Les valeurs bancaires dévissent de plus de 10%

En forte chute dès l'ouverture de la Bourse, les banques françaises ont accéléré leur plongeon. A la clôture, leurs valeurs affichent des pertes comprises entre 12 et 16 %. L'annonce surprise d'un prochain référendum en Grèce replonge la zone euro dans l'incertitude.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Les banques s'enfoncent dans le rouge ce mardi à la Bourse de Paris affichant les pires performances de l'indice CAC 40, lui-même en repli de près de 5,38%. La Société Générale a terminé la séance sur une chute de 16,23%, à 17,67 euros, BNP Paribas 13,06%, à 28,56 euros et Crédit Agricole 12,53%, à 4,96 euros.

L'annonce d'un prochain référendum en Grèce sur le plan de sauvetage européen agite à nouveau le spectre d'un éclatement de la zone euro avec une éventuelle sortie de la Grèce si la population venait à refuser la solution proposée par Bruxelles. Les banques en seraient les premières victimes.

Ce référendum "rouvre la boîte de Pandore concernant l'ampleur exacte des pertes qui devront être prises par les institutions financières", soulignent les analystes du CM-CIC. La décision du Premier ministre grec menace "dramatiquement" la stabilité financière de la Grèce et de la zone euro dans son ensemble a averti l'agence de notation Fitch.

Pour Commerzbank, "l'ensemble de l'accord [intervenu jeudi dernier] est à nouveau remis en question et une restructuration sévère de la dette grecque ne semble plus si éloigné". Les banques avaient déjà accepté d'effacer 50% de leurs créances sur la Grèce dans le cadre du plan anti-crise mis en place très difficilement la semaine dernière au sommet européen de Bruxelles.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 01/11/2011 à 18:02
Signaler
@ Gabriel : tout simplement le défaut complet de la grèce donc 100 % des créances perdues pour les créanciers (banques, compagnies d'assurance-vie, masse des obligataires) ce qui obligeraient alors à provisionner dans les bilans ces créances devenues...

à écrit le 01/11/2011 à 17:32
Signaler
Quelles seraient les conséquences pour l'Europe et la france de la sortie de la Grèce de la zone Euros?????

à écrit le 01/11/2011 à 16:48
Signaler
Ces grecs sont très bons en négociations ! D'abord plus d'un an d'atermoiements pour finir par décrocher 50 % de rabais sur leurs dettes. Puis à peine obtenu 50% la perspective du référendum fait frémir les banques et les autres Etats qui vont pour ...

à écrit le 01/11/2011 à 11:28
Signaler
on est en train de demandé à un peuple qui a vécu au crochet de l'Europe si oui ou non ils acceptent la décision de l'Europe quand à divisé l'addition par deux, non mais la on croirait rêver, c'est comme demandé un un chômeur si il veut qu'on lui a...

à écrit le 01/11/2011 à 9:51
Signaler
defaut or no default ;) c'est la question. La Grèce organise son inéluctable incident de crédit et sa sortie de l'euro qui ne mettra pas le pays dans une situation pire qu'en y restant pour sauver ceux qui l'ont tondue. Les CDS ont bien assez gagné d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.