Alcatel-Lucent, vers une sortie du CAC 40 ?

 |   |  275  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © Reuters)
Après avoir décroché de près de 15% lors des quatre dernières séances, confirmant ainsi son statut de penny stock, le titre est stable ce vendredi. Avec une capitalisation boursière de seulement 2,6 milliards d'euros, le groupe est le maillon faible de l'indice parisien.

Crise de légitimité d'Alcatel-Lucent. Malgré un rebond technique de 4,73 % jeudi, l'action décroche de près de 15% depuis le début de la semaine, et fait office ces derniers jours de lanterne rouge du CAC 40. En cause, de nets abaissements de prévisions de résultats de la part des analystes de Goldman Sachs et Morgan Stanley.

De fait, l'action Alcatel-Lucent est retombée mercredi jusqu'à 1,11 euro, soit son plus bas depuis le 13 mars 2009 ! On est loin du brillant parcours boursier du début d'année, qui avait vu l'action grimper jusqu'à 4,42 euros le 2 mai dernier. Entre ce plus haut annuel et les points bas du jour, la valeur a chuté de 74% en six mois.

De quoi conforter un peu plus l'action dans son statut de penny stock. Dès lors, une question se pose :  Alcatel-Lucent a -t-il encore sa place au sein du CAC 40? Le groupe a vu sa capitalisation boursière fondre de 25 milliards d'euros en 2006 à 2,9 milliards d'euros, soit la plus faible capitalisation de l'indice parisien. A titre de comparaison, Natixis, la dernière penny stock à avoir été évincée du CAC 40 en septembre, capitalise aujourd'hui  5,5 milliards d'euros.

Or,  la capitalisation boursière constitue l'un des principaux critères retenus par le Comité scientifique du CAC 40. La liquidité entre également en ligne de compte : la part minimum de flottant requise doit être au moins égale à 20%. De ce côté-là, Alcatel-Lucent ferait presque figure de bon élève avec un flottant de 100%. Toujours est-il que le statut de "penny stock" d'Alcatel-Lucent est source d'instabilité, ce qui a priori va à l'encontre du fondement même des critères de sélection de Nyse-Euronext. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2011 à 21:12 :
De telles ?rts sur une valeur du CAC qui ?it conseill? l'achat ?lusieurs reprise par des journaux comme "investir" parait incroyable !
Il est claire qu'il non plus rien a gagner sur le CAC 40. En revanche une cotation uniquement sur le SBF serait une opportunit?our rebondir sur des niveau qui lui ressemble plus.
a écrit le 23/11/2011 à 16:01 :
ALCATEL-LUCENT est désormais gérée au mieux, elle a véritablement changé de périmètre et de modèle économique par rapport à ses activités historiques. S Tchuruck n?avait-il pas raison avant tout le monde ; lui qui la voulait sans usines. Le drame dans cette histoire, c?est que soixante quinze mille salariés sont encore en train de se demander jusqu?où va aller cette sinistre farce et à quelle sauce de restructurations ils vont être mangés. J?entends encore Ben
Wervaayen son actuel président décréter fin 2010, que AA était désormais une société comme les autres et que les coupes étaient terminées. C?était sans compter sur les officines de notation qui après avoir encensé un redressement spectaculaire début 2011 se sont empressées
Ensuite de brûler jusqu?au délire ce qu?ils avaient adoré. La sanction « penny stock » pour une
Entreprise aussi emblématique est un véritable gâchis. Pour mémoire la capitalisation de HERMES est presque dix fois supérieure avec infiniment moins de salariés.
Est-ce le début de la fin pour cet ancien fleuron de notre industrie ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :