour changer la donne sur les souverains où il faut avoir un leadership de l'Union européenne et de la Banque centrale européenne". L'intermédiaire, qui a durci le scénario retenu par l'Autorité bancaire européenne (ABE) pour ses tests, estime que les banques européennes auront besoin d'environ 40 milliards à 64 milliards de fonds propres supplémentaires pour faire face à des pertes de 45% sur les dettes souveraines de la Grèce, de l'Irlande et du Portugal.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 18/07/2011 à 13:51
Signaler
est ce a dire que le stress test est du bullshit ?

le 18/07/2011 à 15:51
Signaler
Nous n'aurions jamais du entrer dans l'U.E. Ce jour c'est la catastrophe !!!!!!!!!!!!!!

le 18/07/2011 à 16:35
Signaler
L UE était une belle idée mais nos dirigeants européens ont mis la charrue avant les boeufs. Au lieu de consolider l'existant , d'harmoniser les fiscalités ils ont préféré élargir à tout va . On a donné des avantages économiques énormes à des voisins...

le 18/07/2011 à 16:37
Signaler
Et cela n'aurait pas enpecher les banques françaises de souscrire aux emprunts Grecs et la situation serait encore pire car nous aurions dévalués au moins 3 fois...

le 18/07/2011 à 16:49
Signaler
bob, il fallait dire ' nous nb'aurions jamais du laisser ces tricheurs de grecs rentrer dans l'euro' si la france quitte l'euro, c'est bon pour ses exportations, tellement le franc va etre devalue bon par contre le litre d'essence sera a4 euros, l'i...

le 18/07/2011 à 20:49
Signaler
les dirigeants imaginaient qu'en élargissant le marché en créant l'Ue il y aurait un boom économique, c'est une condition necessaire mais non suffisante. Le Général De GAULLE avait eu raison de commencer par l'union europénne entre la France et l'All...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.